Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Articles avec #actes sud

Laurent Gaudé - Ecoutez nos défaites

9 Octobre 2016, 18:53pm

Publié par zazy

Ecoutez nos défaites

Laurent Gaudé

Actes Sud

Août 2016

288 pages

ISBN 9782330066499

 

Résumé de l’éditeur :

Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d'élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d'une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours - le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l'envahisseur fasciste... Un roman inquiet et mélancolique qui constate l'inanité de toute conquête et proclame que seules l'humanité et la beauté valent la peine qu'on meure pour elles.

=================

Que de choses en dans un livre pas si épais que cela !!

L’absurdité de la guerre dans toute sa splendeur. Oui, la victoire se construit de défaites. Cette affirmation tourne en boucle dans le livre de Laurent Gaudé à travers Assem Graïeb, agent des services secrets français, Mariam, archéologue irakienne, spécialisée dans les œuvres archéologiques volées et revendues, Sullivan Sicoh, militaire américain.

Assem Graïeb part pour une nouvelle mission « A chaque mission il a laissé un peu de lui-même. Alors il se demande, là, à l’arrière de son taxi, quelle sera cette fois la part qu’il devra donner au vent ». Il doit approcher Sullivan Sicoh, parti en vrille-il a fait partie des soldats qui ont neutralisé puis tué Ben Laden à Abbottābād- et décider sa « neutralisation » ou son retour aux Etats-Unis.

Pour étayer ce roman, l’auteur nous emmène sous les pas d’Hannibal marchant vers Rome, le capitaine Grant, « héros » de la guerre de sécession américaine et le roi des rois, Hailé Sélassié essayant de résister à l’invasion mussolinienne.

Le livre est un puzzle de toutes ces histoires. Je passe de l’une à l’autre, selon le rythme de l’action, sans césure. Je reconnais que cela est un peu perturbant dans les débuts, mais, je m’y suis fait très vite. C’est, peut-être, la force de ce livre tout comme les descriptions ne cachent rien de la cruauté des scènes de carnage. Il joue sur ces différences, beauté-cruauté, victoire-défaite, histoire-actualité

Laurent Gaudé offre un roman sombre où la seule éclaircie est la nuit d’amour, surtout son souvenir lumineux, entre Assem et Mariam.

Les victoires ont le goût amer des défaites pour ces guerriers. Les dialogues que leur prête l’auteur montrent leurs sentiments de honte, fatigue, voire dégoût face à tous ces morts. Les guerres sont toujours sales pour Hannibal« Qu’est-ce qu’ils croyaient tous ? Qu’on obtient des victoires en restant immaculé ? Que l’on peut sortir de tant de mêlées indemne et frais comme au premier jour ? » « Car les hommes sont des pions » dit Grant une vérité digne de Lapalisse. J’ajoute : Tout ça pour ça. Oui, c’est le sentiment qui m’anime en écrivant cette chronique.

L’écho des batailles gagnées ou perdues par Grant, Hailé Sélassié, Hannibal s’est assourdi pour laisser place à un mythe peut-être, à des personnages historiques sûrement, à des hommes qui ne sont pas morts au combat mais dont on a oublié les morts sur les champs de bataille « Les corps se mêlent les uns aux autres, s’enlaçant dans la mort » qui sont en eux et ne les laissent pas tranquille.

Il ne faut pas résister mais se laisser emporter par les mots de Laurent Gaudé, par la puissance évocatrice de son écriture lucide et cruelle qui ont un en ses temps de terrorisme

Un livre d’une densité extrême et d’une cruelle lucidité où l’histoire a rendez-vous avec le roman pour une réflexion sur l’absurdité de la guerre, la laideur et l’ambivalence des victoires.

Un superbe Gaudé

Voir les commentaires

Claude Pujade-Renaud - Belle mère

11 Janvier 2014, 23:06pm

Publié par zazy

Belle mère

Claude Pujade-Renaud

Editions Actes Sud

1994

165 pages

ISBN : 9782742701599

 

4ème de couverture :

 

Par une petite annonce du Chasseur français, Eudoxie, quarante-sept ans, rencontre et bientôt, épouse Armand, sexagénaire, veuf comme elle, flanqué de Lucien, son fils –trente ans passés, taciturne, sauvage, peut-être même à moitié fou. Et voici qu’elle s’installe dans le modeste pavillon de Meudon Val-Fleury où habitent les deux hommes…. Deux ? Pas pour longtemps. La guerre qui survient est fatale à Armand : il laisse à Eudoxie la charge de l’encombrant beau-fils dont elle n’a que faire –avec lequel, cependant, elle va tentera de vivre…

Histoire d’une mariée condamnée bien malgré elle à être belle-mère, roman d’un « arrangement » insolite entre deux individus qui ne se sont pas choisis, variation douce-amère sur le troisième âge, ce livre est comme un adieu, à travers le siècle, à une génération de gens simples, discrets, respectueux de leur destin. Dans une écriture complice et toujours vigilante, Claude Pujade-Renaud y met surtout en lumière un magnifique portrait de femme, aux plus beaux jours de la petite France des banlieues.

 

L’auteur

Née en 1932, Claude Pujade-Renaud a étudié la danse contemporaine à Paris, Londres et New York (école de Martha Graham). Danseuse, chorégraphe et enseignante, elle a contribué à la diffusion de la danse moderne américaine en France. À l’âge de quarante ans, elle se tourne vers l’écriture, avec le soutien de son compagnon et écrivain Daniel Zimmermann. Elle publie son premier roman La Ventriloque aux éditions des Femmes en 1978. Belle-mère a obtenu le prix Goncourt des Lycéens en 1994.

========

Tiens, le titre a un autre sens puisqu’il ne s’écrit pas belle-mère mais belle mère. Cela traduit la relation d’Eudoxie et Lucien le fils de son second mari décédé peu après leur mariage.

Eudoxie apprivoisera Lucien paranoïaque, comme on fait avec un petit chat sauvage, Elle m’a fait penser au Petit Prince de Saint Exupéry. Elle ira même plus loin et fera un véritable travail de thérapie pour lui éviter un internement psychiatrique. Lucien, grâce à la patience de sa belle-mère arrivera à se comporter peu ou prou comme un adulte.

Ce livre, sur le respect de l’autre, est une bien belle histoire. Le temps passe et laisse des traces. La vieillesse arrive sans se montrer et puis il faut se rendre à l’évidence, elle est là. Eudoxie à 94 ans ne peut plus s’occuper de Lucien. Elle entre en maison de retraite pour y finir ses jours (théoriquement). La séparation est dure des deux côtés. Il la rejoindra (peut-être) lorsqu’une chambre pour couple se libérera.

Ce magnifique roman parle  des relations de confiance qui peuvent s’établir entre deux personnes que tout sépare. Ainsi, pour Lucien, Eudoxie, de belle-mère, devient belle mère

Claude Pujade-Renaud a su trouver les mots simples du quotidien, des phrases emplies de tendresse, d’émotions avec, en prime, une promenade dans une banlieue en pleine modernisation. Un vrai petit bonheur de lecture avec une fin insoupçonnée mais logique.

 

Ce roman a été couronné par le Goncourt des lycéens en 1994.

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires