Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Erica Bauermeister - L'école des saveurs

9 Juillet 2012, 13:45pm

Publié par zazy

LEcole-des-saveurs--pll-.jpg

 

L’école des saveurs

Erica Bauermeister

Traduction : Mona de Pracontal

Editions : Le livre de poche

251 PAGES

ISBN : 9782253134572

 

 

 

Ce livre est le fruit d’un échange « multilivre » fait lors du pique-nique de Babelio. Je l’ai lu dans le train au retour de cette belle journée et il a agrémenté ce voyage solitaire. La 4ème de couverture définit très bien la trame de ce livre.

 

Lilian possède un restaurant et en plus, donne des cours de cuisine. Dans ce livre, elle a des élèves vraiment très doués ou elle est un super prof….. Tout est réussi du premier coup !

 

Chaque élève a droit à son chapitre qui nous relate, dans les grandes lignes, son passé, sa vie, mais sans s‘approfondir. Ce manquement ne m’a pas permis de rentrer dans leurs vie, de les accepter, je suis restée spectatrice.

 

Je me demande si son écriture, concise, efficace n’a pas banni une certaine profondeur. C’est un livre léger, agréable à lire. Je n’ai pas vu le voyage se passer, mais….. C’est tout. Et comme beaucoup de ce genre de romans américains : tout est bien qui finit bien et tout est aseptisé.

 

Une lecture agréable, mais pour moi, cela manquait de véracité, de tripes, de vie. Merci Bibliobulga, même si j’ai trouvé ce livre un peu « trop », j’ai passé un agréable voyage grâce à lui.

 

 

4ème de couverture :

 

Un jour, la petite Lilian se lance un défi fou : si elle parvient à guérir sa mère de son chagrin en cuisinant, elle consacrera son existence à la gastronomie. La magie d'un chocolat chaud aux épices opère et, une vingtaine d'années plus tard, Lilian anime tous les premiers lundis du mois un atelier de cuisine dans son restaurant. L'École des saveurs réunit des élèves de tous horizons qui, de l'automne au printemps, vont partager des expériences culinaires, découvrir la force insoupçonnée des épices, capables par leur douceur ou leur piquant, d'éveiller des ardeurs inconnues et de guérir des peines anciennes... Un savoureux roman culinaire, une ode à la gourmandise et aux sens. L’Ecole des saveurs est un subtil et charmant hymne à la cuisine et à l’amitié. Dans la cuisine de Lillian où la lumière prend la couleur du beurre et où les odeurs embaument la pièce, tout est à sa place. Vous voudrez vous installer dans un coin et y rester toute la journée. Marissa de los Santos.

 

Biographie d’Erica Bauermeister :

 

Titulaire d’un doctorat en littérature, elle a longtemps enseigné la littérature et l’écriture à l’université de Washington et elle écrit plusieurs ouvrages de littérature féminine. L’école des saveurs a connu un très grand succès et se trouve traduit dans une vingtaine de pays. Elle vit actuellement à Seattle.

Commenter cet article

Catherine 09/07/2012 23:36


Tiens, il aurait été dans au moins deux challenges : Littérature féminine, d'Anis + 50 états, 50 billets, de Sofynet

zazy 10/07/2012 10:27



Tiens, il me semble que je fais partie d'un challenge plume au féminin !! je vais vérifier


Merci Catherine



Céline72 09/07/2012 19:45


Je passe mon tour, cela ne me tente pas.


Bonne soirée !

zazy 09/07/2012 22:21



tout de même un agréable parenthèse



Isa 09/07/2012 19:10


Un roman tendre et léger comme j'aime en lire de temps en temps. Un petit livre qui fait du bien.

zazy 09/07/2012 22:21



Il y manque un peu de chair



Oncle Paul 09/07/2012 15:24


Bonjour Zazy


Tu es allée au pique-nique Babelio ? De quoi avez-vous discuté : cuisine ou livres ?


Quant à ce livre, je retiens que ce fut une lecture agréable, et c'est ce que je retiens. Il existe de beaux livres (dans l'écriture, les idées, autres) mais qui en fin de compte sont pénibles à
lire. Alors pourquoi bouder son plaisir et ressentir comme une gêne ?


Amitiés

zazy 09/07/2012 22:23



Oui, je suis allée à la capitale. Le parc de Bercy est très bien agencé, ce fut un moment plus qu'agréable. J'y ai fait de belles rencontres.


Je n'a pas boudé mon plaisir pour ce livre, mais il manque de chair