Hugo Boris - Je n'ai pas dansé depuis longtemps

Je n’ai pas dansé depuis longtemps

Hugo Boris

Editions Belfond

janvier 2010

395 pages

ISBN / 9782714445131

 

4ème de couverture :

Ivan est désigné pour être le premier homme à rester plus de quatre cents jours en orbite autour de la Terre.

Un homme ordinaire, marié, père de deux enfants, quitte la planète.

Tandis que l’Empire soviétique plonge dans le chaos, il tourne sans fin.

Pour lui, le Soleil se lève et se couche seize fois par jour. Au fil du temps, il perd le sommeil, l’odorat, le goût.

Sa colonne ne le porte plus.

Sa raison vacille.

Il s’entraînait depuis des années, l’esprit entièrement tendu vers le cosmos. Maintenant, il n’a d’yeux que pour la Terre. Elle lui manque comme une femme.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Hugo Boris est l’auteur de trois romans, tous publiés chez Belfond et ayant tous reçu un excellent accueil critique et une reconnaissance publique. Le Baiser dans la nuque (Belfond, 2005 ; Pocket, 2007), prix Emmanuel-Roblès. La Délégation norvégienne (Belfond, 2007 ; Pocket, 2009), premier prix littéraire des Hebdos en Région. Je n’ai pas dansé depuis longtemps (Belfond, 2010 ; Pocket, 2012), prix Amerigo-Vespucci.

=============================

1991, Ça y est, Yvan avec deux astronautes décollent de Baïkonour direction l’orbite qui leur permet de tourner autour de la terre. Il a passé tous les tests et voilà, il est parti pour quatre cents jours. Il pourrait être le premier homme à avoir été en apesanteur si longtemps.

Yvan, Viktor et Nikolaï vivent en vase clos. Les notions haut, bas n’existent plus, ils doivent regarder d’où vient la lumière pour savoir où est le haut. La cohabitation n’est pas aisée, des conflits larvés naissent. Seule la technique a droit de cité à bord, Ivan ne se sent pas à sa place. Il va même jusqu’à jouer à un jeu idiot rebondir contre les parois de la station, il pourrait aller jusqu’à ouvrir une voie d'air, quelque chose en lui l'empêche de s’arrêter. Seul Viktor saura.

Le trio change, Viktor et Nicolaï laissent la place à Nikita et Golbaev. Dans un des sacs, le service d’hygiène mentale a déposé une cassette vidéo pour van…. Un film érotique et ou porno

Orbite 3954, il sort de la station avec Nikita la trouille au ventre. Entre eux naît une fraternité, peut-être la même que les soldats juste avant un combat « Ivan pusse davantage, aperçoit autour de lui une nuée de petits objets happés par le vide qui affluent vers l’ouverture : rondelles, sangles,crayons… La clarté de l’étoile l’éblouit. Il vérifie la solidité des câbles, se plaque contre les barreaux de l’échelle. « Alors qu’il est en chute libre depuis des mois, il est pris de vertige. Sous les chaussons, la Terre défile à une vitesse ahurissante. Il ne la percevait pas ainsi à travers le hublot… Il n’y a plus de fond contre lequel s’écraser. »Autour de lui, le silence, l’absence de bruit et, plus tard, la tentation de l’ultime.

A l’intérieur de Mir, l’entente entre les trois hommes s’affirme. Est-ce Ivan qui « s’humanisent » ? Est-ce le passage à vide qu’il a connu ? Enfin bref, il se sent bien dans le trio.

Troisième changement d’équipage. Sacha et Bogdan prennent la place de Nikita et Golbaev. Sacha est une femme. Pas facile la promiscuité avec une femme dans un si petit endroit. Mais tant de choses ont changé depuis sa sortie dans le néant de l’espace.

Depuis son départ, j’ai vu Ivan évoluer, de machine, de questionnement sur lui-même, sa place dans l’habitacle et dans la vie... il passe à l’humain. Il ose être présent. « Ivan sent les mots de son compagnon pénétrer doucement ses défenses, s’introduire en lui comme une lumière paresseuse. Il devine à sa chaleur qu’elle se répand tranquillement, cherche les coins où cureter les ombres. Nikita n’a rien dit méchamment. » Il ose être lui-même.

Une livre dense, une mine de renseignements sur la vie dans l’espace. J’ai ressenti le confinement, la promiscuité, le manque. Très instructif sur la modification de l’homme dans ce milieu hostile.

Une belle découverte restée trop longtemps sur mon étagère. Un auteur découvert avec Trois grands fauves, et Police

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Bernie 13/03/2020 18:50

Un auteur que je ne connais pas, et la lecture de ta chronique me fait penser que c'est bien dommage.

zazy 13/03/2020 20:33

Merci Bernie. Il pourrait te plaire

Alex-Mot-à-Mots 13/03/2020 11:16

Un peu trop long à mon goût. Je l'avais fini en avance rapide.

zazy 13/03/2020 20:32

Oui, il y a quelques longueurs, mais c'est peut-être à l'aune de la vie la-haut

Aifelle 13/03/2020 07:15

C'est le genre d'histoire qui ne m'attire pas du tout ..

zazy 13/03/2020 20:32

C'est peut-être pour cette raison qu'il est resté si longtemps sur mon étagère !! mais por moi, ce fut une belle lecture

manou 12/03/2020 12:02

Ta chronique me donne envie de poursuivre ma découverte de cet auteur dont j'avais apprécié "Police" et puis pour une raison inconnue, je n'ai plus rien lu de lui :) Merci de nous parle de celui-ci

zazy 12/03/2020 18:49

Il y a tant de bons auteurs !

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog