Martin Mongin - Francis Rissin

Francis Rissin

Martin Mongin

Editions tusitala

Août 2019

616 pages

ISBN : 979-10-92159-17-2 21

 

4ème de couverture :

De mystérieuses affiches bleues apparaissent dans les villes de France, seulement ornées d’un nom en capitales blanches : FRANCIS RISSIN. Qui est-il ? Comment ces affiches sont-elles arrivées là ? La presse s’interroge, la police enquête, la population s’emballe. Et si Francis Rissin s’apprêtait à prendre le pouvoir, et à devenir le Président qui sauvera la France ?

Pour son premier roman, Martin Mongin signe un livre vertigineux. Un roman composé de onze récits enlevés, onze voix qui lorgnent tour à tour vers le roman policier, le fantastique, le journal intime ou encore le thriller politique, au fil d’une enquête paranoïaque sur l’insaisissable Francis Rissin. Avec une maîtrise rare, Martin Mongin tisse sa toile comme un piège qui se referme sur le lecteur, au cœur de cette zone floue où réalité et fiction s’entremêlent.

Autant marqué par l’art de Lovecraft, de Borges ou de Bolaño que par la pensée de La Boétie ou d’Alain Badiou, Francis Rissin est un premier roman inventif et inattendu, au propos profondément politique.

L’auteur (site de la maison d’édition) :

Martin Mongin est né en 1979. Il est professeur de philosophie, et passionné de politique. Il a signé plusieurs articles (notamment au Monde diplomatique) et publié divers essais politiques sous des noms d’emprunt, notamment aux éditions Pontcerq.

En parallèle, il a toujours écrit de la fiction, imprimant ses ouvrages à quelques dizaines d’exemplaires pour ses proches. Francis Rissin est son premier roman, qu’il a envoyé par la poste à Tusitala à la fin de l’année 2018.

=================

Tout au long de ce livre, ce n’est pas un « Je vous ai compris » les deux bras en V, mais un très christique « En vérité je vous le dis » qui ponctue les discours de ce Francis Rissin.

En onze pièces, c’est ainsi que Martin Mongin les appelle, passant d’un cours de fac, à des rapports de police, d’un journal intime à des déclarations, d’une fiction politique à un récit tirant sur le fantastique, je découvre Francis Rissin. Le chapitre parlant de l’exposition consacrée aux affiches et quelques photos de Rissin est enlevée, jusqu’à faire sauter en l’air Baubourg, en tout bien tout honneur !!

Une prof de lettres en université lance le sujet Francis Rissin par ses recherches quasi infructueuses pour trouver les livres à lui consacrés. J’avoue m’être dit que je ne pourrai pas suivre cette prof tout au long du livre et miracle (merci St Francis Rissin!!), me voici à la seconde pièce où je peux presque entonner « il est passé par ici, il repassera par là.. » Pour l’instant, ce sont les affiches de Rissin qui commencent à apparaître. « On fait généralement remonter au matin du 3 juin le premier signalement officiel d’une affiche de Francis Rissin sur le territoire français », dans une petite commune de l’Ain. Le tourbillon, le maelstrom, ne fait que commencer. Comme un nuage de sauterelles sur un champ de millet, les affiches fleurissent partout en France, une enquête policière diligentée par un cador est même menée lorsque Francis Rissin se produit aux quatre coins de la France, l’art de l’ubiquité dans toute sa beauté.

Oui, mais Francis Rissin est-il un ou plusieurs ? Est-il homme ou concept ? homme ou dieu ? « Moi, je n’ai été qu’une idée abstraite, une force invisible, un principe directeur, une puissance secrète, mais qui les faisait avancer, qui les faisait regarder plus loin. »

En suivant Francis Rissin, Martin Mongin raconte la France dite profonde dont la grande majorité des français fait partie en nous parlant de petites villes et villages où passe, et ou est supposé passer, Francis Rissin. « Personne ne peut décider pour la France Elle seule a le pouvoir de choisir ses héros, elle seule a le pouvoir de couvrir ses enfants de gloire ou de décréter leur infamie. Et elle seule décidera, le moment venu, si elle me condamne à l’indignité nationale, à la damnatio memoriae, ou si elle me fait l’honneur d’une apothéose. »

Cet homme charismatique est plébiscité par une grande majorité de français. Oui, F.R. les fascine. Et s’il était l’homme providentiel, celui par qui le mieux pourrait arriver, voire arrivera ? Oui, beaucoup de français aimeraient qu’il soit le nouveau Maréchal, le nouveau Général, celui qui pourrait les accompagner dans le désir de révolte, leur besoin d’autre chose de mieux. Ils sont prêts à sacrifier beaucoup pour avoir peu.

Martin Mongin a commis un livre hautement politique, philosophique, déstabilisant, audacieux dans sa construction et sa pensée. Son talent est dans le kaléidoscope qu’il nous propose sans jamais donner de clé, ou alors, un trousseau très fourni.

Un livre intelligent, maîtrisé, peut-être quelques longueurs, mais, bon… Il a eu le talent de changer de direction lorsque je commençais, à non pas m’ennuyer, mais à vouloir autre chose.

Méfions-nous de ces personnes qui veulent notre bien, cela peut cacher un despote. Dans cette partie du récit, je n’ai pu m’empêcher d’amalgamer certains dirigeants ou prétendants actuels et j’en riais jaune. Un extrait de son journal intime fait froid dans le dos lorsqu’il « proclame le rétablissement de la peine de mort »

« Le lendemain, les sondages étaient unanimes. Partout les français criaient leur joie et leur soulagement -parce qu’en vérité, ils n’attendaient que ça »

C’est la première fois que je lis un tel livre et, les suivants ont quelque peu pâti de sa force. Beaucoup parlent d’ OLNI ou OVNI littéraire, il en va de même pour moi. Les éditions Tusitala, avec qui j’ai découvert « Un locataire » de Svava Jakobsdottir, ont eu raison de publier le premier roman de Martin Mongin.


 

« Tant que je suis en vie, ma place est ici, auprès de tous les français. Quand je serai mort… Vous verrez bien. Vous croirez m’avoir enterré sous un mausolée du Père-Lachaise, ou avoir déposé mes cendres dans la niche d’un petit columbarium de province ; vous croirez que j’aurai disparu, et pourtant je sera encore là parmi vous -aussi vrai que je m’appelle Francis Rissin ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Alex-Mot-à-Mots 16/02/2021 20:55

Te voilà sous le charme.

zazy 16/02/2021 23:24

Et oui !! Cela va être dur pour lui d'écrire un second roman après celui-ci

Lydia 16/02/2021 11:20

Il est dans ma PAL. Euh... ça a l'air spécial quand même !

zazy 16/02/2021 12:21

La construction est très originale, mais cela se lit très bien

manou 16/02/2021 07:37

A noter donc mais ce ne sera pas pour tout de suite, j'ai un peu de mal à me concentrer sur une telle lecture en ce moment. Merci pour ton avis éclairé, pas facile de parler d'un tel livre non plus !

zazy 16/02/2021 09:48

Non, pas facile, mon commentaire doit être très brouillon

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog