Amor Towles - Un gentleman à Moscou

Un gentleman à Moscou

Amor Towles

Editions Fayard

août 2018

576 Pages

ISBN : 9782213704449

 

4ème de couverture :

Au début des années 1920, le comte Alexandre Illitch Rostov, aristocrate impénitent, est condamné par un tribunal bolchevique à vivre en résidence surveillée dans le luxueux hôtel Metropol de Moscou, où le comte a ses habitudes, à quelques encablures du Kremlin. Acceptant joyeusement son sort, le comte Rostov hante les couloirs, salons feutrés, restaurants et salles de réception de l’hôtel, et noue des liens avec le personnel de sa prison dorée – officiant bientôt comme serveur au prestigieux restaurant Boyarski –, des diplomates étrangers de passage – dont le comte sait obtenir les confidences à force de charme, d’esprit, et de vodka –, une belle actrice inaccessible – ou presque ­–, et côtoie les nouveaux maîtres de la Russie. Mais, plus que toute autre, c’est sa rencontre avec Nina, une fillette de neuf ans, qui bouleverse le cours de sa vie bien réglée au Metropol.

Trois décennies durant, le comte vit nombre d'aventures retranché derrière les grandes baies vitrées du Metropol, microcosme où se rejouent les bouleversements la Russie soviétique.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Né en 1964 dans la banlieue de Boston, Amor Towles est un romancier américain, diplômé des universités de Yale et de Stanford. Après une carrière dans la finance, il se consacre désormais à l’écriture. Il est l’auteur de deux romans qui ont rencontré un immense succès critique et commercial aux États-Unis, Les Règles du jeu (Albin Michel, 2012) et Un Gentleman à Moscou, tous deux traduits dans une vingtaine de pays. Son premier roman, Les Règles du jeu, a été couronné en France par le prix Fitzgerald.

 

Le livre s’ouvre sur un poème du Comte Alexandre Ilitch Rostov, publié en 1913. Puis, vient le compte-rendu de la comparution du même Comte, le 21 juin 1922, devant un tribunal du peuple, pour ce même poème. Il risque le peloton d’exécution. Heureusement, quelques camarades bien placés, appréciant ledit poème, font qu’il est assigné à résidence dans le Metropol hôtel où il séjourne. Las, il ne pourra JAMAIS en sortir sous peine d’être immédiatement exécuté. Bien entendu, il ne séjournera pas dans sa suite, le 217, mais au 5ème étage dans une chambre mansardée minuscule, avec quelques uns de ses meubles.

« Les bolcheviques, férocement déterminés à refondre l’avenir dans un moule façonné par leurs propres soins, n’auraient de cesse qu’ils n’arrachent, ne brisent et n’effacent jusqu’aux derniers vestiges de sa Russie à lui ».

Son état d’esprit, son éducation le poussent à trouver le positif dans sa nouvelle vie. Il va, avec sa nouvelle amie, une gamine de neuf ans, Nina, qui change toute sa ligne de vie, explorer le grand hôtel de haut en bas.  Juste avant son départ de l'hôtel, Nina lui offre le passe qui ouvre les portes du haut en bas de l'hôtel. J’ai apprécié le respect qu’il a envers « le petit personnel ». D’ailleurs, pour donner un sens à sa vie, il devient serveur en chef et met tout son art à bien servir les clients, sans ostracisme, ni se rabaisser. C’est ça la classe ! Avec le chef, un français et le maitre d’hôtel, ils forment un trio de choc, féminisé par la grâce et la complicité de Nina, Sofia et Marina.

Alexandre donne des cours de civilisations française, anglaise, américaine à une huile bolchevique, Ossip. Une amitié naît qui va au delà des divergences politiques et permet des échange savoureux.

« Les américains et nous serons les seules nations à avoir appris à balayer e passé plutôt que de nous incliner devant lui. Seulement eux ont agis de la sorte au nom de leur cher individualisme, alors que nos efforts à nous sont au service du bien commun. »

Un beau, ou plutôt, mauvais jour, Nina lui confie sa fille, Anna. Son mari est emprisonné en Sibérie, décide de le suivre, trouver un logement et revenir chercher la petite. Sauf qu’elle ne revient jamais et que de oncle Alexandre, il passe au statut de papa

Le roman est découpé en chapitres, successions de petites histoires qui jalonnent les trente années que durent l’assignation à résidence d’Alexandre Ilitch Rostov.

S’il ne peut sortir humer l’air du temps, Alexandre en ressent les soubresauts, les changements ; celui du directeur un bon soviétique comme l’entend le Politburo . Les réunions, tables en U, remplacent les bals donnés dans la salle des fêtes de l’hôtel, l’accordéon et les chants révolutionnaires ont supplanté les orchestres de musique de chambre ; Camarade est utilisé d’office, interdiction de dire monsieur le comte ou madame… Le dîner avec Khrouchtchev est raconté avec toute la malice d’Amor Towles

A l’instar d’Alexandre, Amor Towles écrit avec une grande élégance, bienveillance, humour. Je n’ai pas ressenti de haine face au pouvoir bolchevique mais une recherche de l’âme russe avec toutes ses contradictions. J’ai ressenti la pression politique, l’oppression, le manque mais également la débrouillardise, une certaine résistance, ne serait-ce que dans l’attitude du comte.

Amor Towles, sous les lambris dorés du Grand Hôtel me fait vivre l’arrivée du socialisme, puis du totalitarisme russe avec élégance, malice, retours en arrière vers le passé et les fastes de la vie d’avant et les couloirs du Grand Hôtel.

Les dessins de la  très élégante couverture sont un condensé de la vie d'Alexandre Ilitch Rostov.

Un coup de cœur que je dois au blogue de Nicole


 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Une ribambelle 02/03/2019 14:50

Une lecture qui m'attire depuis le début donc tu me confortes.

zazy 06/03/2019 19:45

Il peut voyager

sylire 26/02/2019 20:40

Je l'ai lu en version audio et je ne suis pas aussi enthousiaste que toi. J'ai passé de bons moments avec le conte mais j'ai trouvé cela trop long (surtout en audio).

zazy 28/02/2019 22:39

Comme c'est un gros livre, je pense que la lecture audio doit être fastidieuse à la fin

Alex-Mot-à-Mots 14/02/2019 12:51

Une lecture qui me tente de plus en plus.

zazy 15/02/2019 22:22

Je peux également te le prêter

manou 12/02/2019 16:03

La couverture est superbe et l'histoire tout à fait attirante...Je le note !

zazy 15/02/2019 22:22

Je peux te le prêter

Anne 12/02/2019 11:06

J'adore la couverture!

zazy 15/02/2019 22:21

L'intérieur est à l'avenant

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog