Alan Bennett - La reine des lectrices

  • zazy
  • livres

http://1.bp.blogspot.com/_uh9TQpcA_Hk/TDV4aOXddGI/AAAAAAAABFc/Kv-VQr_jofA/s1600/La+Reine+des+lectrices.jpg

 

La reine des lectrices

Alan Bennett

Traduction de Pierre Ménard

Editions Folio

122 pages

 

 

God saves the Queen, the books, ou The books save the Queen, ou The Queen saves the books???….

 

On ne peut savoir les dégâts que peuvent causer sur la royauté britannique de sales cabots royaux aboyant devant …. Un bibliobus. Pour la première fois de sa vie, Sa Majesté monte dans un antre livresque mobile !!  De paroles en paroles, elle lie connaissance avec Norman Seakins et  repart avec un LIVRE  d’Ivy Compton-Burnett !!! Ne serait-ce point ce que l’on nomme « l’effet papillon » ? Car la suite pourrait être dévastatrice pour la royauté britannique.  L’horrible piège se referme sur la reine……….. Elle devient une lectrice assidue et, avec Seakins qu’elle sort des cuisines pour en faire son tabellion particulier, elle va dévorer bouquins sur bouquins et en discuter.

 

Qu’il y a-t-il de grave me direz-vous ? Rien……. Sauf que le protocole s’en trouve bouleversé. Sa Majesté ne pose pas la même sempiternelle question aux personnes qu’elle reçoit « Il n’est pas impossible que Sa Majesté vous demande si vous avez fait un long trajet pour venir jusqu’ici. Préparez-vous donc à lui répondre que vous êtes venus en voiture ou en train, selon le cas. » Mais : « Que lisez-vous en ce moment ». My god !!!!.

Ainsi, lorsque le premier ministre et son épouse viennent passer, comme l’exige l’étiquette, quelques jours de vacances à Balmoral…. Pas de problème, la reine ne change rien à son habitude et s’enferme dans ses appartements pour lire !!! Et tout est à l’avenant ; les visites protocolaires, les voyages deviennent autant  obstacles à sa boulimie de lecture. Astucieuse, elle trouve toutes les ruses possibles pour pouvoir continuer de lire tout en saluant ses sujets de son carrosse.

 

Puis vient le moment où, après le brusque départ de Norman Seakins, elle se rend compte que lire ne lui suffit plus « Ne pouvant plus discuter avec Norman, la reine s’aperçut qu’elle s’entretenait désormais davantage avec elle-même et notait de plus en plus souvent ses réflexions, de sorte que le nombre de ses carnets ne tarda pas à se multiplier, comme celui des sujets qu’elle y abordait. « L’une des recettes du bonheur consiste à se moquer des prérogatives. » Après avoir inscrit cette phrase, elle adjoignit un astérisque et ajouta en bas de page : « Précepte que ma position ne m’a guère permis d’exercer. » »

Ainsi elle nota une nuit : « on n’écrit pas pour rapporter sa vie dans les livres, mais pour la découvrir » jolie réflexion.

 

Un jour, elle décide d’organiser une soirée où seraient invités des auteurs ; quel désastre, elle se retrouve au milieu d’une cour bruyante, volubile et cancanière à déambuler seule, entre des groupes, mais 50 années d’aplomb et de maîtrise de soi, ne lui ont pas permis de briser la glace.« Elle en tira la conclusion qu’il valait mieux rencontrer les auteurs dans les pages de leurs livres, puisqu’ils vivaient sans doute autant dans l’imagination de leurs lecteurs que leurs personnages. La plupart n’avaient d’ailleurs pas l’air de trouver qu’on leur faisait une faveur particulière en lisant leurs ouvrages, estimant au contraire que c’étaient eux qui en faisaient une au public, en les écrivant ».

 

 

La reine philosophe sur son statut lors d’une rencontre qu’elle organisa avec tous ses collaborateurs, actuels et anciens et cela donne une analyse sur la royauté teintée d’ironie.

 

« Il a fallu tendre une main gantée de blanc pour en serrer d’autres qui étaient couvertes de sang et soutenir d’aimables conversations avec des individus qui avaient participé à des massacres d’enfants. Il a fallu patauger dans les tripes et les excréments. Je me suis souvent dit que pour une reine, le seul équipement vraiment indispensable serait une paire de cuissardes »

« On me crédite généralement d’un solide bon sens, ce qui est une autre façon de dire que je n’ai guère d’atouts. En conséquence de quoi, je me suis vue contrainte, sur les instances de mes divers gouvernements, d’entériner –ne serait-ce que de manière passive- des décisions que je considérais comme mauvaises et souvent même indignes. Ce qui m’a parfois donné le sentiment de tenir le même rôle qu’une bougie parfumée, destinée à chasser les relents de la politique –La monarchie n’étant pour de nos jours qu’un vague déodorant, au service du gouvernement ».

 

Oui vraiment Monsieur Bennett, vous m’avez enchantée, amusée avec votre bouquin, avec votre réflexion sur le pouvoir de la lecture et des livres. J’espère qu’en des temps futurs votre livre ne sera pas voué aux gémonies pour cause d’incitation à la liberté… de lire !!! Car le livre est une porte ouverte sur la réflexion, la culture et l’intelligence, donc sur l’indépendance.

 

J’ai aimé le ton badin et sérieux de ce livre. L’humour anglais dans ce que je préfère ; la dérision, l’absurde, la subversion et une dose d’amour. Et puis….. Sa Majesté est une femme comme les autres dans sa passion de la lecture. Merci Mimi pour ce délicieux moment de lecture, mais pas que.

Egalement, l'avis de Philisine

 

4ème de couverture :

Que se passerait-il outre-manche si Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si, d'un coup, rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne à négliger ses engagements royaux ? C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les sœurs Brontë, Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'œil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde so British de Buckingham Palace s'inquiète. Du valet de chambre au prince Philip, tous grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor. Un succès mondial a récompensé cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

Biographie de l'auteur :

Alan Bennett est une star en Grande-Bretagne, où ses pièces de théâtre, ses séries télévisées et ses romans remportent un succès jamais démenti depuis plus de vingt ans. La Reine des lectrices est son quatrième roman publié chez Denoël.

 

  Lu dans le cadre du http://www.babelio.com/users/critiquesABC2013.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Yv 29/09/2012 18:55


Ouais, bof, j'ai été assez déçu par ce livre dont l'humour ne décolle jamais vraiment.

zazy 29/09/2012 21:21



Alors que j'ai aimé cet humour comme quoi !!!



dominique bouvet 28/09/2012 13:59


Bonjour,


Merci de me faire découvrir ça. J'adore l'idée de cette reine avec une passion pour la lecture. Ça doit être délirant. vais noter ça...

zazy 28/09/2012 18:58



Oui, un humour fin à la britannique !!



Philisine Cave 27/09/2012 20:18


J'ai aimé l'idée première (avec une première scène d'anthologie !) mais malheureusement le reste ne m'a pas semblé à la même hauteur d'où une petite déception au final.

zazy 27/09/2012 21:26



Je vais aler lire ton commentaire



Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog