Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

A la recherche des grues

21 Octobre 2012, 12:48pm

Publié par zazy

C'est l'époque de la migration des grues et, j'ai fait le pied de grue.... sans succès. Qu'à cela ne tienne, en revenant, non pas de Nantes, mais de mon observatoire, j'ai fait quelques rencontres.

Je vous présente ma nouvelle copine avec son air bovin elle est craquante !

P1180568

Un joli coin pour écouter un serment d'amour ?

P1180586 ps6

Ce rouge-gorge m'a offert une belle sérénade. Il chantait sans avoir peur de ma présence. Je suis restée à l'écouter avec ravissement.

P1180590.JPG

Voir les commentaires

Balade à Moulins

18 Octobre 2012, 22:13pm

Publié par zazy

P1180389Toiture avec kiosque "aérien" Dans le temps, il était vitré

lr3-1180502_ps6.jpg

Vue sur "le Jacquemart" puis Jacquemart en pied

lr3-1180510.jpg

Façade arrière de l'ancien hôtel Moret

lr3-1180491_ps6.jpg

Voir les commentaires

Anna Dubosc - La fille derrière le comptoir

18 Octobre 2012, 13:15pm

Publié par zazy

http://www.ruedespromenades.com/images/liv_lafille.jpg

 

La fille derrière le comptoir

Anna Dubosc

Editions Rue des promenades

125 pages

ISBN : 9782918804376

 

 

Chère Sofia

Vous m’avez accompagnée le temps d’une soirée et j’étais bien en votre compagnie. Bien sûr, elle n’est pas trop gaie votre compagnie, vous vous êtes résignée. Votre vie semble vide comme le ventre que votre mari ne veut ensemencer. Vos jours sont gris, tristounets, vides entre un mari silencieux et aux abonnés amoureux absents et votre cousine insouciante. Heureusement, vous avez votre travail !! Vous êtes la fille derrière le comptoir, mais comme vous l’illuminez de votre présence ce comptoir. A fourbir le sol, derrière les frigos et que sais-je encore !!! Et puis, vous aimez mettre les mains dans la farine, cuisiner pour vos clients dont vous connaissez les goûts, enfin pour les habitués. Là, vous éclairez la boutique brinquebalante de votre présence. Quelques clients vous draguent, Malik est dingue amoureux, mais vous ne le voyez pas, vous ne voulez pas le voir trop occupée à sentir ce ventre vide, à faire tourner cette boutique dont David, le fils du patron et Benoit, dit Ben, le père de David s’en contrefoutent tant vous travaillez bien.

La monotonie, la grisaille, la frustration sont partout et arrivent en vous. Pourtant, vous voudriez tant qu’un arc-en-ciel arrive sous la forme de cette petite fille que vous espérez tant. Vous osez vous rebeller, le mot est trop fort, vous osez faire la grève de l’amour pour rompre cet ennui, mais pas trop longtemps, une caresse, une petite attention vous suffisent. Comme dans le poème d’Aragon : Un mot m'était promissionEt je prenais les campanules Pour les fleurs de la passion

Oui, comme nous, vous êtes banale ; votre vie quotidienne est faite de petits riens. Vous n’avez pas de grands discours, vos phrases, vos dialogues sont d’une grande banalité, mais tellement vrais. Vous êtes une fourmi dans la fourmilière et Anna Dubosc vous en a extraite avec délicatesse pour faire un portrait sincère et beau de la jeune femme frustrée, résignée que vous êtes. Je vous le souhaite cet enfant, mais sera-t-il un enfant de l’amour ???

 

"La voix des indés" organisée par logo-libflybiset de petits éditeurs indépendants m’a permis de lire ce petit bijou. Grand merci à eux ainsi qu’aux Editionshttp://www.ruedespromenades.com/images/ruedespromenades.jpg son éditeur.

Les livres des éditeurs indépendants que j’ai eus entre les mains ont été sources de très bonnes lectures et de belles découvertes.

 

4ème de couverture :

Sofia, Chloé, David travaillent Chez Ben, snack de quartier. Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille. Anna Dubosc nous emmène à l'endroit, qui est aussi celui des frères Dardenne, où la simplicité dit la complexité de la condition humaine.

Biographie d’Anna Dubosc :

Anna Dubosc est née à Paris en 1974. Elle écrit avec l’intensité et la légèreté de celles qui font tourner le monde. Ses mots jaillissent au milieu de la ville, du chaos, du rire, de la mort. Ils rejoignent les autres, expriment ce qui nous lie et ce qui nous délie. Frontale, drôle, pince-sans-rire, Anna Dubosc démonte le monde pour le remettre à l’endroit.

Elle a publié des textes, des chroniques et des interviews dans les revues Purple, Purple journal, Citizen K, Libération Style, Something, Ce soir.
Ses collages et dessins ont été exposés dans les galeries France Fiction et Kiosque/Images ainsi que dans les revues 9/9 et Ce soir.

 

  logochallenge3   critiquesABC2013


Voir les commentaires

John-Henry - trois ombres au soleil

16 Octobre 2012, 20:46pm

Publié par zazy

http://www.bandbsa.be/contes3/troisombresrecto.jpg

Trois ombres au soleil

John Henry

Editions Chloé des Lys

274 pages

ISBN : 9782874596674

 

John Henry,

Vous m’avez adressé un mail me proposant la lecture de votre livre. Curieuse, j’ai accepté et… ne m’en repends pas.

 Loïc très près, trop proche, de l’alcoolisme comme état normal, s’accroche à tout ce qu’il trouve et, ce sont les bras d’une jeune personne féminine qui le réconforte l’espace d’une nuit. C’est un peu ce qu’il nous raconte dans le premier chapitre intitulé « Lui ». Arrive le chapitre prénommé « Elle ». Là, petites incohérences entre la jeune femme et le début de ce chapitre car…. Mais oui bien sûr, il ne s’agit pas d’elle, au fait elle s’appelle…. On ne sait pas encore. Par contre, nous faisons connaissance  de Marie une veuve non joyeuse qui vit chichement, petitement, attendant la mort sans intention de la donner avec son groupe de « pas joyeux retraités » qu’elle retrouve chaque mardi devant une tasse de thé.

C’est là que tout va se jouer. La joyeuse bande qui s’ennuie à mourir décide de prendre des cours d’informatique pour s’amuser sur la toile et, devinez qui sera l’instructeur…. Et oui ce cher Loïc. Bon, la première séance est assez comique entre lui qui n’est pas totalement dessaoulé et les joyeux retraités qui n’y pigent que couic. Rassurez-vous, les choses vont s’arranger et chacun servant de béquille à l’autre, tous retrouvent un certain optimisme, surtout lorsque chacun trouve un message anonyme : « Je vous attends près de l’église de la Sainte-Trinité le samedi 26 novembre 2009 à 22h30. J’aurai un écharpe rouge ».  

Une période euphorisante, Marie et Loïc deviennent inséparables. Au fait, vous souvenez-vous de la jeune femme du début, et bien, elle se prénomme Sofia, ils vont tomber amoureux, enfin peut-être l’un plus que l’autre et le duo va devenir un trio. Mais, ce n’est pas un conte de fée…

La solitude fait mal dans ce livre, l’ivresse est triste et besogneuse, l’absence trop présente, la ville inhumaine. Les trois ombres feront tout pour avoir leur place au soleil, mais la vie reprend souvent ce qu’elle donne et la fin peut ressembler à un recommencement.

 J’ai souri de temps à autre en lisant « Trois ombres au soleil ». Ils m’ont émue, leur solitude semble réelle. Quelques rebondissements sortent tout droit de l’imagination débordante de John Henry.

 Ce que j’ai aimé : l’atmosphère que John-Henry a su créer, comme cette ville qui ne se laisse pas apprivoiser.

Ce que j’ai moins aimé : certaines situations incomprises en fin de livre. Comme un jeune faon, il passe d’une idée à l’autre sans la creuser plus que ça, comme le coup des messages anonymes glissés dans les poches. C’est dommage car le livre y aurait gagné en épaisseur.

 Un livre à lire avec quelques imperfections mais une histoire attachante que je propose de faire voyager vers qui le demande.

 

4ème de couverture :

La ville. Ses nuits. Sa solitude.

A peine débarqué, il en ressent une violence agressive. Depuis des années, elle s'y est habituée. Un peu trop. Et Sonia, qui laisse trainer sa blondeur éclatante sous les néons du métro.

Puis un détonateur. Il va croire à l’amour, avec cette fille qui appartient à la ville. Elle réalise qu'elle est encore affamée de vie. Et des messages anonymes vaguement menaçants vont finir de venir bouleverser les vies.

Tout était à l’indifférence. Pourtant, des bouts de papier, des choix, des hasards m’ont fait comprendre que tout est possible quand rien n’est fini.

Trois ombres dans la ville. Trois ombres dans la nuit. Trois ombres au soleil.

 

Biographie de John-Henry :

Je vous propose de la lire sur son site, elle mérite le détour !  http://www.john-henry.be/biographie

logochallenge3

Voir les commentaires

Souvigny - Eglise prieurale

16 Octobre 2012, 11:27am

Publié par zazy

P1180426-copie.jpg

Une visite entre amis avec une guide très compétente qui nous avait réservé un soleil brillant et un ciel bleu comme peut l'être le ciel du Bourbonnais.

Nous étions attendus, mais depuis quand ????? Pourtant nous étions à l'heure !P1180428

 

Cette église est en cours de rénovation. Voici un détail : P1180434.JPG

Une perspective

P1180484_.jpg

Voir les commentaires

Michel Quint - Close-up

15 Octobre 2012, 22:27pm

Publié par zazy

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782353060481.jpg

 

Close-up

Michel QUINT

Collection Vendredi 13

Editions La Branche

Octobre 2011

ISBN : 9782353060481

 

 

 

Livre de la collection « Vendredi 13 » ou 13 auteurs racontent une histoire tournant autour de cette date.

 

Nous voici à Lille, brume, nuit humide, Rue de Gand, où « personne n’ose pousser jusqu’au bout, là où la porte de Gand relève ses jupes, comme une vieille fardée rouge brique, impudique qui montre ses jambes arquées, ni, bien sûr, passer outre, jusqu’aux anciens fossés dont la brume nappe les eaux noires ». Une porte peinte en rouge qui s’ouvre sur un cabaret miteux « Le Quolibet » où Miranda exécute tous les soirs son numéro de cartes. Un close-up que l’on appelle ce tour joué au plus près des spectateurs, lorsqu’il y en a ! Or, ce soir il y a du beau linge ; elle leur tire les cartes, un homme la prend au sérieux : Bruno Carteret, gros bonnet qui ne fait pas dans la dentelle mais dans le B.T.P. Il lui propose de venir animer une de ses soirées mondaines où elle lui annoncera sa mort avant le vendredi 13 et, à partir de là, ça va faire « pschitt », enfin des étincelles quoi  !!!

 Michel Quint plante le décor avec  un Lille glauque, froid, humide, désert, (un vrai Lille de polar colle aux deux antagonistes), des seconds rôles bien typés, une opposition entre la bourgeoisie et la seconde zone. Les personnages sont épais, traînent leur batterie de casseroles derrière eux.

 Michel Quint nous offre un polar classique écrit dans un vrai style : le sien : à la fois gouailleur et sophistiqué selon les situations, noir et brillant. Il joue sur les mots, les situations, les paysages… Je me pourlèche en lisant ses descriptions. Comme les spectateurs du Quolibet, je n’ai pas vu les ficelles du  close-up de Michel Quint tant j’étais prise dans ses filets.

 Lisez ce polar où je ne me suis pas  ennuyée une seule seconde et…. J’en redemande. C’est le second ouvrage de Michel Quin que je lis et l’enchantement est toujours présent.

  Je ne suis pas la seule à avoir aimé : Lyvres - Liliba -

Ecouter Robin Renucci


 

 

4ème de couverture :

 Au Quolibet, dans un cabaret miteux de Lille, Miranda fait un numéro humoristique de voyance. Un soir, elle reconnaît dans le public un important promoteur qui lui a causé du tort autrefois.

