Mick Kitson - Manuel de survie à l'usage des jeunes filles

Manuel de survie à l’usage des jeunes filles

Mick Kitson

Traduction Céline Schwaller

Editions Métaillié

Août 2018

240 pages

ISBN : 9791022608008

 

4ème de couverture :

Que font deux gamines en plein hiver dans une des plus sauvages forêts des Highlands, à des kilomètres de la première ville ?

Sal a préparé leur fuite pendant plus d’un an, acheté une boussole, un couteau de chasse et une trousse de premiers secours sur Amazon, étudié le Guide de survie des forces spéciales et fait des recherches sur YouTube. Elle sait construire un abri et allumer un feu, chasser à la carabine. Elle est capable de tout pour protéger Peppa, sa petite sœur.

Dans le silence et la beauté absolue des Highlands, Sal raconte, elle parle de leur mère désarmée devant la vie, de Robert le salaud, de la tendresse de la sorcière attirée par l’odeur du feu de bois, mais surtout de son amour extraordinaire pour cette sœur rigolote qui aime les gros mots et faire la course avec les lapins.

Un premier roman passionnant et tendre, qui parle de survie, de rédemption, et des vertus régénérantes de la nature. Une vraie réussite.

L’auteur (site des éditions Métailié) :

Mick KITSON est né au Pays de Galles et a étudié l’anglais à l’université avant de lancer le groupe de rock The Senators dans les années 80, avec son frère Jim. Journaliste pendant plusieurs années, il est devenu professeur d’anglais. Il vit dans le Fife, en Écosse, il aime pêcher à la mouche, jouer du banjo, cultiver des framboises, et il construit des bateaux. Manuel de survie à l’usage des jeunes filles est son premier roman.

===================================

Je l’ai, enfin, sorti de son étagère et l’ai lu au bord de l’étang à attendre le martin-pêcheur. Je dis enfin car, sur la blogosphère, ce roman a fait sensation et j'ai préféré attende par peu d'être déçue.

Sal est l’aînée, sa mère avait dix-sept ans lorsqu'elle est née, son père est mort dans un accident automobile peu après sa naissance. Peppa, la seconde est née d’un père nigérien reparti chez lui.

La mère a commencé à avoir de gros problèmes d’alcool que Sal gérait tant bien que mal en cachant les bouteilles. Elle a dû, toute petite enfant, s’occuper de la mère et la sœur. « C’était toujours moi qui m’occupais d’elle quand elle était malade et je lui donnais du Calpol quand elle était bébé et qu’elle faisait ses dents ou qu’elle avait de la fièvre alors que j’avais seulement quatre ans de plus qu’elle mais maman était incapable de faire ces trucs-là pour elle ou pour moi. Des fois parce qu’elle était saoule et des fois parce qu’elle était paniquée et qu’elle se mettait à pleurer quand on était malades ou qu’on s’était fait mal après elle se saoulait et s’endormait. ». Et puis, l’autre salaud est arrivé, Robert, et là, elle n’a plus pu aider sa mère. L’autre lui faisait ingurgiter des bouteilles de vodka, c’était marrant selon lui. Alors, elle a assumé sa sœur... et le salaud qui entrait dans sa chambre en lui faisant promettre de ne rien dire car elle serait envoyée dans un centre et séparée de Peppa. Salaud, mais pas con, enfin pour ça. Bien sûr, il picole également, se shoote, deale, vole… Bref, le beau-père parfait.

C’est lorsqu’il a dit que, maintenant, il s’en prendrait à Peppa que Sal a décidé de le tuer. Avant, elle a acheté tout ce qui leur fallait pour survivre au milieu de la forêt, boussole, couteaux, trousse de premiers secours, médicaments... Elle a étudié à fond le « manuel de survie des forces spéciales », appris certains choses grâce à YouTube (faire du feu, construire une cabane, fabriquer des pièges…), acheté et posé un verrou à l’extérieur de la porte de la chambre de sa mère pour qu’elle ne soit pas accusée, elle aurait été incapable de se souvenir de quoi que ce soit. Tout est planifié, non pas froidement, elle n’en est pas capable, mais calmement, minutieusement.

Ce n’est pas une petite fille, mais un petit animal, une femelle, qui doit se protéger, protéger les siens. Elle agit parce qu’il faut le faire pour la survie.

Le jour venu, les deux enfants partent tranquillement direction la forêt et là, c’est également la femelle qui continue de prendre la direction des affaires. Sal ne sourit jamais, seule Peppa, petit chiot, est capable de la faire rire. Elle est toujours aux aguets, à l’affût, toujours craintive et renfermée, ne veut et ne peut faire confiance à personne « Le rapport disait que j'étais « renfermée, que je paraissais socialement isolée et semblais réticente à nouer de nouvelles amitiés. » Ce qui était vrai. J'étais comme ça. Je le suis toujours. »

Elles construisent une cabane solide, imperméable aux vents et la pluie, se nourrissent de leurs chasses et pêches. De temps à autre, des crises d’angoisse paralyse Sal et il lui faut toute son énergie pour retrouver l’équilibre qui lui, leur permet de survivre.

« Survivre se résume en grande partie à prévoir, prendre le temps de réfléchir, prévoir, essayer de voir ce qui peut mal tourner et imaginer ce qui se passera si les choses changent. »

La rencontre avec une improbable femme des bois va tout changer. Ancienne doctoresse, elle vit un peu plus loin dans une cabane. « Elle avait vraiment l'air d'une sorcière et elle portait un gros châle en tartan autour de la tête à la manière d'une Africaine et son manteau était long et noir. » C’est elle qui va soigner Peppa mordue par un brochet et dont les plaies se sont infectées. Sal va oser poser son gros sac à ses pieds et accepter de vivre ensemble. Avec elle, elle redevient une jeune fille, certes sauvage, mais qui peut espérer déposer son statut de femelle louve pour celui d’humaine, connaître l’empathie, oser faire confiance. Alors, oui, elle peut aller chercher sa mère en cure de désintoxication.

Un long chemin de résilience et de pardon l’attend.

Dans ce livre, les descriptions sur la nature sont superbes. J’étais à côté des deux gamines, à surveiller que le feu ne s’éteigne jamais.

Bien sûr, tout ceci est hautement improbable, mais c’est un joli conte sur fond de mauvais traitements, misère humaine, pauvreté, alcoolisme et abus sexuel.

Très bon premier roman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Lydia 20/10/2019 16:22

Il est dans ma PAL. Allez, hop, je le ressors et je le place sur le dessus !

zazy 20/10/2019 23:02

Bonne lecture. J'espère que tu aimeras

zazy 20/10/2019 23:01

Moi aussi, mais il n'y a aucune morgue

annie-france belaval 16/10/2019 18:49

C'est étrange, il me semble avoir lu ce livre, il faut que je vérifie. A force d'enchaîner les livres, ça se mélange...un livre en évoque un autre; j'espère avoir mis un avis quelque part...

zazy 16/10/2019 19:31

Cela m'arrive également car, je note un livre après lectures de bons commentaire et, plus tard, j'ai l'impression de l'avoir lu

Aifelle 16/10/2019 06:59

Je ne l'ai pas lu parce j'en avais lu trop du même genre quand il est sorti. Je le ferai peut-être quand il sortira en poche.

zazy 16/10/2019 19:31

Le traitement est radicalement différent de ceux que j'ai pu lire

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog