Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Articles avec #litterature allemande

Rita Falk - Choucroute maudite

28 Juillet 2017, 22:16pm

Publié par zazy

Choucroute maudite

Rita Falk

Traduit de l'allemand par Brigitte Lethrosne et Nicole Patilloux

Editions Mirobole

mars 2017

256 pages

ISBN 978-2-37561-057-2

 

 

4ème de couverture :

«Bienvenue à Niederkaltenkirchen : ses habitants, son folklore, ses meurtres.»

 

Bienvenue dans le village de Niederkaltenkirchen, Bavière, pour une comédie policière haute en couleur. Le commissaire Franz Eberhofer, viré de Munich pour raisons disciplinaires, se la coulait douce dans sa bourgade natale : les patrouilles finissaient invariablement devant une bière chez Wolfi, en promenade avec Louis II – son chien –, dans la boucherie de son copain Simmerl ou à table avec sa mémé sourde comme un pot. Ça, c’était jusqu’à ce que les membres de la famille Neuhofer claquent l’un après l’autre, avec la mère retrouvée pendue dans les bois, le père électricien électrocuté, et le fils aîné aplati façon crêpe sous le poids d’un conteneur. Ne reste plus que Hans, le fils cadet.

 

L’enquête s’annonce déprimante. Mieux vaut prendre des forces et avaler consciencieusement les robustes charcuteries locales.

 

==============

Je fais un grand écart, sans préparation, j’aime le risque, admirez la sportive !! Après le langage poétique, châtié de Pierre Cendors, me voici au pays de la choucroute, à Niederkaltenkirchen, (je ne le répèterai pas deux fois) en Bavière. J’attaque les nourritures terrestres qui tiennent au corps et à la graisse.

Le Commissaire Franz Eberhofer a été muté dans ce village au nom  imprononçable qui l’a vu naître, suite à une grosse bévue commise à Munich que sa hiérarchie n’a pas du tout apprécié.

L’ennui, la digestion,  les promenades avec Louis II portent à la réflexion. Lorsque le dernier des Neuhofer,  Hans de son prénom est victime d’un accident de scooter, Eberhofer se demande si tous les membres de la famille sont bien morts, de façon rapprochée, d’une mort déclarée, à chaque fois, naturelle. Petit retour en arrière ; le père électrocuté, la mère pendue, le fils aîné écrabouillé par un container. Bien entendu, sa hiérarchie ne le suit pas et l’envoie chez le psy.

Franz a tout du looser, mais, il ne faut pas se fier aux apparences.

Entre deux repas, deux bières, deux parties de jambes en l’air, les promenades digestives, une envie d’y croire et son entourage qui ne veut pas se casser la tête, notre commissaire va dénouer cette affaire. Accidents ou crimes ?

Il y a Franz, mais aussi les autres personnages tout aussi truculents. Le papa qui n’écoute que les Beatles en fumant son pétard, la mémé et ses courses au Lidl, La Mercedes Benz, non pas la voiture mais une belle femme... Même devant une choucroute avec sa pinte de bière, je resterai muette, d’ailleurs on ne pale pas la bouche pleine !

Si vous voulez tout savoir, lisez ce polar truculent et digeste, grivois, pittoresque, rural, décalé. Rassurez-vous cher lecteur, lire ce livre vous fera sourire mais pas grossir. Les nourritures terrestres et roboratives qu’engloutit notre commissaire ne m’ont pas amenées à l’indigestion. Alors, jouissez des réparties picaresques, folkloriques des personnages de ce polar hors des sentiers battus, en compagnie de Louis II.

Un très bon moment de lecture, un policier original, un brin déjanté qui tient au corps, une intrigue fort bien menée. Que demander de plus, sinon une suite !

Merci Yves pour le partage.

 

 

Voir les commentaires

Jonathan Crown - Sirius

14 Janvier 2016, 16:16pm

Publié par zazy

Sirius

Jonathan Crown

Traduit de l'allemand par Corinna Gepner

Editions Presse de la Cité

Janvier 2016

135 pages

ISBN : 2258118573

 

4ème de couverture :

L'incroyable histoire du chien qui fit trembler le IIIe Reich !

Brillant fox-terrier capable de communiquer en messages codés, Sirius émigre aux Etats-Unis avec la famille Liliencron, qui fuit l'Allemagne nazie. Arrivé à Hollywood, il devient la coqueluche des studios Warner Bros et s'acoquine avec les plus grands : Rita Hayworth, Billy Wilder, John Wayne et Cary Grant n'ont plus de secrets pour lui ! Engagé ensuite par le cirque Barnum, son ascension dans le showbiz tourne court lorsqu'un tour de magie échoue et le fait «réapparaître» à Berlin. Il sera alors le dernier confident d'Hitler...

============

Je savais, pour les avoir fréquentés de très près, que les fox-terriers étaient des chiens très intelligents. Sirius ne fait pas exception à la règle ; ou plutôt si, il fait exception car il est suprêmement intelligent, tel le Milou de Tintin. Sirius,ce cabot ne fait pas (trop) le cabot et ne pratique pas le cabotage.

Levy, devenu Sirius, car chien juif, si je vous promets cela a existé, n’a dû la vie sauve, une première fois, que parce qu’il savait faire le salut hitlérien. Il a pu s’exiler, à temps, aux USA avec les Liliencron, ses maîtres, juifs instruits vivant à Berlin. Lors de la funeste nuit de cristal, leur quartier fut mis à feu et à sang, les juifs embarqués. Ils ont pu s’enfuir et se cacher chez leur ami, comédien allemand, puis s’enfuir par la Suisse.

Les péripéties continuent et Sirius devient Hercule, star hollywoodienne. Mais bon, Hollywood, c’est le royaume du fric et voici notre cabot loué au plus grand cirque états-uniens (pour moi, référence au « Plus grand cirque du monde » de Henry Hathaway). On ne va pas s’arrêter en si bon chemin, que nenni ! Hercule retourne, par des hasards hasardeux, à Berlin , devient Hansi et se retrouve dans les bras et sur les genoux d’Hitler lui-même. Il devient le toutou du führer et espion à la solde des alliés. Mais oui, ma brave dame, sur les genoux d’Hitler.

Ce bouquin m’a fait penser aux bandes dessinées d’après-guerre, vous savez les fameux « Comics ». Beaucoup de références cinématographiques, beaucoup de belles gueules de cinéma tout comme cette façon d’encenser puis de jeter les gens. Avec tous les retournements de situations, cela ferait également un bon film d’animation.

Dans la première partie, juste au début de la montée en puissance d’Hitler, on sent l’angoisse monter, l’ambiance devient pesante. Liliencron ne veut pas croire à une extermination possible des juifs. L’Allemagne est sa patrie et il veut y rester. « Nous ne nous laisserons pas expédier dans le désert, répond Liliencron. Hitler serait trop content. Nous sommes allemandes. Notre place est en Allemagne ». L’avenir lui donnera tort. Grâce à Levy-Sirius-Hercule-Hansi, nous suivons les deniers mois de la vie d’Hitler, la défaite annoncée.

Levy-Sirius-Hercule-Hansi, tel un chat est toujours retombé sur ses pattes, même quand il fut taupe, une vraie vie de chien !

Jonathan Crown passe de l’angoisse à la cocasserie, du sérieux à la légèreté. J’ai passé une bonne soirée à lire ce livre. Une façon connue mais bien employée ici pour parler d’évènements historiques sans façon.

 

 

 

Voir les commentaires