Décidée à se venger, elle lui prédit sa mort avant le vendredi 13.

L'homme est très vite victime d'une tentative de meurtre. Poursuivi, il se réfugie auprès de Miranda pour qu'elle lui prédise le danger à tout instant.

Elle se retrouve à le protéger, à risquer sa vie pour ce type qu'elle hait et dont elle souhaite la ruine.

Voir les commentaires

Lilian Auzas - Riefenstahl

10 Octobre 2012, 21:37pm

Publié par zazy

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/2/5/9/9782756103952.jpg

 

Riefenstahl

Lilian Auzas

Editions Léo Scheer

229 pages

ISBN : 9782756103952

 

 

Découverte dans un document filmé à 14 ans, Lilian Auzas nous fait partager sa fascination pour Léni Riefenstahl, « la cinéaste d’Hitler ». Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a du caractère et  le montre en s’opposant, pour commencer, à son père. Sa trajectoire suivra sa volonté.

« Je commençais à découvrir que son talent de réalisatrice avait contribué à faire d’Hitler un dieu vivant pour le peuple allemand. »

Ce n’est pas une biographie mais son parcours, sa trajectoire que Lilian Auzas nous raconte. Tantôt narrateur tantôt intervenant, il ne se cache pas derrière sa fascination, mais s’en sert pour nous expliquer le personnage. Léni Riefenstahl apparaît sans fard, sans complaisance et….. À mon corps défendant, je me suis trouvée fascinée par cette femme si belle et pourtant maléfique. Toute sa conduite va vers le but qu’elle s’est fixée : réaliser un film et non un documentaire sur Hitler. Oui, Hitler ! Car elle l’admire, cet homme, et rien ne lui fait peur ! Elle se voile la face lorsque cela arrange ses vues, aide des juifs lorsque ce sont ses amis…… Jusqu’à la fin de sa vie, à 101 ans, elle saura étonner son monde.

 Lilian Auzas a pris des instantanés de sa vie, les a fait vivre pour nous et cela fonctionne, j’ai lu le livre d’une seule traite et je l’ai vraiment apprécié. Un léger bémol : C’est vrai, c’est l’histoire de Léni Riefenstahl et uniquement cela, et j’ai été un peu frustrée par le manque d’arrières plans historiques. Paradoxalement, ce livre est une mine de révlations très agréable à lire et que l'on ne repose pas avant le mot fin.

 Dans le cadre http://www.libfly.com/public/images/billet/affiche/1965.jpeglogo-libflybis organise une lecture commune des livres en lice pour le Prix du Roman Historique. Je remercie Sandrine pour ce prêt, maintenant ce livre va poursuivre sa route vers d’autres lecteurs.

 

4ème de couverture :

Peut-on admirer ce qui nous fait horreur ? Peut-on être captivé par la beauté de films dont le but était de magnifier le Troisième Reich ? Leni Riefenstahl (1902-2003) fut la cinéaste préférée d'Adolf Hitler, qui lui confia la réalisation de films de propagande que beaucoup, d'Andy Warhol à Francis Ford Coppola, considérèrent comme des chefs-d'oeuvre. Lilian Auzas, après des années de travail universitaire sur son cinéma, a voulu interroger sa propre fascination en cherchant, dans le parcours de l'artiste allemande, les ressorts qui ont pu la conduire à mettre son talent au service de l'abjection. Riefenstahl roman de l'intime caché dans les replis de l'histoire, où sans cesse dialoguent l'imagination et la connaissance, est une quête passionnée de la vérité d'une femme que l'ambition aura aveuglée au point de ne pas voir quelle tragédie aura été sa vie.

 

Biographie de l'auteur :

Lilian Auzas, né en 1982, vit à Lyon. Il a suivi des études d'histoire de l'art. Riefenstahl est son premier roman.

 

logochallenge3   critiquesABC2013.jpg

Voir les commentaires

Le mardi sur son 31 (23)

9 Octobre 2012, 17:12pm

Publié par zazy

De retour après un voyage de quelques jours, où j'ai eu le temps de lire (heureusement, sinon !!!!!)

