Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Harper LEE - Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

29 Décembre 2011, 14:55pm

Publié par zazy

Ne-tirez-pas-sur-l-oiseau-moqueur.jpg

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Auteur : Harper LEE

Traduction de Isabelle STOÏANOV

Le livre de poche

446 pages

ISBN : 9788853115847

 

 

4ème de couverture :

Dans une petite ville d'Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d'office pour défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche.
Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 - au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux Etats-Unis et dans bien d'autres pays.
C'est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise - les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l'enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique.
Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur s'est vendu à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde entier.

 

Biographie de l’auteure

Nell Harper Lee dite Harper Lee (née le 28 avril 1926 à Monroeville dans l'Alabama) est une écrivaine américaine particulièrement connue pour son roman To Kill a Mockingbird (Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur), Prix Pulitzer en 1961. Vendu à 30 millions d'exemplaires, ce livre est un classique de la littérature américaine, étudié à ce titre dans de nombreux collèges et lycées des États-Unis, et régulièrement cité en tête des classements des critiques et libraires.

 

Elle reçoit en 2007 la médaille présidentielle de la liberté du président américain George W. Bush pour sa contribution à la littérature

 

 

Je nous imagine parlant de ce livre, toi l’inconditionnelle et moi plus dubitative.

« Alors, tu l’as trouvé comment ce livre ?

-          Ouiais, c’est un joli livre, bien écrit avec de la tendresse, une certaine gouaille. C’est vraiment la vie quotidienne dans le sud profond des Etats-Unis. Plutôt la vision d’une petite fille Scout garçon manqué et pleine de vigueur… Mais bon….

Quoi mais bon ?

-          Et bien, comme il était cité dans la Couleur des Sentiments, je m’attendais à plus de véhémence, plus de politique, un peu comme dans ce fameux film en noir et blanc dont j’ai oublié le nom…. C’est en cela qu’il m’a déçu

Mais, tu ne l’as pas aimé alors ?

-          Si, mais je ne comprends pas l’engouement qu’il suscite. A sa sortie, il a dû faire l’effet d’un pavé dans la mare. Qu’une femme ose écrire là-dessus !!! mais le Pulitzer et cet engouement qui dure toujours peux-tu me l’expliquer ?

Justement parce que c’est un livre intemporel qui permet de faire connaître, aux nouveaux lecteurs, le racisme ordinaire de cette époque et qui est encore d’actualité !

-          Mais le procès est tellement dilué dans la vie de Scout et dans le livre lui-même que ce n’est qu’un épisode de plus. Je n’y ai vu que la vie d’un village durant la grande dépression. J’ai apprécié la description des mœurs, de ces gens « bien-pensants » engoncés dans leur bien-être et leur supériorité de blanc. Toutes ces déviances protestantes toutes plus austères les unes que les autres….

-           

Mais Scout, Calpurnia, Atticus, ils ne t’ont pas émerveillée

-          Beaucoup de non-dits, le père est un père-modèle, les enfants sont élevés du bon côté du ruisseau, s’expriment comme des étudiants et non comme des gamins… oui, je sais, le milieu social !!!! Mais justement oui, le milieu social, Scout finira comme une jolie demoiselle en robe, elle nous le raconte d’ailleurs à la fin du livre, même si il lui restera toujours ce besoin de liberté, ça on n’en guérit jamais. Certaines phrases de Scout m’ont plu comme celle-ci,

« Je lui avais demandé, un soir, pourquoi Hitler l'irritait tant et il m'avait répondu:
"parce que c'est un fou."
Ce ne devait pas être le cas, songeai-je pendant le cours d'arithmétique.
Un fou face à des millions d'Allemands. Il me semblait que c'était eux qui auraient dû l'enfermer au lieu de se laisser enfermer par lui. »

  Alors quoi ?

-          Alors quoi, un joli petit livre, facile à lire avec des longueurs. Je l’ai lu en une soirée. Mais en dessous de ce que j’en attendais, plutôt un livre pour adolescents.

 

 Tirez sur tous les geais bleus que vous voudrez, si vous arrivez à les toucher, mais souvenez-vous que c'est un péché que de tuer un oiseau moqueur.
Ce fut la seule fois où j'entendis Atticus dire qu'une chose était un péché et j'en parlai à Miss Maudie.
- Ton père a raison, dit-elle. Les moqueurs ne font rien d'autre que de la musique pour notre plaisir. Ils ne viennent pas picorer dans les jardins des gens, ils ne font pas leurs nids dans les séchoirs à maïs, ils ne font que chanter pour nous de tout leur cœur. Voilà pourquoi c'est un péché de tuer un oiseau moqueur.

Ce passage pourrait résumer le livre : il ne faut pas se tromper de coupable.

 

Merci l’inconditionnelle pour cette petite conversation devant un bon Tarry souschong et à bientôt.

 

Commenter cet article

Nico 19/01/2012 21:33


Je l'ai bien apprécié pour son côté envoûtant mais c'est vrai qu'il comporte des longueurs.

zazy 19/01/2012 21:41



je ne l'ai pas trouvé envoûtant, mais bon, ce ne fut pas un pensum tout de même !!



Richard 30/12/2011 15:45


Merci pour cette chronique fort originale !!


J'ai toujours du plaisir à te lire !


Amitiés

zazy 30/12/2011 15:55



Boudiou comme j'ai peiné à trouver une forme pour ce billet !!! Ce livre a tant de fois été décrit et je ne savais pas comment faire. Comme à chaque fois, ce fut la nuit que l'idée m'en et venue.


Merci de ton gentil compliment



sophie57 30/12/2011 14:53


chouette ton billet! ce livre, je l'ai acheté en poche il y a qqs mois, mais je repousse toujours le moment de le lire...et ton avis ne va pas m'y encourager! encore un livre surclassé? Bonne fin
d'année Zazy! 

zazy 30/12/2011 15:45



Je te remercie pour ce compliment. Même si il est surclassé, cela reste un joli petit roman



lespassionsdemalo 30/12/2011 08:17


Une jolie petite histoire, sans plus...

zazy 30/12/2011 11:40



D'accord avec toi



Sharon 29/12/2011 19:25


Quand je lis la littérature jeunesse actuelle, je me dis qu'il ne faut surtout pas que les ados soient innocents pour lire ces livres-là. La documentaliste de mon collège a rencontré un éditeur
qui lui a dit "pas de tabou dans les livres que je publie. Ils parlent de sexe, de morts. Ce sont les adultes qui ont un problème avec ça, les ados, ils adorent".

zazy 29/12/2011 19:55



C'est vrai, mes neveux et nièces adorent ça !! mais bon, il faut quand même faire attention