Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Doris Lessing : Victoria et les Staveney

30 Mai 2011, 22:34pm

Publié par zazy

Victoria et les StaveneyVictoria et les Staveney

Doris LESSING

Editions Flammarion

150 pages

 

 

 

4ème de couverture

Victoria n'a jamais oublié sa rencontre, à l'âge de neuf ans, avec une riche famille blanche, les Staveney. Ce souvenir entêtant la poussera, des années plus tard, à entamer une liaison avec leur fils, Thomas. De cette histoire naîtra Mary, petite fille à la peau claire et au sourire radieux. En adoration devant l'enfant, les Staveney proposent de l'accueillir chez eux de plus en plus souvent. Victoria, toute à la réalisation de la chance que représenterait une telle éducation pour sa fille, n'imagine pas quelles conséquences aura sa décision. La grande dame des lettres anglaises revient sur ses thèmes de prédilection : le racisme, l'hypocrisie, l'ambition. Un regard sans concession et d'une incroyable modernité sur notre époque.

 

 

 

Victoria, petite fille noire, et Thomas, petit garçon blanc attendent dans la cour de l’école que quelqu’un vienne les chercher « Il a oublié. J’avais bien dit à  maman qu’il oublierait ». Mais non, Thomas n’a pas été oublié, Edward est venu le chercher, mais…. a oublié Victoria ! Toute seule dans le noir, elle attend tremblante de peur et en pleurs.  Edward revient et la ramène chez lui où elle passera la nuit dans la maison  des  Staveney  riche famille blanche, que l’on peut qualifier de bobo. Victoria découvre l’univers de la richesse et passera souvent devant cette maison sans que personne ne la reconnaisse. Edward deviendra son mythe

 

Devenue une très belle jeune fille, Thomas la retrouvera et ils auront une histoire d’amour qui aura pour fruit : Mary. Ce fut plutôt la rencontre de 2 amours : Thomas aime les femmes noires et Victoria aime le frère de Thomas

 

6 ans après, Devant les difficultés rencontrées pour l’éducation de sa fille et ses souvenirs scolaires, Victoria informe le père de l’existence de Mary et renoue avec la famille Staveney qui, petit à petit, pour son bien, accaparera de plus en plus Mary. Victoria doit-elle perdre sa fille pour lui donner une chance supplémentaire dans la vie ?

 

Tout pourrait être idyllique, mais c’est sans compter sur Doris Lessing. Dans un style simple et direct, nous parle du racisme ordinaire, de l’hypocrisie, de la bonne conscience de classe et de l’univers familial.

 

Ce livre, très cours, est un petit bijou et un coup de cœur. Issu d’un livre regroupant 3 nouvelles sous le titre « The Grandmothers » que j’espère pouvoir dénicher.

Commenter cet article

lespassionsdemalo 07/06/2011 23:58



Encore une tentation!!


Je le note


Merci pour cette belle critique



zazy 08/06/2011 00:02



C'est vrai que j'ai redécouvert Doris Lessing alors que je n'ai pas aimé  le carnet d'or !!