Kaouther Adimi - Nos richesses

 

Nos richesses

Kaouther Adimi

Editions du Seuil

Août 2017

240 pages

ISBN : 9782021373806

 

4ème de couverture :

Un roman empreint de mélancolie qui invite le lecteur à se plonger dans le Alger d'hier et d'aujourd'hui.

 

En 1935, Edmond Charlot a vingt ans et il rentre à Alger avec une seule idée en tête, prendre exemple sur Adrienne Monnier et sa librairie parisienne. Charlot le sait, sa vocation est d'accoucher, de choisir de jeunes écrivains de la Méditerranée, sans distinction de langue ou de religion. Placée sous l'égide de Giono, sa minuscule librairie est baptisée Les Vraies Richesses. Et pour inaugurer son catalogue, il publie le premier texte d'un inconnu : Albert Camus. Charlot exulte, ignorant encore que vouer sa vie aux livres, c'est aussi la sacrifier aux aléas de l'infortune. Et à ceux de l'Histoire. Car la révolte gronde en Algérie en cette veille de Seconde Guerre mondiale.

 

En 2017, Ryad a le même âge que Charlot à ses débuts. Mais lui n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. Étudiant à Paris, il est de passage à Alger avec la charge de repeindre une librairie poussiéreuse, où les livres céderont bientôt la place à des beignets. Pourtant, vider ces lieux se révèle étrangement compliqué par la surveillance du vieil Abdallah, le gardien du temple

 

L’auteur (site de l’éditeur)

Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi est diplômée en lettres modernes et en management international des ressources humaines. Actuellement, elle travaille comme responsable des ressources humaines dans une entreprise de luxe. Ses nouvelles ont été distinguées par le prix du jeune écrivain francophone de Muret (en 2006 et en 2008) et par le prix du FELIV (Festival international de la littérature et du livre de jeunesse d’Alger). Son premier roman, L'Envers des autres (Actes Sud, 2011) est aussi paru en Algérie aux éditions Barzakh et a obtenu le prix de la Vocation.

 

================================

 

Un homme qui lit en vaut deux, c’est aussi valable pour une femme, un enfant, bref, la culture fait reculer l’obscurantisme, c’est pourquoi certaines personnes, des hommes en général, n’aiment pas que le peuple lise et s’instruise.

Changement de mœurs, nous sommes en 2017 ; on vide une librairie pour la transformer en commerce de beignets, ceci au 2bis rue Hamani, ex rue Charasse à Alger. C’est le jeune Ryad qui doit se charger de cette basse besogne. Un stage ouvrier pour confirmer son année d’étudiant-ingénieur en France.

Cette boutique devenue obscure était l’antre, le foyer de la connaissance qu’Edmond Charlot a ouvert en 1935.Faire lire les gens, dénicher et éditer des auteurs inconnus, tel est son sacerdoce. J’emploie le terme car le désir d’éditer occupe toute sa vie. Il a découvert et édité Albert Camus, Jules Roy, André Gide, Emmanuel Roblès, Kater Yacine, Mohammed Dib entre autres.

C’était surtout une équipe de copains qui, avec des bouts de ficelle sortent des merveilles qui obtiennent des prix prestigieux comme le Goncourt.

Charlot fonde une autre maison d’éditions à Paris mais la seconde guerre arrive avec les pénuries de papier, la censure, les problèmes d’argent et, peut-être d’égo pour certains. La faillite est là et Charlot retourne à Alger où la guerre d’indépendance sonne le glas de son œuvre.

Entre  1935 et 2017, Kaouther Adimi l’Algérie, les méfaits de la colonisation, le désir d’indépendance après la seconde guerre puis ce que les autorités ont appelées pudiquement les « évènements d’Algérie », autrement dit, la guerre d’indépendance.

Le passé et le présent alternent tant le présent se nourrit du passé, une plongée dans l’Algérie historique et présente.

Kaouther Adimi met m’a donné envie d’aller voir ce qui se trouve au 2bis rue Hamani, ex rue Charasse à Alger. Son écriture effervescente et douce devient télégraphique, lorsqu’elle parle du journal d’Edmond Charlot. D’ailleurs il semble si vrai que j’ai eu envie de le croire exhumé de Pézenas, plutôt que de son imagination.

Ce bouquin est un hymne à la littérature, aux livres, à la connaissance, l’ouverture aux autres, l’amitié qui pourraient bien être nos vraies richesses.

J’ai eu l’occasion d’écouter Kaouther Adimi parler de son livre lors de la soirée « explolecteurs 2017 » organisée par Lecteurs.com. Son livre lui ressemble. J’ai aimé ce moment, sa verve et son plaisir, dommage qu’elle ait dû partir plus tôt, je n’ai pu lui faire dédicacer mon livre.

L’envers des autres est un petit bijou et celui-ci une perle.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Une ribambelle 28/12/2017 08:05

Un roman que j'ai aussi beaucoup apprécié et lu d'une traite.

zazy 28/12/2017 12:04

Une auteure très agréable

sylire 24/12/2017 20:09

J'ai trouvé ce livre intéressant mais un peu frustrant tout de même. J'aurais aimé qu'il soit un peu plus étoffé.

zazy 25/12/2017 18:55

Peut-être as-tu raison, mais ce serait un autre livre

Lydia B 24/12/2017 16:04

Je ne connaissais pas. Merci Zazy !

zazy 24/12/2017 16:06

Superbe

Mimi 22/12/2017 16:55

Un livre que j’avais déjà remarqué chez d’autres blogueurs et qui confirme mon envie de le découvrir.

zazy 22/12/2017 18:44

Le Père Noël n'a que l'embarras du choix !

Alex-Mot-à-Mots 22/12/2017 14:58

Une idée que l'on ne peut qu'approuver, mais il m'a manqué un je ne sais quoi pour apprécier pleinement ce roman.

zazy 22/12/2017 16:11

ce sont des choses qui arrivent et que j'ai rencontrées avec Cabo

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog