Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Le sang du Christ - Frédéric MARS

18 Septembre 2010, 20:22pm

Publié par zazy

 

le-sang-du-christ

L'histoire: An 30 de notre ère, 6 jours avant la Pâque juive.

Dans une ferme située à proximité de Jérusalem, un homme est sacrifié selon le rituel de l’agneau pascal. Mais sur son front, on peut voir un triangle isocèle, marqué au fer, et à côté du cadavre calciné, une poterie égyptienne. Ce mort, c’est Jean de Gamala, héritier légitime du trône de David, usurpé par Hérode avec l’appui de Rome.

Soupçonné du crime, son frère Jacques le scribe tente de démasquer par lui-même le meurtrier. Aidé de sa nièce Sara, il piste l’assassin qui ensanglante la Judée, alors qu’un autre aspirant au titre de roi des Juifs provoque les autorités juives et romaines : un certain Jésus de Nazareth.

De Qumran à Magdala, d’initiation en découvertes, Jacques et Sara vont pourchasser jusqu’au pied de la Croix celui qui se révélera être... le premier tueur en série de l’humanité...

 

RESUME :

 

Au commencement était le sang. Ainsi débute le livre.

Une grange en feu Dans une ferme de Béthanie, où l’on découvre un cadavre dans une certaine position, avec un triangle isocèle dessiné au fer rouge sur le front. Toute la famille semble reconnaître Jean de Gamala, le frère aîné disparu depuis 15 ans héritier du trône de David. Jacques, accusé de ce meurtre et sa nièce Sara nous entraînent, de gré ou de force, tout au long de 7 chapitres, à la recherche du, puis des tueurs. Nous suivrons leurs pas à Jérusalem, Qumran, Nazareth…. Jacques pistera un certain « Jésus de Nazareth », homme Ô combien complexe : violent, harangueur « Jésus de Nazareth» si semblable à Jean, ainsi que Barrabas. Petit à petit une puis la vérité se fait jour…. Et « Père pourquoi m’as-tu abandonné ? », qui rappelle quelque chose,  signe la fin de cet épisode.

 

MES REFLEXIONS :

Bon, commençons par ce qui fâche : trop de sang et une bloody-Sara-fille-de-Marie (ça y est, c’est fait ; pardon pour le jeu de mots, mais je ne peux m’en empêcher….). Des longueurs, j’ai peiné à ne pas lâcher le livre.

Il faut faire abstraction de ce que nous avons appris lors de nos séances de catéchismes et de ce qu’il nous reste des évangiles. Les lieux, les noms nous y ramènent pour mieux nous en écarter.

Le style d’écriture est classique, facile à lire. Le début a été un vrai régal, puis j’ai peiné à poursuivre.

Jacques, que j’aurais voulu suivre les yeux fermés, mais…..ses mathématiques et sa logique m’ont paru abscond et obscur ;  j’ai arrêté d’essayer de comprendre ses démonstrations et je pense avoir perdu un grain de sel (je demande pardon à ses frères pour le sel). Pourtant c’est un homme bon que l’on voudrait pour mentor et il est un peu celui de Sara.

Je ne suis pas fan de ce genre littéraire et n’ai aucune référence antérieure, mais….  Je suis curieuse, alors, va savoir Charles….. pardon, Jacques !!!!

Je remercie  ârtage lecture et logo-laffont.gif qui m’ont permis de découvrir ce livre dans le cadre du partenariat. Expérience que je renouvellerai volontiers.

Commenter cet article