Thomas Fecchio - Je suis innocent

 

Je suis innocent

Thomas Fecchio

Editions Ravet-Anceau

2017
304 pages

ISBN : 9782359736007
 

 

 

4ème de couverture :

Six heures du matin. Des hommes armés déboulent dans la chambre de Jean Boyer. Dans un état de semi-conscience, le quinquagénaire a le temps d’apercevoir leurs brassards siglés « police ». Mauvais signe, surtout pour lui, ex-taulard relâché après trente ans passés derrière les barreaux. Ses crimes ? Meurtre et viols à répétition. Ce jour-là, c’est le capitaine Germain qui lui passe les menottes. Le cadavre de Marianne Locart, une étudiante originaire de Soissons, a été retrouvé enterré près du domicile du suspect, un bras sortant de terre. La première victime de Boyer avait subi le même sort. Pour la Justice, pour les médias et pour les politiques, le récidiviste devient le suspect idéal. Pourtant, Germain doute de la culpabilité de l’interpellé qui ne cesse de répéter « Je suis innocent ». Mais l’engrenage est enclenché. À ce stade, Boyer n’a plus qu’une solution pour s’en sortir : débusquer le meurtrier de Marianne.

 

L’auteur (site de l’éditeur) :

Né à la fin des années 1970 à Château-Thierry, Thomas Fecchio débute des études de sciences puis bifurque vers le cinéma. Il intègre la Femis où il produit plusieurs courts métrages.

Passionné par la littérature policière et les séries (The Wire, Engrenages…), il décide de se consacrer à l’écriture de scénarios et collabore à plusieurs projets développés par Florian Môle. Il écrit également avec Kostia Testut la série policière « La nuit n’attend pas » où il revient sur la première grande affaire de serial killer qu’ait connu la France : celle du Tueur de l’Ombre, assassin de femmes qui fit trembler la banlieue nord pendant les années 1970.

Désormais associé dans une société de production de documentaires, il collabore à l’écriture de plusieurs projets actuellement en cours.

Je suis innocent est son premier roman.

 

========================

 

Boyer, sorti de tôle depuis peu, est arrêté manu militari par une escouade dirigée par le Commandant Germain. Il faut dire que ce Boyer est criminel sexuel et qu’un crime sexuel a été commis dans le petit bois près de chez lui. La jeune femme a été violée, battue à mort, étranglée puis enterrée. La police a vite fait le lien, d’autant que la scène de crime ressemble à celle de son premier forfait.

Le commandant Germain est chargé du premier interrogatoire ; il entend Boyer crier son innocence et il doute, il doute. Boyer, malgré la pression des media, des autorités est relâché faute de preuve (pas de trace d’ADN, ni sur la victime, ni dans la voiture).

Le présumé coupable, avec son pedigree comprend très vite qu’il doit débusquer lui-même l’assassin de Marianne Locart, la police (sauf Germain) et la justice ont trouvé LEUR meurtrier et ne veulent aller plus loin.

Germain, jeune commandant, sans expérience, si peu sûr de lui avec ses tics : recoiffer ses cheveux châtains, rajuster sa chemise et resserer son nœud de cravate n’est pas un cow-boy comme les autres, non il réfléchit beaucoup, admet se tromper. Ses discussion avec le commissaire Lombard, son mentor, lui permettent d’avancer. Ses collègues l’on surnommé « Chérubin », c’est vous dire l’ambiance au sein de l’équipe. Allez donc vous faire entendre et respecter avec ce joli surnom.

Chevron, lieutenant de son état, ça c’est du vrai, du muscle, du viril « C’était le genre de policier à qui on se fiait pour couvrir ses arrières,  qui prenait le bélier au moment de défoncer une porte… L’exact opposé de Germain avec son physique fluet ». Martinetti, vrai nom de chevron, n’apprécie pas Germain et ne manque pas de le lui faire savoir, tout comme les deux officiers de police judiciaire sous ses ordres. C’est à lui qu’aurait dû revenir le poste et non à de « Chérubin »

Personne à qui se raccrocher, pas de héros au grand cœur, personne n’est blanc ou noir, chacun a ses noirceurs. « Je m’appelle Jean Boyer, je suis âgé de 58 ans, j’ai passé l’essentiel de ma vie derrière les barreaux pour des délits à caractère sexuel. Je ne voulais faire de mal à personne. Je n’ai pas eu de chance. », même la victime  n’est pas ce que l’on croit.

Thomas Fecchio ne prend pas parti. Il alterne les points de vue des protagonistes, passe de Germain à Boyer. Il expose les fait, les sentiments, les pulsions des personnages  sans cacher leurs forces, leurs faiblesses, leurs noirceurs. Il me promène et, petit-à-petit, détruit les indices posés quelques pages avant. Les sentiments, les idées que je me suis faites oscillent comme le fléau d’une balance Roberval (ça les moins de vingt ans ne peuvent connaître !). Ce n’est pas du polar testostérone, ni un thriller sanguinolent, l’auteur joue avec la psychologie des personnages, nous donne envie de croire en un espoir de rédemption, un espoir que tout n’est pas écrit, et puis...

Quelques redites qui, pour moi renforcent les tics et caractères des personnages dont Germain, peut-être pour ancrer le personnage dans de futures aventures.  Certaines scènes sont un peu outrées, mais punaise quel premier polar !! Thomas Fecchio va prendre de l’épaisseur, de la bouteille (d’encre pas d’alcool !) et ses livres n’en seront que meilleur.

Merci Thomas Fecchio de me l’avoir proposé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
A
Le même roman sans les répétitions aurait été parfait.
Répondre
Z
Merci d'être passé sur mon blogue. Je vous souhaite de nous ravir avec votre second livre
T
J'espère que mon prochain opus aura votre totale adhésion... en tout cas, je serai très attentif aux répétitions ! J'ai pris note de vos remarques croisées. J'y reviens souvent afin d'améliorer mon travail. Amitiés. Thomas
Z
C'est un premier roman. Les répétitions sont peut-être pour ancrer le personnage dans de futures aventures
O
Un premier roman prometteur que j'ai bien aimé
Répondre
Z
Oui, prometteur
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog