Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Simon Van Booy - L'amour commence en hiver

21 Mars 2013, 15:06pm

Publié par zazy

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782746732292.jpg

L’amour commence en hiver

Simon Van Booy

Traduction Micha Venaille

Editions Autrement

110 pages

ISBN : 9782746732292

 

 

4ème de couverture :

Je voulais seulement me plonger dans son regard vert, écouter le son cadencé de sa voix, comme si ses mots étaient les notes que j'avais toujours cherché à entendre, celles que je n'avais jamais jouées, les sons mêmes de la vie.' Dans l'étui de son violoncelle, Bruno conserve un talisman : une moufle, celle que portait une enfant morte il y a vingt ans. Dans sa poche, Hannah a glissé un fruit cueilli sur l'arbre aux oiseaux, qu'aimait son frère Jonathan. Jusqu'à ce que leurs chemins se croisent, ils ignorent tout du mystérieux enchaînement qui les conduit l'un vers l'autre. Comment se reconnaître? Il faut croire encore aux miracles.

 Biographie Simon Van Booy :

 Simon Van Booy  a  grandi dans une région rurale du Pays de Galles. Diplômé de l’Université de Plymouth et de l’Université de Long  Island. Il vit à New-York. Love Begins in Winter (2009) obtient le Prix  Frank O’Connor International  Short Story, et The Secret Lives of People in Love (2010). Son premier roman Everything Beautiful Began After est paru en 2011.  L’amour commence en hiver (Love Begins in Winter) est le premier livre de Simon Van Booy à être traduit et publié en  France.

 =======

J’avais oublié « Limonov » sur la banquette arrière de ma voiture et, comme je ne l’ai vu qu’au dernier moment, j’ai pris un des livres que je venais de récupérer à la bibliothèque.

Un petit livre à lire dans ma soirée, OK, cela me fera une récréation.

 Je fais donc connaissance avec Bruno Bonnet, violoncelliste de renom, prêt à entrer sur scène avec toutes les affres que l’on peut comprendre.

« Pour moi la musique et l’ultime aspiration du langage. Elle nous permet à nous les humains, d’approcher Dieu, car elle montre l’au-delà de la vie. »

Bruno Bonnet aurait tout pour être heureux, il se nourrit de musique et elle le nourrit. Mais il y a cette moufle dans la poche qui lui rappelle le décès de son amie d’enfance sous ses yeux. « Cela fait dix ans que mon métier est de jouer à travers le monde. A chaque concert je réveille les morts. Dès que mon archet entre en contact avec les cordes, Anna apparaît. Portant exactement les mêmes vêtements que ce jour-là. J’ai vingt ans de plus. Elle, est restée une enfant. Elle scintille, car elle n’est faite que de lumière. »

Second volet et histoire en parallèle, je rencontre Hannah la galloise orpheline de son jeune frère, mort qu’elle transporte avec elle.

Nous voici avec nos deux éclopés de la vie. Simon Van Booy très délicatement et avec beaucoup de tendresse et de jolis trémolos dans la voix, nous amène aux « chabadabada » de la fin. « Notre rencontre était inévitable. Deux rivières qui auraient toujours eu conscience de couler l’une vers l’autre ».

Beaucoup de retour sur image, dans le passé de nos deux futurs tourtereaux, la tristesse et la mélancolie sont au rendez-vous, mais rassurez-vous, dans des endroits chics.

Oui, je suis un peu ironique, mais, malgré toutes les jolies phrases concernant la musique, ce livre est un peu trop formel, un peu trop connu, un peu trop convenu.

Oui, ce fut un agréable moment de lecture, mais, il manque l’épaisseur qui en aurait fait un bon livre.

Bonne nouvelle, Limonov  a retrouvé sa place sur ma table de chevet.

 

« Bach a écrit les suites pour violoncelle pour sa jeune femme, c'était un exercice conçu pour l'aider à apprendre à jouer du violoncelle. Mais à l'intérieur de chaque note, il y a l'amour que nous sommes incapables d'exprimer avec des mots. »

 

Commenter cet article

Une Comète 26/03/2013 14:55


ça me laisse dubitative. Marre des livres sur les "éclopés de la vie "...

zazy 26/03/2013 16:02



Ce livre a plu à beaucoup d'autres lecteurs. Mais bon, je ne suis pas entrée dans leurs mondes