Marc Menu - Alors, c'est du jazz

Alors, c’est du jazz

Marc Menu

Editions Quadrature

Décembre 2019

100 pages

ISBN : 978-2-930538-98-3

4ème de couverture :

Après ses courtes nouvelles réunies dans l’ouvrage Petites méchancetés sans grandes conséquences publiées en 2015 aux Éditions Quadrature, Marc Menu nous revient en nous proposant d’autres nouvelles réunies, aux mêmes éditions, sous le titre Alors, c’est du jazz. Ce titre est issu d’une citation de Novecento Pianiste de Baricco, placée en exergue à ce recueil.

Nous retrouvons dans ce recueil le même humour grinçant de Marc Menu que dans ses Petites méchancetés, émaillées quelquefois de poésie. Car l’auteur a plus d’une corde à son arc : rappelons qu’il a également publié des recueils poétiques, notamment les Murmures du chardon (Le Taillis Pré, 2016), mais aussi En chemin (La Taupîne, 2016) et Pen Duick (La Taupîne, 2018).

L’auteur (site de l'éditeur) :

Marc Menu est né à Bruxelles le 4 mai 1961. Après des études de bibliothécaire-documentaliste, il a œuvré pendant vingt ans dans une école de cinéma… et ne sait toujours pas, aujourd’hui, en quoi consistait exactement son travail. Il s’occupe désormais de poésie (et de ses petites méchancetés) à plein temps. Il n’a pas prévu de mourir avant le 17 mai 2064. Ça risque d’être long.

============================

C’est sur ce point, je vous avoue, que j’ai du mal à me positionner, maître… Je ne discerne pas très bien moi-même la nature de cette partition que j’ai écrite.

Alors c’est très simple, mon ami, ne cherchez plus : C’est du jazz !

La chute de la mise en bouche de Gaëlle Pingault est un bon résumé du livre.

Maintenant, je me demande si je ne vais pas copier Marc Menu, enfin son chien, et demander au mien d’écrire mes commentaires . Mince, ce n’est pas dans l’immédiat. Il faut d’abord que je lui apprenne à tenir un livre dans ses pattes, à ne pas le déchiqueter croyant à un nouveau jeu.

Bon, alors, tant pis, je me lance.

Plus que des nouvelles, ce sont des histoires courtes, voire très courtes, des tranches de vie, des instantanés, des minutes de vie où se disputent l’insolite, la vie courante et banale. La fin, un couperet qui peut être un retournement, une jolie ou mauvaise chute

La tendresse n’est pas absente « Quand ma première femme est partie, je suis entrée dans l’hiver…. L’hiver est resté là deux longues années. Et puis, il y a eu toi. Le feu à l’âme. Le feu au… corps. Et depuis toi,, au lit…. Je n’ai plus froid aux pieds. »

Les histoires d’amour peuvent mal se terminer surtout lorsque l’on monte une voile noire sur le bateau du promis.

Difficile de résumer un tel livre car tout y passe, l’amour, le sexe,l’amitié, le nombril...Un petit feu d’artifice, au fait pourquoi cette habitude de mettre toujours, petit, grand… Bref, un feu d’artifice avec des histoires qui me m’ont touchés ou pas.

J’ai apprécié ses histoires courtes et, surtout, l’économie de mots qui va droit au but.

Un petit coup de mou dans le moral, surtout en ces temps de confinement, allez, hop, ouvrez une page au hasard et...Dégustez !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Philippe D 22/04/2020 12:51

Je n'ai pas beaucoup aimé ces textes trop courts pour moi et qui vont dans tous les sens...

zazy 22/04/2020 14:31

C'est justement ce que j'ai apprécié ; des petites bulles qui explosent. Un livre à ouvrir à une page, continuer sur deux ou trois et arrêter.

manou 16/04/2020 06:58

Des nouvelles j'en lis très peu mais c'est vrai qu'en ce moment c'est une bonne idée car cela demande une attention moins soutenue et prend moins de temps et comme tu le dis, on peut ouvrir le livre au hasard. Je ne connais pas du tout cet auteur ! Belle découverte donc...

zazy 16/04/2020 10:29

Découverte pour moi également grâce à Yves

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog