Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Kamal Ben Hameda - La compagnie des Tripolitaines

4 Février 2012, 18:10pm

Publié par zazy

La-Compagnie-des-Tripolitaines.jpg

La compagnie des Tripolitaines
Kamal Ben Hameda
Editions Elyzad
109 pages
ISBN : 9789973580344



4ème de couverture

A Tripoli, dans les années soixante, on fête la circoncision du narrateur. Pourtant le jeune garçon ne peut se résoudre à quitter le royaume régi par sa mère et ses amis, Fella la "mangeuse d'hommes", Nafissa qui fume et qui boit, Jamila la sensuelle. Toutes tripolitaines d'origine arabe, berbère, africaine, italienne, juive. De ses errances d'une femme à l'autre, dans une société où l'on ne mâche pas ses mots et où le regard porté sur les hommes est sans concession, le petit mâle en devenir forge sa sensibilité. C'est un monde débridé, puritain, une Libye hors temps qui s'exprime dans cette ronde de portraits de femmes. Au-delà des contraintes de la bienséance comme dans l'intimité d'un gynécée, explosent leurs bravades et leurs malices, leurs vengeances et parfois leurs révoltes.

Biographie de l’auteur :
Kamal Ben Hameda est né en 1954 à Tripoli. Dans les années 70, il quitte un pays dont il dénonce l'oppression insidieuse et la "sécheresse intellectuelle", part en France poursuivre ses études puis s'établit aux Pays-Bas où il vit aujourd'hui. Il est l'auteur de nombreux recueils de poésie et d'un récit autobiographique en quête de son enfance tripolitaine.

Mon avis :


J’ai lu « La compagnie des Tripolitaines » dans le cadre de l’opération Deux éditeurs se livrent spécial Maghreb, organisée par Libfly, les éditions Barzakh et Elyzad  et je les remercie chaleureusement. J’ai encore pu apprécier la qualité d’impression, la beauté du papier, le travail bien fait.

Hadachinou, jeune garçon tripolitain erre dans la maison en attendant quoi ? Il n’en sait rien, mais quelque chose se trame. Tante Fatima est là avec sa fille Houda, le boucher sacrifie un agneau, sa mère prépare à manger. On lui rase le crâne, hormis un toupet sur le front et l’habille de blanc. Dans la salle à manger, le père et ses amis mangent et prient. A la fin de la sourate un homme  muni d’une lame de rasoir lui demande d’avancer et c’est la circoncision. Hadachinou ne fait plus partie des petits : c’est un homme maintenant, il va devoir quitter les lieux des femmes, alors qu’il préfère leur compagnie à celles de camarades de jeux, d’ailleurs, il n’en a pas.

Alors que la circoncision devrait être une étape importante dans la vie d’un petit garçon musulman, Hadachinou préfère nous parler de  « ses femmes » dans la Tripoli multiculturelle et multiconfessionnelle des années 60, celle d’avant Kadhafi. Une ville qui se relève  bien que meurtrie par la guerre et l’occupation italienne.

Sa mère, qui le rabroue, Tante Zohra, si timide, si effacée, si démunie. Vient le tour de tante Hiba qui redoute les coups de son versatile époux, jamais content trouvant tous les prétextes pour la battre comme plâtre.
Par contre, rendre visite à Fella la juive et ses bonbons au miel, quel plaisir ! Avec elle il ose parler, lui faire des confidences. Et la Signora Filomena, la couturière italienne, toujours en retrait, mais qui savait être gaie. Nafissa était sa meilleure amie… elles fumaient et buvaient ensemble en se tenant par la main…. Et il y a Jamila, l’amie d’enfance de sa mère Ah Jamila !

Il écoute et connait toutes leurs histoires, des histoires toujours un peu tristes de viol, mariage forcé….Elles se mettent à nu devant lui en parlant de leurs corps maqués par les grossesses, la flétrissure de leurs visages, les assauts de leurs maris… Elles ne sont pas tendres avec eux. Ils ne sont pas beaux ces hommes : ils battent leurs femmes, se saoulent,  ne font rien ou pas grand-chose, passent leurs temps à la mosquée ou… ailleurs.

Pendant ce temps, elles discutent entre elles, se retrouvent comme des petites filles, avant le mariage. Ces babilles leurs permettent de résister, de continuer à vivre, car la vie n’est pas tendre avec elles. Leurs conversations tendres ou douces-amères, peuvent être crues


La cuisine est omniprésente dans ce livre et le souvenir qu’il en a très puissant. Comme la ville, elle est multiraciale, colorée et pimentée

J’ai aimé suivre Hadachinou lorsqu’il écrase les tomates avec les pieds, quand il regarde les femmes.  C’est un véritable éveil à la sensualité. J’aime comme il aime ces femmes. C’est presque un livre féministe, surprenant car écrit par un homme, mais un homme qui les regarde avec si une grande tendresse.


Quelques extraits :

J’ai peur, Signora Aziza, j’ai peur. Et si je devais finir ma vie ailleurs ? Je mourrais loin de Tripoli ! Mon marie, il n’arrête pas de dire qu’un jour on va nous vider d’ici ! – N’aie pas peur, Signora Filomena, je serai là pour te défendre… Et pourquoi vous chasserait-on ? Vous êtes nés ici, vous êtes Tripolitains… »
« La famille de Signora Filomena était installée à Tripoli depuis trois générations
« Les hommes, en dehors de leur ventre ou de leur zob, ne s’intéressent à rien sinon à détruire d’une main ce qu’ils viennent de construire de l’autre. »
Comme on le sait, les désirs des hommes et les pas du temps arpentent rarement les mêmes chemins. Cet homme qui devait ad vitam aeternam prendre le titre d’époux respecté n’était pas celui de mes vœux, mais quelqu’un que je n’avais jamais vu.

Oui, qu’est-ce que je disais, oui, le mariage ! C’est affreux, ça, chier des filles qui seront esclaves toute leur vie et des garçons qui vont les faire trimer et lisser l’ennui et la mort ! Non et non ! disait souvent tante Nafissa

"Je fais comme beaucoup d'entre nous, poursuivait la femme, j'ouvre mes jambes et je le laisse me niquer ; de toute façon ça ne dure pas très longtemps... trente secondes, une minute et voilà ! J'en suis quitte... Quelle plaie !... Vous vous rappelez celle qui a coupé le zob de son mari ? Eh bien, son mari la battait tellement, à lui faire voir les étoiles à midi ! Nous le savions, toutes, mais que pouvions-nous faire ? Dehors c'était un homme pieux et respecté, il allait à la mosquée tous les jours, mais comme tous les autres, les femmes, il les haïssait !"

« Tante Tibra combien as-tu mangé d’hommes ?
-Ne dis pas de bêtises,  petit bonhomme ! »
Et pour la faire rire encore, je la pris dans mes bras et lui mordillai le sein. « Attends, quand tu seras grand, il en faudra plus que de baiser les seins d’une femme pour ravir son cœur mon petit Hadachinou ! » s’écria-t-elle en me repoussant ».

 

Je remercie chaleureusement logo-libflybis et les Editions banner5.jpg pour la qualité de ce partenariat.

 

pave-elyzad-barzakh

Commenter cet article

Yv 05/02/2012 08:16


très bien ton billet parce qu'il donne envie. Si tu veux continuer avec les éditions Elyzad, tu peux y aller sans problème autant dans leur collection romans que dans leur collection "poche" aux
couvertures superbes (Le paradis des femmes ou tes yeux bleus occupent mon esprit d'autres auteurs Nord-africains)

zazy 05/02/2012 09:42



Je compte continuer notre histoire commune. J'ai également lu Fatima ou les Algériennes au square. Ces livres, de poche, sont d'une très belle qualité et c'est vrai, de belles couvertures.


Merci pour ton compliment.