Gaël Octavia - La fin de Mame Baby

La fin de Mame Baby

Gaël Octavia

Editions Gallimard

Collection Continents noirs

Août 2017

76 pages

ISBN : 9782072737015

 

4ème de couverture :

Le Quartier est une petite ville de banlieue où se croisent les destins de quatre femmes. Mariette, recluse dans son appartement, qui ressasse sa vie gâchée en buvant du vin rouge. Aline, l'infirmière à domicile, qui la soigne et l'écoute. Suzanne, la petite Blanche, amante éplorée d'un caïd assassiné. Mame Baby, idole des femmes du Quartier, dont la mort est auréolée de mystère. À travers la voix d'Aline, de retour dans le Quartier qu'elle a fui sept ans auparavant, les liens secrets qui unissent les quatre héroïnes se dessinent...

La fin de Mame Baby raconte avant tout, avec finesse, grâce et passion, l'art qu'ont les femmes de prendre soin les unes des autres, de se haïr et de s'aimer.

 

L’auteur (source Babelio) :

Gaël Octavia, née le 29 décembre 1977 à Fort-de-France, est une écrivaine et dramaturge française. Elle est aussi réalisatrice et artiste peintre.

 

=================

 

Elles habitent « Le Quartier » qui est en fait « une toute petite ville ».

« Ainsi le Quartier est-il laid. Les murs de ses immeubles ne sont ni vraiment marron ni vraiment gris. La grande esplanade à l’est, n’est même pas un peu verte. L’église ultramoderne a une forme biscornue qui n’appelle pas du tout le recueillement ».

Mal conçu, le Quartier a vu déserter les petits commerçants, chassés par le centre commercial « dont les chantiers sans fin attestent qu’il grossit de jour en jour ». La violence règne

« Quand on interroge les habitants du Quartier sur la violence, ils l’évoquent comme un fait du Quartier et non d’eux-mêmes, les habitants ».

Gaël Octavia déroule la vie de quatre femmes, trois noires et une blanche qui vivent et fréquentent le quartier.

Mame Baby, la surdouée, qui sut lire, écrire, compter avant d’aller à l’école, trop tôt disparue que je pensais être un mythe, tant elle est décrite comme « La perle du quartier ».

« Elle sut à cet instant qu’elle n’était plus une enfant parce qu’elle se sentit responsable de ces enfants, ces lycéens plus vieux qu’elle, de leurs frères, de leurs sœurs, de leurs parents, de tout le Quartier. Elle comprit que c’était cela, être Mame Baby pleine et entière, qu’il en serait ainsi désormais, et que cela était lourd et terrible. » Oui Mame Baby devient le trait d’union entre toutes les familles

Mariette et elle était amies depuis l’école primaire, mais personne d’autre n’en parle ou ne s’en souvient.

Mariette la divorcée qui ne s’est jamais remise du départ du second mari, à moins que ce ne soit du départ du premier mari, le garçon étranger, tant aimé, « avec le garçon étranger, on a commis le pire des crimes. Le pire des crimes, c’était l’exogamie, hier comme aujourd’hui, les Roméo et Juliette du Quartier et des villes alentour peuvent en témoigner. »,  qui vit seule dans son appartement, je devrais dire dans son rocking-chair et pleure la mort de son fils

Mariette, si fatiguée par la vie, « C’est tellement fatiguant de porter un cadavre. » Elle a vraiment porté le cadavre de son fils sur plus de cent mètres

« Le désordre vous semblera effrayant. Il y aura des verres bides partout. Vous les ramasserez jusque dans les recoins les plus improbables. Les mégots sur le sol auront l’air de pousser comme des plantes grasses. Il y aura aussi des amas de vêtements à terre » C’est l’état de l’appartement de Mariette, mais c’est aussi l’état de son âme. Mariette n’est qu’amertume qu’elle noie dans le vin.

Suzanne, l’infirmière blanche qui pleure son amant mort. Toutes deux évoquent le disparu sans que Mariette n’ait l’air de comprendre qu’il s’agit de la même personne, son fils

Aline remplace Suzanne auprès de Mariette qui la trouve « Noire comme hier soir » ou, voulant se rattraper, « Noire comme Mame Baby ». Elle est aussi issue du Quartier « Moi qui avais appréhendé  ces retrouvailles avec la ville qui m’avait vue grandir, j’ai goûté l’expérience d’y être une étrangère. Il m’a semblé que c’était la meilleure manière d’être de retour. »

L’Assemblée des femmes tient un rôle important dans le Quartier. Mémoire de Mame Baby dont les récits se passent de mère en fille ou fils, pour l’exemple. Mariette n’y a jamais eu sa place « Bien que ce fut contraire au style de l’Assemblée, des mots ont fusé contre la mère du monstre… Une de ces femmes qui ne se remettent jamais d’un divorce. »

Aline est la conteuse qui fait le lien entre tous.  je m’aperçois très vite que tout tourne autour de LUI, Pierre, l’absent, le mort, l’amant, le fils, le fœtus, et… Aline raconte leurs vies, leurs histoires chaotiques, petit-à-petit se raconte, se dévoile.

Pierre, beau garçon qui attire les filles et les maltraitent. Il a la violence dans la peau depuis tout petit « Mariette avait chéri, caressé, nourri l’éclatement de beauté qui, quotidiennement, avait fait rage sous ses yeux. Et puis à force de semer la violence aux quatre vents, à force de la distribuer sans compter, Pierre avait fini par être anéanti par la violence, dans la superbe de la jeunesse, un mois avant son vingt et unième anniversaire. »

 

Le destin de ces quatre femmes s’entrechoque dans un premier roman abouti et visuel.

 

Livre lu dans le cadre de Masse Critique. Merci à l'équipe de Babelio de me l'avoir proposé

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

manou 28/08/2017 17:22

Les histoires de femmes, j'ai tendance à aimer et ce premier roman est intéressant et à noter donc...A voir ensuite si je le trouve en médiathèque, mais ce que tu me dis me tente...

zazy 29/08/2017 23:48

Il y sera sûrement

Alex-Mot-à-Mots 19/08/2017 14:18

Je te sens convaincue par ce premier roman.

zazy 19/08/2017 15:18

Oui, mais d'autres avis circulent

Mimi 17/08/2017 18:08

Un sujet féminin comme je les aime, des héroïnes de tous les jours !

zazy 19/08/2017 15:18

Oui

Aifelle 17/08/2017 13:08

J'aime bien les histoires de femmes ; alors pourquoi pas.

zazy 19/08/2017 15:18

Un premier roman que j'ai apprécié

Jerome 17/08/2017 13:01

Un premier roman qui me tente énormément, j'aime l'idée des destins de femmes qui s'entrechoquent.

zazy 19/08/2017 15:18

LV ?

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog