Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Claude Arnaud - Proust contre Cocteau

29 Août 2013, 14:51pm

Publié par zazy

 

Proust contre Cocteau

Claude Arnaud

Editions Grasset

septembre 2013

210 pages

ISBN : 9782246805106

 

4ème de couverture :

Peu d'écrivains se sont autant aimés, enviés et jalousés que Proust et Cocteau. Très peu établirent une relation affective et sensible aussi riche, on l'ignore parfois. Tel un frère élevé une génération plus tôt, Proust montrait une admiration sans borne pour ce cadet qui le faisait rire aux larmes et manifestait à 20 ans le brio et la faculté qui lui manquaient encore, à près de 40 ans. Il l'aima d'un amour impossible et frustrant, comme tant d'autres avant lui...
Comment la situation s'est-elle retournée ? Pourquoi Proust pèse-t-il tant sur un paysage littéraire que Cocteau semble toujours traverser en lièvre, un siècle plus tard ? Aurait-il contribué à lui nuire ? Le premier des autofictionneurs aurait-il eu besoin d'éliminer ses modèles ?
Vénérons le saint littéraire, apprenons à connaître l'assassin.

 

=========

 

« Cocteau ne sut jamais où il avait vu la première fois Proust » Cocteau avait vingt et un ans, Proust quarante. Proust est dans le tout début de son Œuvre et commence à se fermer. Cocteau, lui batifole.

 

Proust et Cocteau eurent une relation des plus houleuses. L’un taciturne et enfermé « un grand navigateur du dedans », l’autre brillant et exubérant. L’un suant pour écrire son œuvre, l’autre touche-à-tout de génie, « un génie polymorphe ». Bref, tout les différencie si ce n’est l’amour exclusif de leur mère et pour leur mère quoique, même dans ce registre, Proust en rajoute « On aurait tort de croire que Proust aima sa mère : au sens plein du terme il n’aima jamais qu’elle et se sera véritablement aimé de personne d’autre ».

Proust a aimé Cocteau d’un amour, qu’il rendit impossible, Il était fasciné par son aisance, sa facilité, son brio, sa séduction, son intelligence.

 

Claude Arnaud nous plonge dans leur amitié amoureuse malheureuse, de temps à autre haineuse. Il appuie là où ça fait mal dans leur relation ou dans leur relation aux autres. Pourtant ils ont en commun, outre leur amour maternel exclusif, une grande souffrance, le recours à des « aides » Véronal pour Proust et opium pour Cocteau.

 

Claude Arnaud nous promène dans le monde frivole de la haute société de ce début de siècle au rythme des allures lente de Proust et vive de Cocteau. Nous traversons cette époque au rythme des querelles, des réconciliations, des jalousies, des tromperies…. de ces deux hommes qui ont joué à « je t’aime mon non plus » tout au long de leur existence, Mais également, de leur admiration commune. L’un est en phase descendante, l’autre ascendante « La santé de Proust est en train de l’arracher à l’attraction toxique du monde ; celle de Cocteau le propulse toujours plus haut dans le cercle enchanté dans la Recherche fera un royaume du néant ».

 

Comme une sensitive, Proust se referme sur lui. Son œuvre se nourrit de sa vie, de ses rencontres. Ainsi Laure de Chevigné deviendra Oriane de Guermantes « Le cadet espère encore faire de son destin une ouvre à la Oscar Wilde ? L’aîné sait déjà qu’il lui faudra sacrifier bien plus pour aboutir au Livre. »

 

Cocteau explore la Recherche à l’aune de leur amitié, à l’aune de la vie de Proust « …Si encore il avait l’impression d’être dans un « vrai » roman ! Mais il est bien placé pour savoir que Proust n’a pas inventé grand-chose, tout juste transposé, pour avoir connu tous ses « modèles » et très tôt admiré ses dons mimétiques. »

 

Cet essai, très agréable à lire nonobstant les brouilles, trahisons entre ces deux grands génies qui m’ont fait penser à des disputes de gitons. Entre la mante religieuse et la phalène, entre le lièvre et la tortue, le premier, Proust, a gagné au titre de la postérité. Ce chef d’œuvre, La Recherche du temps perdu, dont tout le monde parle et que peu (dont je fais partie) on lu dans sa totalité. Cocteau a eu contre lui cette activité débordante vers tous les arts majeurs. Je me souviens avoir vu, en son temps, un de ses films qui m’avait totalement dérouté.

 

Maintenant arrive le temps de la réconciliation de ces deux monstres sacrés par l’entremise de la Pléiade qui publie les deux auteurs.

 

Un livre très bien documenté, un essai très agréable à lire, un désir de redécouvrir Proust mais, hélas, toujours aucune attirance vers Cocteau.

 

Livre reçu grâce à l'opération "Coup de cœur des lecteurs" en partenariat avec la librairie et les éditions Grasset que je remercie pour cet intéressant moment de lecture.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

mimipinson 29/08/2013 18:30

Bof, pas vraiment attiré par ce genre d'ouvrage.

zazy 29/08/2013 18:45

Mais très intéressant car il explicite, pour moi, un peu Proust dont je n'ai jamais lu la biographie