Hélas, son père lui en interdisait l'entrée. Danser n'était pas un métier.

Extrait de Riefenstahl de Lilian Auzas

Voir les commentaires

Gérald Messadié - L'impératrice fatale - tome 1 - la fille-orchidée

4 Octobre 2012, 16:33pm

Publié par zazy

http://www.laprocure.com/cache/couvertures_mini/9782809807738.jpg

L’impératrice fatale

Gérald Messadié

Editions l’Archipel

362 pages

ISBN : 9782809807738

 

Dans le cadre du Salon du Roman Historique de Levallois    http://www.libfly.com/public/images/billet/affiche/1965.jpeg, logo-libflybis organise une lecture commune des livres en lice pour le Prix du Roman Historique. Maintenant ce livre va poursuivre sa route vers d’autres lecteurs.

 

4ème de couverture :

La fillette qui revient du marché dans une rue de Nankin, ce matin de 1840, est une jeune Mandchoue, reconnaissable à sa natte. Elle s'appelle Yehenara, se sait promise au mariage. Et comme son père Huei-cheng, capitaine de la Septième Bannière, elle se désole que l'Empire du Milieu ne sache venir à bout de la secte des T'aï P'ing, ces « rats pleins de haine au service des Longs Nez ». À ces derniers - Français et Anglais vendeurs d'opium, qui ont entraîné son pays dans la guerre -, elle voue déjà une solide aversion.

Par quel caprice du destin cette enfant à peine âgée de seize ans va-t-elle devenir concubine à la Cité interdite ? Jusqu'où la « Fille-orchidée », à force de volonté, de ruse et de beauté, ne montera-t-elle pas ? Convaincue de sa suprématie, comme de celle de son peuple, celle qu'on appellera bientôt Tseu-hi ne reculera devant rien pour protéger les Mandchous des intrusions étrangères - et se défendre elle-même contre ses rivales...

Dans le premier volet de son diptyque, L'Impératrice fatale, Gerald Messadié donne vie aux jeunes années d'une femme dont le règne d'un demi-siècle marquera le destin de l'Empire.

 

Biographie de Gérald Messadié :

Gerald Messadié1, né en 1931, est journaliste scientifique, historien, essayiste et romancier français. Ancien rédacteur en chef du magazine scientifique Science et Vie, pendant 25 ans, Homme d'une grande culture, passionné d'histoire, d'ethnologie et de théologie, il a publié de nombreux essais sur les croyances, les cultures et les religions, des biographies (Moïse), ainsi que des romans historiques, comme, par exemple, Marie-Antoinette — La rose écrasée, publié en 2006, dans lequel il reconstitue la vie quotidienne de la cour et de la France aux premiers moments de la Révolution et réhabilite cette reine calomniée et caricaturée.

==========================

Quel personnage, quel destin !!

Yehenara, petite fille chinoise  de l’ethnie des Mandchous, a grandi dans la haine des «Longs Nez » transmise par son père, capitaine qui mourra assez jeune. Mais qui sont ces « Longs Nez » ? Ce sont les occidentaux qui envahissent la Chine Impériale, qui ont propagé et vendu l’opium dans tout l’Empire.

Mais pourquoi un livre sur cette  jeune fille ? Tout simplement parce que, avec la disgrâce puis la mort de son père, elle ne peut plus se marier, les partis ont fui et elle devient concubine de  l’empereur Hsien-Feng. Le 27 avril 1856, nait de cette union, un fils Tsai-Chen, le Fils qui lui permettra de devenir « Concubine de la vertu féminine qui équivaut au rang de seconde épouse. A la mort de l’Empereur, elle devient régente avec la veuve qui n’est autre que sa cousine.

Nous sommes dans un monde clos où Tseu-Hi (c’est son nouveau nom) règne en maîtresse. Elle luttera, entre autres, contre la horde des Taï Ping, elle vaincra le complot des la Bande des Huit et les Chapeaux de Fer qui veulent la renverser, uniquement parce qu’elle est une femme.

Bien sûr, Tseu-Hi n’est pas un ange de bonté, sa peur de perdre Son Pays lui a fait commettre l’irréparable, comme tuer son propre fils ! mais retournons-nous sur notre propre histoire !

Gouvernée elle-même pas sa haine des occidentaux qui, on le lit dans le livre de Gérald Méssadié, ont eu un comportement odieux et méprisant vis-à-vis de cette civilisation, Tseu-Hi refusera tout d’Eux, jusqu’au modernisme qui arrive. Dans ce vase clos qu’est la Cité Interdite, il n’y a que complots, tentatives d’empoisonnement, de meurtre, délation, corruption….  Les conseillers, sauf une poignée, n’osent pas dire la stricte vérité de peur d’être punis.

Un livre dense, très intéressant et, je pense, objectif. J’ai arrêté ma lecture quelques jours pour reprendre mon souffle, ingurgiter toutes les péripéties et mieux repartir. Quelle histoire !! rien ne préparait Yehenara à ce destin grandiose. De quelle ténacité elle à dû faire preuve avec ce mari et ce fils sous l’emprise de l’opium et des eunuques ! Gérald Messadié, d’une écriture classique et très agréable, nous raconte la Grandeur de la dynastie et la décadence des empereurs.

 

 

 

Voir les commentaires

Anne-Claire Lévêque et Olivier Daumas - Les folles et fabuleuses inventions de Wanda Kanapoutz

4 Octobre 2012, 16:05pm

Publié par zazy

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782841813407.jpg

Les folles et fabuleuses inventions de Wanda Kanapoutz

Anne-Claire Lévêque et Olivier Daumas

Editions : Les cracontes Bilboquet

 

 

 

4ème de couverture :

Lauréate 2011 du Championnat International des Idées Folles Mais Géniales (CIIFMG), Wanda Kanapoutz est une talentueuse inventeuse qui crée dans son atelier des machines extra-ordinaires pour simplifier la vie de tous les enfants ! Retrouve plus de 12 inventions, qui ont reçu la médaille d’or dans leur catégorie, et leur mode d’emploi. + des trucs, des astuces et des recettes pour que la vie soit plus belle et plus drôle !

Biographie des auteurs :

Olivier Daumas : Invétéré touche-à-tout, Olivier mène deux passions de front : le chant et la peinture. Il jongle avec les projets, dessine pour la presse jeunesse, la publicité, collabore au design de sites Internet… Son univers illustratif est original et travaillé jusque dans les moindres détails. Exposé à New York au musée de l’illustration. En lice pour les Awards cette année et édité dans l’illustrator N° 52 ouvrage de référence en matière d’illustrations.

 

Anne-Claire Lévêque vit et travaille à Paris. Elle est l’auteur de plusieurs livres aux éditions du Rouergue ainsi que chez Belin.

 

+++++++++++++++++++++

 

Wanda Kanapoutz n’est pas ce que l’on appelle une belle fille selon nos canons de beauté actuels, mais…… elle a une imagination débordante et délirante, doublée d’une grande ingéniosité… Nos ingénieurs peuvent prendre des leçons !!!

Dans ce livre quelques unes de ses créations fort utiles pour nos chers bambin et pour nous.

L'école, quelque fois, c’est très, très, très dur, alors, lorsqu'ils reviennent à la maison ;  hop on met  « La machine à chatouillons dans le dos »en route et………… là, c’est le bonheur complet !!!

Je ne vous parle même pas de « la bisouilleuse automatique de poche » !!! quelle invention !! quelle création !! Devinez à quoi cette machine peut servir ! et quoi de mieux pour rêver et s’envoler que « l’envelodredon ».

Des créations foldingues, Wanda en a plein le livre avec explications et recettes, un vrai régal à faire se tordre de rire.

 

Les dessins et les textes participent à la loufoquerie ambiante et générale et nous poussent à y retourner souvent !!!

 

J’ai acheté ce livre au dernier Salon des Dames de Nevers en mars dernier et Anne-Claire Lévêque a écrit un joli petit mot pour Mamour à qui ce livre est destiné.

 

http://www.ultra-book.com/users_2/o/l/olived/images_550x480/aa44a2fd6d5820.jpg

Voir les commentaires