Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Le pays natal - Textes inédits recueillis pas Leïla Sebbar

9 Juillet 2013, 22:32pm

Publié par zazy

Le pays natal

Textes inédits recueillis pas Leïla Sebbar

Editions Elyzad

192 pages

23/05/2013

ISBN : 9789973580542

 

4ème de couverture :

Du Maroc jusqu'à la Turquie, dix-sept auteurs méditerrannéens évoquent leur terre natale. Au fil des lignes resurgissent les langues mêlées d'Alger, le café libanais au goût de cardamome, les jardins d'Alexandrie... autant de souvenirs que le pays d'aujourd'hui n'a su effacer. Quitté, oublié, aimé, mal-aimé, perdu, interdit, le pays natal devient dans l'exil un territoire littéraire reconstruit par la mémoire. Est-il jamais possible de s'en détacher ? Comme la rappelle l'un des auteurs, Dieu dit à Abraham : "Va-t'en pour toi".

 Paul Balta, Hoda Barakat, Marcel Bénabou, Kamal Ben Hameda, Fethi Benslama, Karima Berger, Suzanne El Kenz, Nedim Gürsel, Mohamed Kacimi, Vénus Khoury-Ghata, Ida Kummer, Dominique Le Boucher, Rosie Pinhas-Delpuech, Leïla Sebbar, Minna Sif, Wassyla Tamzali, Alain Vircondel

==============

 

« Ils ont décidé que le pays natal n’est pas la terre. Que la géographie est une affaire personnelle très relative. Parfois fortuite, dérisoire et même éphémère.

Puisqu’ils l’ont emporté avec eux, leur pays natal » (Hoda Barakat)

 

« Mon pays natal : celui dont le nom est destiné à figurer, jusqu’à la fin de mes jours, dans la case appropriée de mes papiers d’identité ; celui qui pourra longtemps encore, aux yeux de ceux qui n’aiment pas s’embarrasser de subtilités dans leurs relations avec autrui, suffire à me définir. » (Marcel Benamou)

 

« Le pays natal n’existe que l’orsqu’on la quitté. C’est depuis l’exil ou l’ailleurs qu’il émerge et devient cette reconstruction souvent nostalgique, ce phare dans le rétroviseur ; il prend son vrai sens depuis le lointain. Le pays natal est une absence. (Ida Kummer)

 

« Le pays natal est celui que l’on quitte.

Il est celui qui manque toujours, dont on a toujours la nostalgie.

Le pays natal n’existe pas, il est une construction imaginaire, toujours absent toujours manquant, comme le corps de la mère.

Le pays natal est celui avec lequel on manipule les peuples, on exacerbe leur haine, leur passion exclusive pour un leurre. » (Rosie Pinhas-Delpuech)

 

« Va-t’en pour toi, de ton pays, de la terre de ta naissance, de la maison de ton père, vers le pays que je te montrerai (Genèse, 12, 1)

Dans ce verset laconique –la parole de Dieu est d’une économie terrifiante- réside la définition du pays natal et sa fonction dans une vie humaine. » (Rosie Pinhas-Delpuech)

 

C’est une bien curieuse relation que l’on a avec son pays natal. Si on ne le quitte pas, ce n’est « que » votre pays, là où vous vivez, là où les racines se nourrissent de votre vie et vous nourrissent. Par contre, si vous quittez ce pays, que ce soit de plein gré ou par obligation, voire pire, cela devient votre pays natal, chargé de toutes les rancœurs, de tout l’amour, de tous les rêves, de vos colères. Combien de fâcheries, combien d’exils obligés. On tombe du nid et il faut se reconstruire, Alors, vite l’on se met au chaud auprès de ses frères d’exil pour retrouver les odeurs, la cuisine, les mots, le Pays, mais c’est beaucoup plus fade. Vous partez enfant en bas âge, dans le ventre de votre mère ? Ce seront les paroles des adultes, des plus grands qui vous donneront la nostalgie de ce que vous n’avez pas connu.

 

Le pays natal est aussi et souvent LA maison natale, celle qui a vu notre plus tendre enfance, celle où nos parents ont vécu. De retour au pays natal, on voudrait que rien n’ait changé. « En 1998, à Alexandrie, j’ai subi un terrible choc ! ma maison était détruite ! » (Paul Balta)

De cette maison, Hoda Barakat dit : « C’est la maison suspendue. Au loin. Celle que je visite toutes les nuits, et dont je n’arrive pas à éteindre la petite lumière… »

« Nous n’y demeurons c’est elle qui nous habite et ne nous quitte que dans le vide de la mort (Kamel Ben Hameda)

Les dix-sept auteurs réunis par Leïla Sebbar dans ce livre son remplis de cet amour-haine. Le désir ou le refus de retourner « là-bas » ne sont pas anodins. L’apaisement, la tiédeur ne sont jamais présents dans ces récits. Les textes sont beaux évoquant qui la nostalgie, qui la haine, qui le ressentiment, qui l’orgueil, qui la colère.

 

Une mention spéciale pour le texte de Mohamed Kacimi : Bled Mikki – Lexique des idées reçues en Algérie. Un abécédaire virulent, un humour caustique qui cache bien mal son âme.

« Armée – Selon un adage populaire, « tous les pays du monde ont une armée mais en Algérie, l’armée a un pays ».

« Ben Laden – Personnage fictif inventé par les Américains. »

 

Je pourrais vous citer toutes les pages mais je vous propose plutôt de lire ce livre, non pas en une seule fois, non, prenez le temps, dégustez chaque chapitre, reprenez une petite tasse de ces mots.

Un livre empli de poésie, tendresse, haine…..  Un livre de qualité, un papier raffiné, comme toujours chez Elyzad.

 

J’aurais pu mettre beaucoup d’extraits tant ce livre est beau, tant les écrits sont, certaines fois, poignants.

 

Je remercie infiniment   et les Editions Elyzad pour ces délicieux moments de lecture.

 

Quelques extraits :

« Le pays natal, le mien, c’est là où je suis née pour partir.

Je suis sortie, j’ai franchi les frontières, je me suis évadée. Mais je ne suis pas partie. Je veux dire que je ne suis arrivée nulle part… Autrement dit je n’ai pas réellement atterri. » (Hoda Barakat)

 

« « Le retour » n’est certainement pas le chemin du retour. Celui de l’enfant prodigue était son abdication, sa faillite, sa soumission assortie d’un amer sentiment de regret et de désolation, de remords et de repentir. Dans d’autres histoires cela s’appelle le renoncement à la liberté, très exactement. » (Hoda Barakat)

 

« Il me fallait me rendre à l’évidence : un certain Maroc me collait à la mémoire, et les fils qui m’y rattachaient étaient bien plus solides que je ne le croyais. » (Marcel Benamou)

 

« J’ai appris la psychanalyse auprès des naufragés du natal, j’ai vérifiés les morts de Charles Baudelaire :

L’homme ivre d’une ombre qui passe

Porte toujours le châtiment

D’avoir voulu changer de place » (Fethi Benslama)

 

« Mes sens fichés en moi distillent mon Algérie, ils éclosent à chaque occasion pour dire leur origine ; ils ont acquis tant de liberté !

On n’y reconnaîtra pas le pays décrit dans les encyclopédies mais peu importe, il n’a pas voulu prendre ma forme alors c’est moi qui me suis occupée de lui pour en faire mon pays sinon, un pays natal peut donner la mort. Et le mien m’a donné l’élan natal mais par l’élan vital. » (Karima Berger)

 

« J’y suis née. Est-ce une injonction de l’aimer ? Raisonnablement, peut-être pas.

Mais le droit d’y retourner, ça oui, nul ne peut me l’interdire. Et pourtant ! » (Oum Hanna)

 

Déshéritée, j’étais déshéritée. Le pays natal m’a abandonnée, non pas le mien, celui de mon père.

Mon père ne m’a pas offert son pays natal » (Leïla Sebbar)

 

« Mes langues maternelles sont mon pays natal. » (Minna Sif)

 

Quoi que je fasse, la terre natale s’impose ainsi à moi, m’interroge et me conduit, elle accompagne le grand parcours de la vie. Son périple et incertain. Etoile fixe, elle me parle, je l’écoute. Et je luis réponds (Alain Vircondelet)

 

 

Commenter cet article

dominique 13/07/2013 18:06

le "focus machin...." c'est une technique pour les tricheurs. Il faut faire une centaine de photos d'un même insecte en décalant chaque fois la mise au point.. résultat en associant toutes les photos avec logiciel qui ne garde que les parties nettes, ton insecte est net du bout de l'antenne au bout du bout...

zazy 16/07/2013 16:56

Ah oui, j'comprends mieux certaines choses !!! Bon, je resterai naturelle

Yv 13/07/2013 09:41

J'en lis beaucoup de bien, le pays natal est très présent chez tous les "déracinés", sans doute plus fort que chez les natifs qui ne se posent pas la question. Encore que le régionalisme soit très fort en France

zazy 13/07/2013 10:29

Je l'ai mis en livre-voyageur sur Libfly

dominique 10/07/2013 15:36

Bonjour,
Ah que c'est interpellant cette notion de pays natal. C'est finalement plus une "construction mentale" d'un endroit. En Suisse, les étrangers naturalisés dans leur passeport ont la mention de leur lieu d'origine. Et ce n'est pas leur lieu de naissance qui figure mais le nom de la commune qui leur a accordé la citoyenneté,.

zazy 10/07/2013 17:28

Pour aller plus loin, lorsque les gens "montent à Paris", au moment de la retraite, ils retournent "au pays" qui n'est autre que la région française qu'ils ont quitté pour aller travailler "à la capitale". Mais ce n'est pas qu'une construction mentale. Nous sommes nés quelque part comme le chante Maxime Le Forestier. Cela devient un souvenir, une douce chanson ou une colère, mais ce n'est jamais neutre, le regret y prend une grande part