Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Roger Wallet - La blanche de Bruges

20 Janvier 2014, 09:39am

Publié par zazy

 

La blanche de Bruges

Roger Wallet

Editions G&g (2003)

ISBN : 290962546X

Réédité et disponible aux Editions du Petit Véhicule

ISBN : 9782842737009

105 pages

 

 

4ème de couverture :

1961. Sur fond de guerre d’Algérie, se tisse une amitié entre un adolescent et un soldat en permission. Balades à scooter, premières bières, première fille, premiers engagements politiques. Les évènements se chargent de donner à l’automne un goût de mort. Vingt ans plus tard, le décès de son père ravive en Brice les souvenirs…

Roger Wallet aime les cieux bas et gris de la Picardie où il situe son roman. Mots chuchotés, regards furtifs, paysages intérieurs, son écriture est une écriture de l’esquive. Il  a déjà publié chez G&g La Chanson de Carco, Petit dictionnaire des Futilités, La Mécanique du Cœur et, chez d’autres éditeurs, nouvelles et romans dont notamment, au Dilettante (et chez Folio), Portraits d’automne.

===========

J’ai eu un coup de cœur pour « ça ressemble à une vie », poésie elliptique, troublante, telle une ritournelle avec des blancs.

 « Brice, il faudrait que tu viennes. Ma mère a dit cela d’une voix presque froide détachée. Il faudrait que tu viennes, je crois. » C’est ainsi que débute le roman.

Son père est mort. Brice revient au village qui l’a vu naître et grandir. Le retour est propice aux retrouvailles et aux souvenirs. Tout se mêle, le présent et le passé et toujours Tanguy. « Tanguy ! C’est au bistrot que je l’ai vu pour la première fois. Septembre 61, peu après la rentrée. »

Ils sont tombés mutuellement en amitié. Tanguy, le bidasse en permission de la guerre d’Algérie et l’adolescent. Le temps de cette longue permission fut, pour le jeune garçon, le temps de la découverte de la bière, de la première cigarette, de la première fille. Tanguy décide de déserter cette guerre qui ne dit pas son nom, Mais, il fut dénoncer, on ne dit rien des raisons du pourquoi et le silence tomba. Ce sera la fin de l’enfance heureuse du jeune garçon qui décide de partir faire ses études loin, persuadé que l’auteur de la dénonciation est son père.

Son retour, 15 ans après, les retrouvailles avec les anciens copains, raniment les souvenirs, la vérité sera dite. Un séjour le long des canaux de Bruges, devant un piano bar et une Blanche de Bruges scellera des retrouvailles.

J’ai retrouvé, avec plaisir, la plume de Roger Wallet. Ici, c’est Brel qui s’impose pour ce roman. Si ce livre est moins elliptique que ses poèmes, il est tout aussi teinté d’amour de sa Picardie, d’amour des gens, d’amour des mots. Un bouquin où l’atmosphère des années 60 est fort bien décrite. Chose importante, ce livre n’est pas dénué d’humour, la scène de l’enterrement de son père est un petit morceau d’anthologie, j’ai réveillé mon mari qui dormait !

Merci Jérôme pour ce précieux cadeau.

 

 

 

Commenter cet article

Valérie 24/04/2014 21:34

Facilement, c'est peut-être vite dit parce que je suis désespérément en train de le chercher. Le thème me tente.

Pasdel 26/01/2014 09:23

Comme souvent avec toi, encore un livre intéressant

zazy 26/01/2014 10:59

Merci.

ddd 25/01/2014 21:45

tu lis combien d'livres à l'heure ?

zazy 25/01/2014 22:26

Pas plus d'un à la fois

Alex-Mot-à-Mots 21/01/2014 10:19

A lire avec une bière du même nom.

zazy 21/01/2014 13:51

Une bière délicieuse que j'aime boire en été, surtout attablée à une terrasse à Bruges !!

jerome 21/01/2014 08:01

C'est vrai qu'il a beaucoup d'amour pour la Picardie dans ce texte. Sinon pour info cette édition est aujourd'hui totalement introuvable mais le roman a été réédité en 2009 par les éditions du Petit véhicule. On peut donc encore facilement se le procurer (je dis ça, je dis rien...).

zazy 21/01/2014 13:57

Tu as bien fait, je vais le rajouter dans le corps de ma chronique