Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Marie DESPLECHIN - Babyfaces

24 Novembre 2011, 22:18pm

Publié par zazy

Babyfaces.jpg

 

Babyfaces

Marie Desplechin

Ecole des Loisirs

139 pages

ISBN : 9782211203173

4ème de couverture :

A l'école, personne n'aime Nejma. Elle est nulle, méchante, moche et mal habillée. En plus, elle crache par terre. Mais on ne lui dit jamais rien, parce que tout le monde sait qu'il ne faut pas pousser à bout une personne qui n'a rien à perdre. Aussi, le jour où Jonathan Suyckerbuck, grand amateur de catch, est retrouvé inconscient derrière la porte de la cantine, c'est Nejma qu'on accuse. Elle a beau se défendre, personne ne la croit. Elle fait une coupable idéale. Mais Nejma n'est pas aussi seule qu'elle veut bien le croire. Au tour de son voisin et ami Rajanikanth, alias Raja, alias Freddy, de faire quelque chose pour Nejma, elle qui l'a toujours protégé. Sans oublier Isidore, le vigile du supermarché dans lequel Nejma se réfugie après les cours. Isidore estime Nejma. Il la voit différemment. Il a même prononcé ces mots magiques: " Tu n'es pas grosse. Tu es puissante."

 

Biographie de l’auteure (source Ecole des loisirs)

Marie Desplechin est née à Roubaix en 1959. Elle a fait des études de lettres et de journalisme. Ses nombreux romans pour la jeunesse mêlent humour et tendresse. Pour les adultes, elle a publié un recueil de nouvelles très remarqué, "Trop sensibles", puis deux romans, "Sans moi" et "Dragons" aux éditions de l'Olivier. Elle travaille aussi régulièrement comme journaliste pour différents magazines. Elle vit à Paris, elle a trois enfants.

 


Dure d’être une ado alors que l’on est toujours seule chez soi, grosse, moche, mal embouchée.

Nejma fait tout pour coller au plus près de son personnage et en rajoute, histoire de se faire détester par tout le monde y compris ses enseignants. « C’est celui qui dit qui y est », ce leitmotiv très connu des enfants va bouleverser la vie de cette jeune personne.

En effet, un jour par comme les autres, un écolier est tabassé par ses copains est laissé pour mort et….. Nejma se retrouve accusée parce qu’on l’a trouvé près de Jonathan.

Impossible de faire comprendre aux adultes qu’elle n’est pas coupable, son comportement, ses gestes, tout font croire que… et puis, c’est plus facile de la croire coupable, tan pis si elle est innocente. Heureusement, elle peut compter sur son ami de toujours Freddy-Rajaqui  qui la soutient contre vents et marées et sur le vigile du supermarché Isidore avec qui elle a fait copain-copain et qui sait….

A cela s’ajoute un chiot qu’elle va sauver d’une mort certaine. De plus, Isidore, en lui disant : tu n’es pas grosse, tu es puissante, va la pousser à faire du sport et se spécialiser dans le lancer.

Tout ceci parait très primaire, mais, en y regardant de plus près, il y a d’abord cette passerelle au-dessus de l’autoroute qu’elle peine à franchir chaque matin pour aller à l’école, tut un symbole. Ensuite, que l’on est beaucoup plus fort lorsque quelqu’un croit en vous et vous le prouve. Marie Desplechin montre aux ados que seul on est rien. La solidarité, l’amour, la responsabilité d’un plus faible (ici le chiot)sont des moteurs cruciaux. En s’ouvrant aux autres, on s’enrichit et que, au lieu de survivre, on vit pleinement.

En préface, Marie Desplechin nous donne l’explication du titre. Babyface : se dit d’un catcheur qui joue le rôle du gentil et que la foule aime.  Sa conclusion : que la danse orientale vaut bien mieux que le catch !!! et qu’une petite fille ne peut vivre sans considération ni amour.

Un joli livre pour un enfant, pardon, un pré-ado de 9/10 ans qui, si on le lit à 2 voix, n’en sera que meilleur.

 

 La Plume au féminin2

 

Commenter cet article

Zazimuth 08/12/2011 19:32


Je ne connaissais pas ce titre de Marie Desplechin.

zazy 08/12/2011 19:50



Je ne connaissais pas du tout cette auteure et ce fut une heureuse découverte



Sharon 28/11/2011 10:37


J'ai beaucoup aimé ce roman également. Je l'ai trouvé adapté aux jeunes lecteurs (ce n'est pas toujours le cas dans la ilttérature jeunesse).

zazy 28/11/2011 11:24



Ce fut mon 1er roman pour pré-ado et je pense qu'une discussion avec un adulte décrypterait bien ce roman