Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Eric Pessan - Muette

1 Septembre 2013, 09:06am

Publié par zazy

Muette

Eric Pessan

Editions Albin Michel

21/08/2013

ISBN : 9782226249708

 

4ème de couverture

«La nuit, déjà, et Muette écoute vibrer les insectes, glissée jusqu'au nez dans son sac de couchage. Elle a chaud mais ne peut se résoudre à se découvrir. Dehors, dans le grand monde, des gens courent à sa recherche, elle n'a plus de doute à ce sujet. Elle y est. Elle a grand ouvert les portes de sa vie.»

Par sa maîtrise de la langue au plus près des émotions, des impulsions et des souvenirs d'une jeune fugueuse, Eric Pessan, l'auteur d'Incident de personne, compose un roman envoûtant et d'une rare justesse pour évoquer la mue mystérieuse de l'adolescence.

L'AUTEUR

Né à Bordeaux en 1970, Eric Pessan a touché à peu près à tout en ce qui concerne l'écriture. Il a publié des pièces de théâtre, des nouvelles, des recueils de poésie, des livres jeunesse et des livres d'artistes. Il a aussi publié six romans : L'effacement du monde (2001), Chambre avec gisant (2002), Les Géocroiseurs (2004), Une très vilaine chose (2006), Cela n'arrivera jamais (2007). Il écrit également des fictions radiophoniques. Son dernier roman Incident de personne est paru chez Albin Michel en 2010.
Eric Pessan vit dans le vignoble nantais. Il anime de nombreux ateliers d'écriture, participe régulièrement à des créations théâtrales et artistiques et collabore à plusieurs revues littéraires.

 

==============

J'ai eu le plaisir de lire ce livre en avant-première grâce à l'opération organisée par Libfly et la librairie Furet du Nord . Ce livre voyage grâce à Zakuro et je l’en remercie

 

Muette fugue ; non pas pour aller retrouver un improbable amoureux, non pas pour parcourir le monde, mais pour se retrouver, loin d’un père qui ne parle, ne lui parle, jamais et d’une mère qui ne la regarde pas, tout en n’étant qu’à quelques kilomètres de chez elle, dans une grange abandonnée depuis longtemps. L’indifférence de la mère est insupportable dans l’épisode de la marche dans le sable si chaud qu’il brûlera la plante des pieds de Muette. Bien sûr, la mère accuse sa fille et la petite de 5 ans le pense vraiment « Et Muette se tait, elle croit sincèrement que tout est de sa faute, qu’elle s’est mal comportée, qu’elle a fichu en l’air la journée de sa mère et la sienne. ». Toujours à rabrouer Muette, fille non désirée, née alors que la mère est juste lycéenne ; « Je n’ai pas choisi, je n’en voulais pas de cette enfant » Ce bébé qui a « gâché » les rêves de la mère. Tout ce fiel retombe sur la petite fille qui écoute sans broncher ces phrases assassines.

Pourtant, il y a eu de l’amour entre elles lorsqu’elle était petite « Muette –petite et confiante- se blottit dans les bras tendus, au chaud….. Muette se relâche, se détend, jure à sa mère qu’elle l’aimera toujours et sa mère jure en retour qu’elle la protégera toute sa vie, »

 

Bien sûr, les gendarmes la retrouve et la ramène chez elle, mais sa fugue n’a rien changé « Elle va parler et Muette prie pour que cela ne soit ni un reproche ni une demande d’explication. En ce sens, elle est exaucée. Ma pauvre fille, dit la mère, tu es folle. »

 

Le monologue de Muette est entrecoupé des « gentilles phrases assassines» que certains ont eu la malchance d’écouter de la bouche d’un parent, d’un enseignant, d’un conjoint. Là, elles sortent de la bouche de ses parents et elles paraissent si justes : Arrête cette comédie. On t’aura prévenue, à croire que tu le fais exprès pour nous donner des soucis.

« Muette dépoussière ses pensées, elle y déniche des questions qu’elle n’a jamais formulées, des questions qui se sont heurtées aux regards fuyants et coléreux de son père, à l’empressement de sa mère, maman ? Plus tard maman s’il te plaît. Plus tard j’ai dit, ne traîne pas dans mes pattes.

Epargne-moi la honte. Moi, je t’ai tout donné, tu pourrais me respecter.

Elle n’a eu que ce qu’elle mérite….

Ce livre, presqu’un « hymne » à l’indifférence, fait peur. Toutes ces petites phrases alignées bout à bout ont détruit Muette plus sûrement que des coups.

 

Muette n’est qu’émotions devant le monde qu’elle découvre à travers les informations. Ces parents ne comprennent absolument pas. Les infos de la télévision ne sont, pour eux, qu’un bruit de fond qui ne désamorce pas leur indifférence, leur petite vie étriquée de ceux qui n’ont pas, qui ont peur de…. Vivre ??? . Si Muette ne parle pas, ce n’est pas par infirmité mais parce qu’elle se l’est imposé et pourtant : «Souvent, Muette parle. Les choses ne se réduisent pas à une grossière simplification, il ne faut pas croire. Manier les mots, Muette sait le faire ; ouvrir la bouche, arrondir les lèvres et tordre la langue pour articuler des phrases, elle y parvient si bien que beaucoup se leurrent et ne voient pas qu'au fond d'elle, elle est Muette.»

Ce livre est dur. Les monologues de Muette sont ponctués par les phrases quotidiennement et banalement assassines de sa mère et ses petites phrases font mal, très, très, mal. Oui, vraiment c’est ce que je retiens de ce livre.

Commenter cet article

Mlle M 21/03/2016 18:24

Bonjour, Vous dîtes à un moment que la mère de Muette va dire: "Je n'ai pas choisi, je n'en voulais pas de cet enfant". Est-ce que vous auriez la page de cette phrase ?

zazy 25/03/2016 15:55

Non, je n'ai plus le livre

sous les galets 26/01/2014 14:51

Je crois que je l'ai vu chez Fransoaz, mais je n'en suis pas certaine....Etonnant comme coup de coeur, il a l'air terriblement dur ce roman; il y a un peu d'espoir ou pas du tout? J'avoue que les livres sur l'adolescence féminine ne sont pas toujours pas tasse de thé (je crains souvent une terrible solitude et cruauté et là, on n'y est non?). Je l'intègre au non challenge; et merci encore Zazy

zazy 26/01/2014 15:34

Tu peux l'intégrer et le lire car il n'est pas triste du tout. L'écriture est alerte et non plombante. Je ne suis donc pas arrivée à transmettre ceci

gwordia 02/09/2013 23:44

Oh oh, manifestement le sujet effraie ! Je l'ai beaucoup aimé aussi. D'une justesse rare. Démontre brillamment que les mots et les silences sont aussi violents que des coups.

zazy 03/09/2013 11:59

J'ai aimé ce livre. Il est vrai que la violence des mots retenus est dure

Alex-Mot-à-Mots 01/09/2013 19:08

Pas tentée, sans doute trop dur pour moi.

zazy 01/09/2013 19:50

Tu peux toujours essayer et arrêter en cours de route. Moi qui suis d'une sensiblerie redoutable, ça a été !

Aifelle 01/09/2013 17:41

Je crois que c'est chez Yv que je l'ai vu ces jours-ci. Je ne doute pas de sa qualité, mais je ne sais pas si j'ai envie de plonger dans le sujet .. Ça pourrait me rappeler de mauvais souvenirs.

zazy 01/09/2013 18:46

L'adolescence est toujours un moment difficile, mais traité, dans ce livre, d'une bien jolie façon, aucun pathos