Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Patrick Samuel - L'errance du sanglier

26 Février 2013, 23:43pm

Publié par zazy

http://www.babelio.com/couv/cvt_Lerrance-du-sanglier_2190.jpeg

L’errance du sanglier

Patrick Samuel

Editions Tensing

145 pages

ISBN : 9782919750191

 

 

 4ème de couverture :

 «Arrivé à l'âge mûr à la tête d'une immense fortune, qui devait tout au hasard mais rien à mon labeur, et assez vert encore pour parcourir le monde tout en désespérant de pouvoir jamais le comprendre, j'étais une fois de plus revenu en Toscane. J'étais loin de pressentir les événements qui allaient suivre et qu'il plaira au lecteur de qualifier de merveilleux ou de dramatiques.»...

L'errance du sanglier est un voyage dans la mémoire et une histoire fantastique mêlant vrais et faux souvenirs, personnages et lieux presque réels ou imaginés d'Italie, d'Afrique, du Liban, d'Indonésie ou d'ailleurs. Elle raconte trois errances parallèles qui vont étrangement se croiser... Errance de deux émigrés sénégalais qui tentent de rejoindre l'Espagne, errance d'une scénariste gréco américaine, rescapée de l'entreprise démesurée d'un réalisateur mégalomane, errance du narrateur lui-même, un ancien diplomate revenu des choses qui, à ceux qui lui conseillent de poser ses valises, répond ordinairement en citant Montaigne qu'il sait bien ce qu'il fuit mais non pas ce qu'il cherche. Des villas patriciennes sur les collines résidentielles de Toscane à la jungle du Kalimantan, des agapes d'une compagnie gastronomique et vineuse de Dakar à la fête du Palio de Sienne, du désert de Mauritanie au camp de réfugiés de l'île de Lampedusa, un sanglier omniprésent tisse la trame d'un roman envoûtant où l'imaginaire côtoie tour à tour des réalités graves ou bouffonnes, mais bien tangibles, du monde de la fin du XXème siècle.

BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR

Haut fonctionnaire et grand voyageur, Patrick Samuel a vécu en Afrique et en Asie. Il a dirigé pendant dix ans une conférence d'histoire des relations internationales à Sciences Po Paris.
En 2000, il a publié L'architecte du Général, une biographie couronnée par un prix de l'Académie des Sciences morales et politiques.

===========

J’ai aimé la couverture, j’ai aimé le titre, je me faisais une joie de découvrir un auteur inconnu de moi.

Une belle écriture classique bien qu’un peu ampoulée, un univers distant que l’auteur n’a pu me rendre attrayant….. Et j’ai abandonné après plusieurs tentatives, même en sautant des pages entières….. D’ennui, j’ai lâché le livre.

 Un exemple :

« J’avais découvert l’Asie des moussons vers la fin des années soixante alors que s’y côtoyaient plusieurs âges ; celui de l’Asie de toujours inscrit dans ses temples, dans ses odeurs, dans ses couleurs, dans ses marchés dans la cuisine que l’on y fait partout et à toute heure, dans la grâce souriante et retenue de ses femmes, dans le sourire de ses enfants, dans le salut bouddhiste les mains jointes sous le menton, dans le grouillement et la jeunesse de ses foules, dans la laideur et les embarras de ses grandes cités, dabs la beauté des rizières en terrasses et de ses montagnes au petit matin ; celui de l’Asie poste coloniale où  les trains avaient encore une troisième classe et des sièges en bois, où les polices indienne et singapourienne étaient équipées de sticks et vêtues de larges shorts à l’anglaise, où les brasseurs d’air du Raffles, qui attendait d’être rénové, étaient bien fatiguées, et où le Taj Mahal de Bombay n’était pas encore affublé d’une tour d’inspiration vaguement moghole….. Il y a encore 11 lignes après.

 Monsieur Samuel, je n’ai pas pu vous rencontrer à travers les pages de votre livre, je préfère les sangliers vivants de mon coin de campagne à ceux de papier de vos souvenirs.

Commenter cet article

MarieAlexandra 30/08/2013 15:51

Je suis surprise par certains commentaires. J'ai découvert cet ouvrage très récemment et j'ai été emballée par le beau style classique. Il n'est écrit nulle part que la phrase longue et le style syncopés imposés par les Éditions de Minuit dans les années cinquante doivent constituer la norme. Et je précise au passage à Zazi que "avatar" n'a jamais signifié "mésaventure" comme elle semble le croire mais il est vrai qu'il s'agit d'une faute de français assez courante ! Cordialement.

zazy 30/08/2013 22:03

Lorsque je l'ai lu,les phrases ne me semblaient pas couler d'elles-mêmes. C'est en cela que je ne les ai pas trouvées 'naturelles". La notion de naturel, comme beaucoup d'autres notions sont subjectives et, n'étant qu'une lectrice lambda, je donne MES raisons qui font que j'ai aimé ou pas un livre.
Ce blogue ne reflète que ma propre petite opinion.

MarieAlexandra 30/08/2013 20:38

Gallimard avait refusé de publier Proust pour cause de style "ampoulé" : là encore je vous pose la question : qu'est xe que "le naturel" en matière de style et le naturel est il une norme de qualité en soi. Je comprends parfaitement que l'on n'aime ou l.on n'aime pas un bouquin mais il me semble que l'on ne saurait fonder une opinion sur des a priori comme la phrase courte ou la notion fort vague de "naturel". Cdlt.

zazy 30/08/2013 20:20

Je n'ai pas aimé le style que je qualifie, de nouveau, d'ampoulé car je ne l'ai pas trouvé naturel.
Il est vrai que j'ai commis une faute en parlant d'avatar car il n'y a aucune incarnation dans ce livre. Mais je persiste et signe, nous ne sommes pas rencontrés avec ce livre. Ce sont des choses qui arrivent. Heureuse que vous l'ayez apprécié.

dominique 27/02/2013 13:20


Tiens alors je ne suis pas le seul.. Quand il m'arrive de lacher un bouquin, j'ai presque des remords.. Je vais même parfois m'inventer une "lacune" chez moi qui me rend incapable
d'apprécier. 


Finalement, un livre, c'est comme une photo.  Quelque chose de très personnel, tu y adhères ou pas. 

zazy 27/02/2013 13:52



Très gênée par le phrasé ampoulé et un peu oiseux pour moi. Mais je dois dire que je connais rarement ce genre d'avatar



Selena 27/02/2013 13:18


Ayoye! C'est toute qu'une phrase! J'ai déjà lu un livre comme ça où les phrases faisait six pieds de long et je l'aurais lâché si ce n'avait pas été un partenariat! Je passe mon tour! (Et si je
le vois, je m'enfuie en courant^^)

zazy 27/02/2013 13:52



bonne route



Une Comète 27/02/2013 10:30


J'adore la photo qui illustre ton blog aujourd'hui ! :))


En revanche, je passe mon tour pour le bouquin... bisous, Zazy, j'espère que tu es en pleine forme.

zazy 27/02/2013 13:54



Sans le faire exprès, je suis raccord avec le contenu. Maisje préfère mes sangliers !!