Elizabeth Jane Howard - Une saison à Hydra

Une saison à Hydra

Elizabeth Jane Howard

Editions de La Table Ronde

Traduction Cécile Arnaud

mars 2019

ISBN : 9782710387787

 

4ème de couverture :

À soixante et un ans, Emmanuel Joyce est un dramaturge à succès. Accompagné de sa femme Lillian et de son manager dévoué Jimmy Sullivan, qui partage leur vie nomade, il s'apprête à quitter Londres le temps de repérer une comédienne pour la production de sa dernière pièce à Broadway. Alors qu'aucune candidate ne fait l'affaire, surgit l'idée de confier le rôle à Alberta, sa secrétaire de dix-neuf ans, tout droit sortie du presbytère de son père dans le Dorset. Seulement, il faudra lui apprendre le métier. Ils embarquent pour l'île grecque d'Hydra où Jimmy aura six semaines pour faire répéter l'ingénue, tandis qu'Emmanuel tâchera de renouer avec l'écriture. Lillian, fragilisée par sa maladie de cœur et dévastée par la mort de leur fille survenue plusieurs années auparavant, profitera de cette parenthèse loin des mondanités du théâtre pour tenter d'exorciser ses démons. Pourtant, elle ne sait se défaire de certains tourments : et si Emmanuel s'éprenait de la délicieuse Alberta? Le temps d'un été brûlant, la dynamique qui lie les quatre exilés prend une tournure inattendue, et la vie de chacun change de cap.

L’autrice (site de la maison d’édition) :

Née en 1923, Elizabeth Jane Howard est l’auteur de quinze romans. Les Cazalet Chronicles – The Light Years, Marking Time, Confusion et Casting Off – sont devenus des classiques modernes au Royaume-Uni et ont été adaptés en série pour la BBC et pour BBC Radio 4. Elle a également écrit son autobiographie, Slipstream. Elle est morte en janvier 2014, après la parution du 5e volume des Cazalet Chronicles, All Change.

================================

Un livre très théâtral, très cinématographique qui se déroule dans le mitant des années cinquante met en scène un dramaturge en pleine crise de confiance, Emmanuel Joyce, son épouse Lilian qui souffre d’une maladie de cœur et d’une dépression suite au décès de leur petite fille plusieurs années auparavant, Jimmy Sullivan le fidèle manager de l’auteur.

Le trio était un quatuor défait par le suicide de l’actuelle secrétaire qui se pâmait d’amour pour son patron. Tout cela est très classique. Ils embauchent Alberta, fille d’un pasteur, issue d’une famille très unie. Jeune fille pondérée, spontanée.

Les voici partis pour New-York à la recherche de la perle rare pour le rôle dans la prochaine pièce qui doit se jouer à Broadway. Las !! aucune ne fait l’affaire, trop ceci, pas assez cela lorsque les deux hommes pensent à Alberta pour jouer ce rôle.

De New-York, les voici partis pour Hydra en Grèce. Alberta doit apprendre le rôle et son métier de comédienne.

La plus grande partie du roman se déroule à Hydra et l’écriture cinématographique de l’autrice me fait découvrir cette île qui brûle sous le soleil

L’autrice dépeint très bien la psychologie des personnages sans en faire des caisses ; beaucoup d’introspection, un moment vu par plusieurs protagonistes, tout ceci écrit sans fioriture, avec un ton très juste. Un livre choral où les quatre personnages s’expriment alternativement me racontant leurs états d’âme, motivations, craintes, espoirs, les attentes de chacun.

Le trio semble heureux et prospère, mais l’intérieur est gangrené par la jalousie, la peur, le deuil, la mort ; L’amour, l’admiration, le travail en contrepoint. Chacun sait jusqu’où aller et, la jeune Alberta, issue d’une famille modeste, le père, veuf, est pasteur, est venue tout droit de son Dorset natal. Sa fraîcheur, sa spontanéité, son intelligence pratique donne un coup de fouet à leur vie nomade. Toute naïve qu’elle est, elle ne tombe pas dans le piège mentor-élève avec Emmanuel Joyce et s’intègre parfaitement à la vie « familiale ». Il y a un peu de l’héroïne (je ne me souviens plus de son nom) de bouquin de Jane Austen.

Pourquoi un roman si conventionnel, si prévisible m’a t-il séduite à ce point ? L’écriture d’Elizabeth Jane Howard et la belle traduction de Cécile Arnaud, tout simplement. J'étais spectatrice privilégiée d’une pièce de théâtre.

Un coup de cœur pour moi. Je ralentissais ma vitesse de lecture pour l’avoir entre les mains plus longtemps, Une superbe écriture complétée par une analyse très fine des comportements et sentiments de nos protagonistes

 

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
M
Encore un à lire donc, j'ai lu des critiques positives et d'autres moins, du coup j'hésitais mais il est noté...c'est le principal et en plus je ne connais pas encore cet auteur que je vois souvent passer sur les blogs. Merci pour ta chronique
Répondre
Z
Il faut bien alimenter listes et piles à lire !!
H
Je suis passée à côté, je l'ai abandonné !
Répondre
Z
Cela arrive quelque fois. Il y a une autrice qui est encensée et que je n'arrive pas à lire
N
Pas si conventionnel ni prévisible que ça du coup ;-)
Je me souviens avoir passé un excellent moment, particulièrement à Hydra dont on ressent l'atmosphère de façon incroyable.
Répondre
Z
Je me demande si ce n'est pas en lisant ta chronique que je l'ai retenu à la bib
A
Chic, il est dans ma PAL !
Répondre
Z
J'attends ton avis et j'espère que tu y trouveras autant de plaisir que moi
A
Je n'ai pas encore lu cette autrice. J'ai réservé le premier tome des Cazalet à la bibliothèque. Je note celui-ci aussi.
Répondre
Z
Je les ai réservés également, mais ils ne sont pas dispos.
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog