Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Russell H. Greenan - Bric-à-brac man

28 Février 2013, 19:20pm

Publié par zazy

http://www.lekti-ecriture.com/editeurs/local/cache-vignettes/L187xH300/arton4588-ea890.gif

Bric-à-brac man

Russell H. Greenan

Traduction d’Aurélie Tronchet

Gravures de Sarah d’Haeyer

Editions l’œil d’or

251 pages

ISBN : 9782913662407

 

 

4ème de couverture :

PAR OÙ COMMENCER ? En voilà, une question piège. Dieu seul sait où naissent tous les drames personnels, et bien que le Très Haut
soit supposé être partout, Il n’est jamais dans le coin quand on a besoin de lui. Je rencontrai mon cousin, Maurice Fitzjames, par hasard, cet été. Je venais de garer mon break pourri devant le Harvard Club et je trottais sur Commonwealth Avenue lorsque je le percutai presque. En fait je n’ai eu aucune chance d’éviter ce saligaud. Comme d’habitude il était habillé comme la vedette d’une comédie de mœurs – une veste en tartan, une chemise à motifs cachemire, un pantalon en toile, et des sandales en daim – et, comme d’habitude, il portait ses lunettes de soleil enrobantes qui dissimulaient ses yeux fuyants et ophidiens. Seule entaille à ses habitudes : il me souriait. Le connaissant, j’en déduisis qu’il venait juste de dévaliser un pauvre bougre ou d’incendier un orphelinat à seule fin de toucher la prime d’assurance.

À Boston, Arnold Hopkins est antiquaire. Très regardant sur la qualité des objets qu’il négocie, il l’est moins sur les moyens de se les procurer, quitte à passer des accords avec le diable.

 =============

Arnold Hopkins est brocanteur mais se voudrait antiquaire. Il vit, dans un bric-à-brac, une vie faite de bric et de broc.

Sa vie, une vraie aventure au quotidien, surtout faite de déboires, de rebondissements. A chaque fois qu’Arnold entrevoit le bout du tunnel matérialisé par un bon paquet de dollars, survient un contretemps fâcheux au mieux, une catastrophe au pire. Monte-en-l’air à l’occasion, Il faut bien vivre, gagner sa croûte pour acheter avant de vendre. Des fois, on vendrait même sa vie au diable pour un pactole qui permettrait de faire patienter le banquier, d’ouvrir une boutique (le rêve !).

Arnold héros antihéros, looser devant l’éternel ou éternel perdant tirant le diable par la queue, sauf qu’Arnold va le rencontrer le Diable et qu’il va lui prêter une somme rondelette à condition d’apposer sa signature en bas d’un document. Tout ça, Arnold le fait.

Arnold a comme un ange gardien ou une « conscience » qui lui évite de faire le faux pas de trop, qui le protège. Ces projets peuvent même partir en fumées, mais à la fin… enfin lisez-le, je ne vais pas vous mâcher la lecture ce ne serait pas marrant. Ce livre est un policier que diantre !

 J’ai omis de vous dire, Arnold a un sosie, un clone : son cousin. Mais si lui est un doux et un tendre, Maurice Fitzjames est brutal, veule et… antiquaire !

 Cette histoire tirée par la queue (du diable) a peut-être plusieurs lectures. Et si, du début de l’histoire ce n’était qu’un horrible complot ourdi par son « cher cousin » et une certaine beauté ? Et si, oui je sais, ça devient tordu, « son ange gardien » Barney était à l’origine de l’origine, histoire de mettre la main sur le pactole d’un « confrère », allez, hop, un concurrent en moins.

 Je vais trop loin ? Peut-être, en tout cas, je me suis bien amusée à lire ce livre. L’écriture nerveuse, les chapitres courts, les rebondissements nombreux, les gravures en noir et blancs de Sarah d’Haeyer (j’ai adoré les couronnes mortuaires) font que je ne me suis pas du tout ennuyée.

 Histoires rocambolesques, que Rocambole lui-même ne désavouerait pas. Histoires loufoques où les Pieds Nickelés n’auraient pas été dépaysés.Pas de téléphone portable, pas d'informatique, pas  de sang, ou juste un filet (il faut ce qu'il faut).

 L’œil d’or mais il ne dort pas sur ses deux oreilles !  La couverture, originale, me fait penser à ces vieux feuilletons du siècle passé, à ces vieilles bandes dessinées. Merci logo-libflybis de nous faire découvrir ces maisons d’éditions peu connues  et qui offrent cette qualité d’impression et de très bonnes lectures. D'autres avis sur le site (cliquez sur le logo)

 Afb, merci pour le prêt. Le gros hic, c’est que je vais devoir te le retourner et que je n’en ai pas du tout envie !!

 

 

 

 

Commenter cet article

Oncle Paul 03/03/2013 20:45


Merci Zazy

zazy 03/03/2013 21:51



De rien  cher Oncle. Je préfère la couverture de cette édition à la précédente. Beaucoup plus d'imagination et de création.



dominique 02/03/2013 15:55


Bonjour, en te lisant, j'ai eu envie de chercher des oeuvres de l'illustratrice.. j'ai trouvé des trucs fantastiques.. Merci.. 

zazy 03/03/2013 20:03



Elle illustre, entre autres,  les couvertures ds éditions l'oeil d'or. Très intéressante personne



Oncle Paul 02/03/2013 15:41


Bonjour Zazy


Pourrais-tu me fournir le titre original de ce roman, car je me demande s'il ne s'agit pas d'une réédition avec un nouveau titre. Russel H. Greenan a été publié à la Série Noire, chez Crapule et
Murder Inc.


Merci pour l'info


Amitiés

zazy 03/03/2013 19:58



Tu as raison, il est paru chez Murder Inc. en 2003, toujours avec Aurélie Tronchet comme traductrice sous le titre Brice à braque mab
http://www.russellhgreenan.info/index_files/RussellHGreenaninfoBricabracMurderInc.htm