Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Olivier MAGNY - Dessine-moi un parisien

27 Décembre 2010, 14:09pm

Publié par zazy

Dessine-moi un Parisien

DESSINE-MOI UN PARISIEN

Olivier MLAGNY

Edition brochée 10/18

 

Reçu avec plaisir, grâce au partenariat – 10-18.jpg et notre forum artage-lecture.png

 

4ème de couverture :

 

Parisien ? Une insulte pour certains, un graal pour d'autres. Qu'il soit origine ou destination, Paris, c'est sûr, façonne ses habitants. Olivier Magny propose ici une plongée dans le monde étrange des Parisiens et nous donne enfin de bonnes raisons de les aimer ou de les détester. Au programme : mauvais esprit et autodérision portés par un auteur 100 % Parisien. Alors...

 

Quelques mots sur l’auteur (pages intérieures du livre) :

 

Olivier Magny a un parcours original. A 24 ans, il créé « Ô château » sa société de dégustation de vins en ligne. Depuis, c’est plus de 30 000 personnes du monde entier qu’il a personnellement formées au fin français. Pur Parisien, il a vécu en Californie, est diplômé de l’ESSEC, intervient à l’Hôtel de Crillon et à Science-Po. Depuis quelques mois, on trouve le plus souvent Olivier dans son bar à vins, 68, rue Jean-Jacques-Rousseau à Paris.

 

Ce livre est issu de son blog écrit en anglais: Stuff Parisians Like. Suivi rapidement par des milliers de lecteurs, complices de ces gentilles mises en boîte des Parisiens par un Parisien. Il qui devient rapidement SPL –Le petit blog grandit. Un beau jour 10/18 propose à Olivier de publier ce blog.

 

Mon avis :

 

Petit livre que l’on tient bien en mains, pratique pour lire…… dans les transports parisiens !!!!

Livre à déguster, mais ne pas lire d’un seul coup à cause d’un risque très grave de devenir raciste-anti-parisien. 3 satires à chaque fois est la posologie que je recommande pour obtenir la « quintessence du parisien » !!!!!

 

Pour nous provinciaux, nous avons même le conseil utile. Par exemple, prenez le mot putain, le premier chapitre. En voici le conseil utile : « Si vous ne savez pas quoi dire, dites simplement putain…. » et, dessous, nous avons une rubrique aide : Parlez parisien : « Non mais putain,….. c’est pas possible, bordel ! ». Le tout orné d’un petit dessin souvent bienvenu.

Le seul bémol est la couleur rouge qui, le soir à la lumière de la lampe de chevet, perd de sa saveur.

 

Donc, en gros, le Parisien adore s’habiller en noir, les sushis, Roland-Garros, lit Obligatoirement le Monde, pardon, le porte avec ostentation…. Déteste les chaussettes blanches, passe son temps à se plaindre de tout. Il est de bon ton de se targuer de ses origines « Ouais, je suis né à Paris, mais toute ma famille vient du Sud-Ouest ». Il est heureux car il a découvert l’huile d’olive qui lui a sauvé la vie !!!!!

 

Je suis contente d’aller chez Eux en train, car avec ma plaque d’immatriculation paysanne …….

 

Mais, je me suis vue dans quelques chapitres, alors que j’habitais Paris. Donc, cette maladie est hautement contagieuse. Je pense que l’on peut l’étendre à cette « race » que l’on appelle « les bobos » (par certaine de l’orthographe) quels que soient leurs points d’attache.

 

Ces petites satires me font penser aux billets de Stephen Clarke sur France-Inter parlant de ses compatriotes.

 

Vous avez compris, j’ai Adôréééééééé !!!! ce petit opuscule que j’ai dégusté comme Eux, les glaces de Berthillon, le café-gourmand, mais franchement sans me cacher.

 

Je remercie chaleureusement, avec un thé (désolée je n’aime pas le café même gourmand) dans une main et un moelleux au chocolat dans l’autre, les éditions 10/18 et  PARTAGE-LECTURE pour ces instantanés espiègles

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Loo 07/06/2011 23:38



Je suis sauvée alors car je ne me considère pas du tout bobo.



Loo 07/06/2011 23:19



On m'a offert ce livre à noël dernier. C'est drôle car ma réaction à été très négative en l'ouvrant au hasard je n'ai pas du tout accorcher. Je l'ai refermé et depuis il m'attend patiemment sur
l'étagère. Depuis je n'entend que des bonnes critiques. Celà va surement m'insiter à l'ouvrir de nouveau.


PS : je suis parisienne, ce qui explique peut-être ma première réacation. Je n'étais peut-être pas d'humeur ce jour là



zazy 07/06/2011 23:23



Je le fus, alors j'ai du recul......


mais je pense que souvent, cela concerne une population bobo (le chapuitre du glacier...)