Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Patrick de Witt - Les frères Sisters

24 Novembre 2012, 22:36pm

Publié par zazy

http://images.gibertjoseph.com/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/i/847/9782330009847_1_75.jpg

Les frères Sisters

Patrick de Witt

Traduit par Philippe Aronson

Editions Acte Sud

Septembre 2012

ISBN : 9782330009847

 

 

Les http://edito.entreelivre.com/var/ezwebin_site/storage/images/listing_editos/les-resultats-de-la-troisieme-edition-des-jeudis-critiques-special-polar/955-1-fre-FR/Les-resultats-de-la-troisieme-edition-des-Jeudis-Critiques-special-Polar_small.jpg, vous connaissez ? Et bien cliquez sur le logo http://www.entreelivre.com/images/logo-el-alpha.png et vous comprendrez. Vous êtes tenté ? Rejoignez-nous, nous vous ferons une petite place avec grand plaisir. J'ai eu le chance de recevoir ce bouquin jubilatoire

 

4ème de couverture :

Oregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d'égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du "Commodore", leur employeur, aux jours d'un chercheur d'or du nom de Hermann Kermit Warm. Tandis que Charlie galope sans états d'âme - mais non sans eau-de-vie - vers le crime, Eli ne cesse de s'interroger sur les inconvénients de la fraternité et sur la pertinence de la funeste activité à laquelle lui et Charlie s'adonnent au fil de rencontres aussi insolites que belliqueuses avec toutes sortes d'individus patibulaires et de visionnaires qui hantent l'Amérique de la Ruée vers l'or.
Dans ce roman jubilatoire où l'humour noir le dispute à une subtile excentricité, Patrick de Witt rend un hommage décalé aux classiques du western tout en invitant le lecteur à en explorer les ténèbres, sous l'inoubliable houlette de deux frères moins liés par le sang et la violence que par l'indéfectible amour qu'en silence ils se portent.

=============

 

C’est donc dans ce cadre que j’ai lu ce western, pas spaghetti pour un rond de chapeau. Mais est-ce vraiment un western ? Assurément puisqu’il y a des tueurs à gages (les frères Sisters), des putains de poids, des chercheurs d’or, des indiens, des chevaux, de l’alcool…. Mais, mais, mais, il tient plus du conte philosophique.

La trame est très conforme au genre, l’auteur ne s’étale pas sur la beauté des paysages ce qui ne gêne en rien les pérégrinations des brothers Sisters. J’oubliais, ce sont eux les tueurs à gages, embauchés par le Commodore pour liquider ceux qui osent se mettre devant son chemin. Hermann Kermit Warm (quel drôle de nom), qui a refusé de lui donner la formule chimique pour faciliter la recherche de l’or dans les rivières, est leur prochain « client ».

Le chemin jusqu’à la rivière lumineuse est long et propice à des rencontres inattendues, quoique, dans un western il en est souvent ainsi. Le dentiste-arracheur-de-dents philosophe «  Vous êtes mon troisième patient en trois semaines. Il semblerait que l’hygiène buccale ne fasse pas partie des priorités dans cette partie du monde. » (Oh ! les cow-boys, allez vous laver les dents). La vieille sorcière « Elle avait de longs poils gris qui tremblotaient sur son menton, et sa bouche à la mâchoire pendante c’était que chicots noirâtres », la petite fille méchante des intermèdes, tout un poème !…..

Tels Laurel et Hardy, ils sont inséparables, Charlie le méchant et Eli le bon. Tout comme eux, ils ne font que se disputer, ergoter, mais lorsque l’un est malade, l’autre est là.

C’est Eli qui raconte leur histoire et il remarque beaucoup de choses. OK, il est tueur à gages, mais croyez-moi, il n’aime pas du tout son travail, s’excuse (des fois) aime à penser qu’il est amoureux.

La violence est très présente, les mots sont là, crus, mais la plume ironique et comique genre humour noir de Patrick de Witt fait tout passer, même l’énucléation de Tub. L’ivresse n’est jamais très loin, attention, la vraie, la réelle, pas l’ivresse des sommets. La richesse ? Ils la verront toujours s’approcher et, lorsqu’ils pensent la tenir, hop, une pirouette, un évènement (jamais heureux) et tout est à refaire.

Les grandes randonnées équestres ou pédestres sont sources de réflexions, voire de philosophie de comptoir cheval. Nos Sisters, surtout Eli, réfléchissent, discutent, fourailles sur leur fraternité, sur l’intérêt du crime…. Les souvenirs viennent au débotté ; lorsque Charly a tué son père devenu fou, battant sa mère « Père a cassé la fenêtre d’un coup de poing puis il l’a frappés sur le bras avec le manche de la hache. Je crois qu’il est devenu four. Il avait déjà frôlé la folie auparavant, mais quand je suis revenu à la maison pour aider Mère, j’ai eu le sentiment qu’il était complètement dément. Il ne m’a pas reconnu lorsque je suis entré avec mon fusil ». Ils acceptent leur sort avec fatalisme

Un western ? Une grande histoire d’amour fraternel, un conte phlosophique. La fin est étonnante genre retour dans le giron maternel, comme une seconde naissance ou un changement de cap.

Un excellent livre que je vous recommande par ces journées tristounettes de fin d’automne. Le visuel est très présent, je le verrai bien devenir un film, les personnages secondaires y seraient parfaits.

D'autres commentaires : Lettres expres
 

Biographie de Patrick de Witt

Né en 1975 sur l'île de Vancouver, Patrick de Witt vit actuellement à Portland, Oregon. En France, son premier roman, Ablutions, a été publié chez Actes Sud en 2010.

Les Frères Sisters a figuré dans la dernière sélection du Man Booker Prize 2012, la plus haute distinction littéraire aux États-Unis.

Commenter cet article

Une Comète 26/11/2012 11:38


Ben je le note, pour la deuxième fois de la matinée...

zazy 26/11/2012 12:14



Jamais deux sans trois !



Hélène 26/11/2012 09:45


J'adore les westerns, je ne peux que noter ! Le dernier en date que j'ai lu "Lonesome dove" m'avait totalement conquise.

zazy 26/11/2012 11:19



C'est mon premier western !!!!


Je note ce titre



kathel 25/11/2012 07:56


Tu l'as eu par les jeudis critiques ? J'ai réussi à l'emprunter à la bibliothèque ! Je t'ai lu en diagonale, je vais faire mon billet très bientôt.

zazy 25/11/2012 08:50



Et oui, si tu n'en fais pas partie, rejoins-nous !!!


Un livre jubilatoire ou le western autrement