Isabelle Minière - J'ai dix-huit ans, tous les âges à la fois, et j'ai un papa

J’ai dix-huit ans, tous les âges à la fois, et j’ai un papa

Isabelle Minière

Editions Serge Safran

mai 2021

192 pages

ISBN : 9791090175815

4ème de couverture :

Avec une mère violente et hargneuse, plus préoccupée par ses amants et ses traductions de romans à l’eau de rose que par sa fille, la vie d’Albertine n’est pas un long fleuve tranquille. Depuis son enfance jusqu’à l’adolescence, ce ne sont que brimades, injustices et souffrances. Pour échapper à cette mère surnommée « la sorcière », Albertine s’invente des histoires qu’elle note dans un cahier.

Le jour de sa majorité, sa mère la met à la porte, munie de trois sacs IKEA contenant ses affaires et d’un post-it avec le nom et l’adresse de son père, dont elle ignorait jusque-là l’existence.

La rencontre avec cet homme, très différent de ce qu’elle rêvait, lui fait découvrir des vérités inattendues, lui ouvre des portes inespérées sur le présent et l’avenir. Et Albertine de trouver sa vocation à raconter des histoires, d’abord aux enfants qu’elle garde, puis… sur scène !

L’autrice (site de la maison d’édition) :

Isabelle Minière est née au Mali. Elle a passé son enfance près d’Orléans, fait ses études à Tours et à Paris où elle vit aujourd’hui. Elle écrit des romans, des nouvelles et des livres pour la jeunesse. Elle est aussi psychologue, hypnothérapeute.

J’ai dix-huit ans, tous les âges à la fois, et j’ai un papa est le cinquième roman à paraître chez Serge Safran éditeur après Je suis né laid, Au pied de la lettre, On n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise et Je suis très sensible.

===================

« Dès que j’ai su lire, j’ai eu envie d’écrire l’histoire de ma vie. Même si ma vie n’était pas très intéressante. Je me suis d’abord entraînée en inventant l’histoire de Non-Non »

Ses portes de sortie ? L’histoire de Non-non qu’elle écrit dans sa tête, celle de sa vie avec la Sorcière (c’est le nom qu’elle a donné à sa mère). D’abord, savoir lire et écrire. Elle déchiffre les livres dans son lit le soir. Ce qui, bien sûr, est source de corrections.

Car oui, Albertine est une petite fille maltraitée par sa mère qui la bat « Dès que la porte s’ouvrait, je me tassais sous la couverture, un oreiller sur la tête, j’étais terrifiée à l’idée qu’un coup particulièrement violent puisse ma fracasser le cerveau – je doutais beaucoup de sa solidité. » Pour ne pas abîmer ses mains, elle passe à la ceinture, jolie progression !

Bien sûr, pas un compliment. Albertine est une vraie Cendrillon, elle doit faire le ménage, tenir la maison. Elle ne fait pas à manger mais bon, la cuisine de la cantoche est meilleure que la bouffe infâme qu’elle mange chez elle, c’est dire.

La sorcière fait des tentatives de suicide, mais pas au point de mourir. S’enfermer, ne rien dire, ne pas avoir d’amie, être invisible. Elle attend.

« Ma vie est restée sans intérêt, à part quelques livres qui me rappelaient ma promesse, la promesse faite à moi-même, toute petite, d’écrire un jour l’histoire de ma vie… Et que m a mère ne meure pas à cause de moi, même si c’était une sorcière ».

Ah oui, parce que la sorcière a fait une tentative de suicide en notifiant bien que c’est de la faute de sa fille.

Albertine n’est pas méchante, mais avec le boulet, les casseroles qu’elle traîne difficile de réussir « Comme un personnage de roman, j’ai tout foiré. Mes études, mes amitiés, mes amours. Pour les emmerdes, ça allait, je réussissais très bien. »

Maintenant, Albertine a dix-huit ans. Comme cadeau, sa mère lui offre des sacs Ikea… avec toutes ses affaires dedans et comme bonus, sur un bout de papier, le nom et l’adresse de son père. Maintenant, débrouille-toi et fiche le camp, la sorcière a rempli sa part du travail.

Albertine et la découverte d’une nouvelle vie, d’une vie nouvelle. Albertine rencontre son père et ne se fait pas rejeter. Au contraire, il lui fait confiance !! Quelle nouveauté pour elle. Oui, mais pourquoi n’a t-il jamais cherché à la rencontrer alors qu’il habite près de chez elles ? « Qui es-tu mon père, toi qui n’es pas mon papa ? »

Ce géniteur, lui raconte les déboires judiciaires qu’il a eu avec sa mère pour l’empêcher de rencontrer Albertine. Oui, mais… Puisqu’elle ne l’aime pas, pourquoi l’avoir séparé de son père ??? Tant de questions dans le crâne de la jeune fille.

Ce père ne doit pas être le monstre d’indifférence dessiné par la sorcière puisque même le voisin et ami sait qu’elle s’appelle Albertine (donc son géniteur lui a parlé d’elle) et lui permet d’attendre dans l’appartement paternel dont il a la clé. Quoi, des gens lui font confiance, connaisse son prénom que sa mère n’a jamais prononcé !! L’autre côté du miroir pourrait ressembler au bonheur, mais, on ne sait jamais. Ne pas s’ouvrir pour ne pas souffrir de nouveau.

Petit-à-petit, la confiance naît, Albertine s’ouvre, le père raconte et montre sa stupeur lorsque Albertine lui dit que sa mère l’a mise à la porte pour ses dix-huit ans.

L’amour ne se décrète pas, mais se donne et se reçoit, peut se partager, se choisir. C’est ce qu’apprend Albertine. Maintenant, elle peut se construire, se modeler, se faire confiance, aller de l’avant.

Isabelle Minière, démontre la force de l’humain et continue son exploration des drames familiaux, du non-amour, des situations plus que difficiles, de la volonté, la possibilité de se reconstruire lorsque l’on rencontre les bonnes personnes.

J’apprécie l’écriture d’Isabelle Minière, nette, précise, volontaire et cela donne de très bons livres. « Au pied de la lettre » et « Je suis né laid » sont de la même eau.

Merci Monsieur Safran de m’avoir proposé cette lecture.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Alex-Mot-à-Mots 07/06/2021 13:58

Quel titre étrange....

zazy 09/06/2021 19:58

Mais qui résume bien le livre

Jérôme 06/06/2021 08:56

Toujours plaisant de retrouver de manière régulière une plume que l'on apprécie.

zazy 09/06/2021 19:58

Tu as entièrement raison

Lydia 05/06/2021 14:28

Je me le note, il a l'air puissant !

zazy 05/06/2021 19:10

Oui et je peux te l'envoyer si tu le désires

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog