Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Collectif : Vingt ans pour plus tard

30 Avril 2012, 16:01pm

Publié par zazy

Vingt Ans pour Plus Tard

Vingt ans pour plus tard

Ouvrage collectif

Théo Ananissoh, Hélène Gaudy, Frank Secka, Claude Rizzo, Azza Filali
EDITIONS ELYZAD
388 pages

ISBN9789973580160

 

 4ème de couverture :


Cinq écrivains réunis autour d'un mot : Adolescence. Cinq nouvelles inédites, autant de regards posés sur la Tunisie d'aujourd'hui, en contrastes et résonances.
Virginité, sexualité, port du voile, religion, perspectives d'immigration... Wael, Sarra et les autres nous révèlent leur mal-être, leurs secrets, leurs rêves, dans une société prise entre Orient et Occident.

De l'enquête au conte, un voyage en mots et en images pour nous livrer les facettes les plus intimes d'une génération en mutation.

 
 Biographie des auteurs

 Théo Ananissoh : originaire du Togo, il a enseigné le français et la littérature africaine francophone en France puis en Allemagne où il vit. Premier roman paru chez Gallimard intitulé Lisahohé en 2005. Le deuxième : Un reptile par habitant est sorti en 2007 chez le même éditeur.

 Hélène Gaudy : travaille à Paris dans l’édition. Son premier roman, Vues sur la mer (Les Impressions nouvelles) a été retenu dans la deuxième sélection du prix Médicis 2006. Elle écrit également pour la jeunesse, collabore à des ouvrages collectifs et participe à la revue littéraire Inculte.

 Frank Secka : Romans, contes et albums pour la jeunesse, photographie, graphisme, films d’animation… Le verrou, roman jeunesse en partenariat avec le collectif « Ni putes ni soumises », Le garçon modèle (éditions du Rouergue). Il vit à Paris. 

Claude Rizzo : originaire de Tunisie, il habite Nice depuis de nombreuses années. Il est l’auteur de  plusieurs ouvrages parmi lesquels Le Maltais de Bab el-Khadra (éditions Michel Lafon), Prix Maghreb/Méditerranée, Grand prix du Sénat. 

Azza Filali : elle est gastro-entérologue et vit à Tunis. Auteure de romans, nouvelles, essais, elle est considérée comme l’une des plumes importantes de Tunisie.

 

  ---------------------


Ces écrivains d’origines diverses reçus en résidence d’écriture en 2007 par l’Institut Français de Coopération en Tunisie radiographient la jeunesse tunisienne de 2007 et nous offrent des nouvelles très différentes dans leurs écritures et dans l’intérêt que j’y ai trouvé. 

Ils auront 20 ans… plus tard. Pour l’instant, ce sont des adolescents avec des problèmes d’adolescent tunisiens quelques peu différents des nôtres : la virginité des filles, une  sexualité dont on ne parle pas. Arrive de plus en plus souvent la question du voile et de la montée en force de la religion dans un pays laïque. Le respect dû aux parents  et les poids des traditions, les entravent dans le choix de leurs études et de leur vie future. Théo Ananissoh  nous les raconte

 

La nouvelle d’Hélène Gaudy m’a mise mal à l’aise. J’avais l’impression que ces jeunes filles formaient un cercle de plus en plus étroit autour Zeïneb pour l’étouffer et la faire entrer dans le rang, car une des leurs a disparu et c’était devenue son amie. Heureusement, les courses à pied de Zeïneb et Nour sont une bouffée d’oxygène et une libération, même temporaire.

 

Claude Rizzo nous parle de Yassine, fils de bonne famille, oisif qui, comme un passage initiatique, va retrouver les valeurs de la famille et trouvera sa voie pendant un job d’été dans un hôtel à touristes à Djerba. Le monde des vacanciers et des serveurs y est très bien dépeint, ainsi que l’envers du décor qui n’est pas doux pour les travailleurs saisonniers.

 

Quant au conte d’Azza Filali : « vie de miettes », il m’a enchantée, ravie. Il y a du Kirikou dans cette enfant espiègle intelligente, vive, rebelle beaucoup plus mure que sa mère qui ne regarde que les feuilletons débiles à la télévision…. Son amitié avec « Monsieur Miettes » un vagabond poète va lui ouvrir la voie à la liberté. Beaucoup de poésie dans ce conte, beaucoup d’espoir pour une vie plus libre avec des livres. Car pour Azza Filali, la liberté vient du livre : « le livre inutile »

C’est un véritable plaidoyer pour une culture sans frontière et un très beau conte sur la liberté.

 

 « - A la maison, il y a mes livres de classe, le code de la route et trois livres de cuisine de ma mère.
- Ceux-là ne sont pas des livres, juste des ustensiles, dit l’homme. Les vrais livres ne servent à rien, sauf à voir les choses comme elles devraient être.
- Parce que selon toi, elles devraient être comment les choses ?

La petite fille plissait les yeux mi-intéressée mi-méfiante.
- A l’envers, exactement à l’envers de ce qu’elles sont, répondit l’homme. »

 

« Au fait, j’aimerais voir tes livres, comme je n’ai jamais rencontré de livres inutiles….

L’homme balaya l’air de sa main comme pour chasser un malentendu.

De l’extérieur, ils ne paient pas de mine. Rien ne les distingue des autres ; leur inutilité est intérieure »

 

Nous découvrons que les adolescents, de quel pays qu’ils soient, connaissent tous cette période de mal-être, aggravée en Tunisie par le fait que les études n’ouvrent, le plus souvent, sur aucune perspective de travail.

En regard des évènements du « printemps tunisien », les adolescents réagiraient-ils de la même façon s’ils étaient interrogés maintenant ?

 

Un livre intéressant, mais inégal dans l’intérêt que j’y ai trouvé.

 

Je remercie beaucoup les Editions banner3 et logo-libflybispour ce partenariat. J’apprécie toujours autant la beauté et la qualité des ouvrages des Editions Elysad, le papier, la qualité d'impression... chapeau !

 

Voici ce qu'en pense Mimi  et Constance

Commenter cet article

Philisine Cave 01/05/2012 09:34


Si tu souahites lire Ouatann, je peux te l'envoyer à son retour de chez Une Comète. Pour le livre que te propose Constance, je l'ai chez moi et peux te l'envoyer la semaine prochaine (je pars ce
midi en vacances). Bises et bonne semaine.

zazy 01/05/2012 11:33



Je t'ai envoyé un mail, merci pour cette très gentille proposition



constance 30/04/2012 21:52


comme tu as pu le voir (merci pour le lien), je suis un peu du même avis que toi quant à l'inégalité des nouvelles. par contre, j'ai trouvé que le recueil oscillait entre les questions qui
turlupinent bon nombre d'adolescents et la manière dont celle ci se vivent en Tunisie.


sur la jeunesse maghrebinne en mal d'identité et en mal de vivre, j'ai eu un coup de coeur pour L'Envers des Autres, de Kaouther Adimi. je te le conseille chaudement et te dirige en lien vers mon
billet si cela t'intéresse : http://petiteslecturesentreamis.wordpress.com/2012/03/13/lenvers-des-autres-de-kaouther-adimi/

zazy 01/05/2012 11:35



Les problèmes des jeunes tunisiens n'ont guère changé par rapport à ce que j'ai connu il y a beaucoup d'années auparavant. Je vais aller voir ce livre



Philisine Cave 30/04/2012 18:12


J'ai découvert Azza Filli avec Ouatann (grâce à l'opération de Libfly) et j'aime beaucoup son écriture et ce qu'elle écrit .

zazy 30/04/2012 21:16



Je vais partir à la recherche de ses autres livres, car j'ai aimé son monde