Marie Rouzin - Circulus

Circulus

Marie Rouzin

Editions Serge Safran

septembre 2018

224 pages

ISBN : 979-10-97594-18-3

 

 

4ème de couverture :

Dans les bois, à la périphérie d’une très grande ville, une jeune femme solitaire rencontre une future mère, Andronica. Elle l’accompagne dans une roulotte pour assister à son accouchement. Naissent deux garçons, fruits d’une grossesse non désirée. Commence alors un long voyage pour ces deux femmes, bientôt rejointes par d’autres, pour retrouver le père. Avec la volonté farouche de les lui faire reconnaître.

Ce voyage initiatique est riche de rencontres : une veuve vendeuse de beignets, une femme éperdue de colère, deux frères prêts à élever les enfants, des ouvriers sur un chantier, une troupe de cirque.

Violence et difficulté d’exister prédominent dans cette quête non sans le lyrisme d’une parole quasi incantatoire.

 

L’auteure (site de l’éditeur) :

Marie Rouzin est né en 1978 à Bayeux. Après un passage dans l’administration culturelle, elle se dirige vers l’enseignement. Elle vit aujourd’hui à Mantes-la-Jolie où elle est professeur de lettres modernes.

Circulus est son premier roman.

 

==============================

 

En périphérie d’une grande ville, la narratrice, une jeune femme perdue dans un bois, dont nous ne serons rien, regarde un groupe de plusieurs personnes autour d’un feu dont une très vieille femme dans une caisse et une femme enceinte. Cette dernière lui propose de les rejoindre. Elle va la suivre, sans un mot, jusqu’à sa caravane où elle accouche de jumeaux, issus d’un viol. Andronica, tel et son prénom crie sa colère contre le père de ses enfants et la vieille femme qui l’a accouchée et s’est permis de donner un prénom au dernier né alors qu’elle était évanouie.

Il lui faut absolument, enfin c’est ce qu’elle veut, retrouver le père, qui l’a violentée, pour qu’il nomme les enfants, entérine les deux prénoms et ainsi, reconnaisse son acte et ainsi, efface l’affront de l’accoucheuse.

Les deux femmes et les jumeaux entrainent avec elles d’autres femmes en colère rencontrées au cours de leur périple.

J’ai traversé avec elles, un territoire fait d’abris précaires, de réfugiés, de sans-papiers exploités dans les grands travaux qui parsèment la périphérie ceci, bien entendu, sans aucun contrat de travail. Beaucoup de morts sans nom, sans sépulture décente jalonnent les constructions.

La colère d’Andronica qui la gueule à plein poumons va attirer un attroupement. Les ouvriers des chantiers arrivent, écoutent. Les langues se délient, les colères sortent, les larmes jaillissent.

 « C’est comme nous, à dit un autre homme, nous avons déjà un travail, il faudrait donner un nom à ce travail, il faudrait que ce travail soit reconnu.

Entendus, il faudrait que nous soyons entendus, a dit un dernier. »

Ce road street trip, voyage initiatique, voyage de la reconnaissance, de l’autorisation à s’exprimer, de la demande de reconnaissance des autres. Peut-être permettra t-il à ces hommes et femmes d’être reconnus, de pouvoir être nommés, d’avoir un nom.

Une démarche singulière ? Le silence de la narratrice renforce le cri d’Andronica et des autres. Ce voyage lui permettra peut-être de trouver sa voie et retrouver sa voix.

Un récit singulier, original qui crie ce besoin du nom qui nous différencie les uns des autres. J’ai apprécié que les coups de gueule d’Andronica amènent les gens à se regrouper, à leur permettre de parler, d’oser le faire.

Circulus, cercle qui entoure les femmes et qui grandit, s’exprime, crie ; cercle vicieux de la pauvreté, cercle de la piste de crique, cercle de la violence… Un premier roman court mais fort, avec une note d’espoir ou d’espérance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Alex-Mot-à-Mots 14/09/2018 11:56

Tu es arrivé à me convaincre de lire un (road) street-trip.

zazy 14/09/2018 19:30

Je peux te l'envoyez si tu le désires

Mimi 13/09/2018 23:37

Nous avons tous besoin de reconnaissance, de n’être pas anonymes... Un thème de roman très intéressant !

zazy 14/09/2018 19:30

J'en ai apprécié le déroulement

manou 13/09/2018 07:28

Intéressant encore une fois ce roman édité par Rouge safran...Un éditeur qui a une ligne éditoriale vraiment intéressante. Merci pour la découverte

zazy 14/09/2018 19:28

La maison d'édition, c'est Serge Safran et non rouge safran ! Oui, j'apprécie beaucoup leur ligne éditoriale

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog