Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Chi Zijian - La danseuse de yangge

7 Mars 2013, 23:19pm

Publié par zazy

http://www.bleudechine.fr/couvertures/0013danseuse.jpg

La danseuse de Yangge

Chi Zijian

Traduction Dong Chun et Jacqueline Desperrois

Editions Bleu de Chine

136 pages

ISBN : 9782910884123

 

 

4ème de couverture :

La vie peut-elle être banale ? Dans les deux nouvelles de Chi Zijian, sous l'apparente monotonie quotidienne d'une bourgade mandchoue, qu'elle soit ancienne ou moderne, les passions couvent et il arrive que la violence se déchaîne. Ainsi l'appât du gain conduit-il au vol, la faim sexuelle au viol, le dégoût au meurtre, l'humiliation au suicide vengeur ; le rémouleur joue les Don Juans et le lettré meurt d'amour pour la jolie danseuse de Yangge. Mais ce qui rassemble les villageois, c'est l'attrait unanime du merveilleux, produit de l'imaginaire, de l'art et de la nature. Comme si le bonheur, collectif ou individuel, ne pouvait se nourrir que de l'exceptionnel, de l'extraordinaire : beauté scintillante de la jeune danseuse entr'aperçue un bref instant, parfois au prix de souffrances définitives ; nuits blanches où s'effacent les ombres d'une vie conjugale manquée. Hommes et femmes vivent dans l'attente constante de l’émerveillement, ils en cultivent à satiété le souvenir et le fantasme, s'enivrent, coûte que coûte, de son retour fugace et disparaissent, un jour "banal", d'accident ou d'usure. Le fleuve Amour peut bien rouler ses vagues, tantôt paisibles ; tantôt tumultueuses, l'artiste, dans ses meilleurs moments, ne retient pour ses estampes que la brume poétique qui enveloppe ses rives et les nimbes d'un halo qui en fait disparaître jusqu'aux aspérités

Claude PRIN

 

=========

La danseuse de Yangge :

La tradition est chose primordiale dans ce petit village du Grand Nord chinois et les fêtes du Nouvel An sont très attendues d’autant que, chaque année, une troupe de danseurs de Yangge, danse populaire chinoise, s’y produit et, surtout, les villageois attendent La danseuse étoile, la bien nommée « Petite Parure », source de convoitise et d’espérance des mâles. Le lettré se tuera par amour pour Petite Parure, le bijoutier, homme richissime en est amoureux… enfin bref, toute la vie de ces paysans tourne autour de ce jour où ils La verront danser.

Nuluo, qui a des raisons de ne pas aimer la danseuse, n’assiste plus au spectacle et préfère déambuler dans la rue des lanternes où elle fit une « mauvaise rencontre », celle de Wang, le rémouleur. Il la suit jusque chez elle et abusa d’elle. C’est mal connaître Nuluo qui, lorsqu’elle s’aperçoit qu’elle est enceinte, obligera le rémouleur à l’épouser.

Cette petite nouvelle est pleine de la vie quotidienne de cette bourgade. Les saisons défilent, les gens vivent, meurent, s’épousent, se remarient, vieillissent…

Nuluo va son petit bonhomme de chemin, devenue une herboriste renommée, elle reçoit un jour la visite d’une vieille petite femme qui s’avère être ……

 

Voyage au pays des nuits blanches :

Le Heilongjiang, la province la plus septentrionale de la Chine, attire les foules une semaine par an, lors de la nuit blanche, moment où la nuit n’existe pas lors du solstice d’été. Elle fait ce voyage, qu’ils auraient voulu faire depuis longtemps, avec Ma  Kongduo, son ex-mari. Mais il y a comme un hiatus, personne ne remarque alors qu’elle lui parle et qu’il répond, fait la gueule, boit…. Enfin ce que tout homme fait !

Nous suivons leur voyage, empli de rencontres, jusqu’à l’arrivée au bord du fleuve Amour et là, ils se séparent lors de la soirée « nuit blanche ». La fin de cette nouvelle met un point final et permet la reconstruction de la jeune femme.

 

Deux nouvelles fort différentes l’une représente la Chine éternelle et la seconde une époque plus moderne où les gens voyagent et font du tourisme. J’ai aimé ces deux voyages, l’écriture de Chi Zijian. Elle dépeint une vie quotidienne où l’attente de l’émerveillement est présente et mobilise toute une population. Les habitants, les touristes vivent dans cet espoir puis dans le souvenir et le fantasme du merveilleux, alors que la vie quotidienne charrie son lot de bonheur et malheur.

Un livre que je vous recommande ; doux et violent, poétique et réel. Le résumé qu’en fait Claude Prin, en 4ème de couverture, est parfait.

 

 

 

Commenter cet article

Selena 09/03/2013 04:55


Tu en parle très bien!

zazy 09/03/2013 19:51



J'ai beaucoup aimé



dominique 08/03/2013 12:36


bonjour, tes perce-neiges (je me demande où mettre le s) en arrivant, c'est très agréable. 

zazy 08/03/2013 14:12



Merci Dominique. Perce-neige est invariable.



les cafards 08/03/2013 11:48


sûrement quelque chose qui nous plairait. Formidable pour ça les blogs

zazy 08/03/2013 12:02



Merci de ta venue sur mon blogue.  Il est vrai que mes visites de blogue en blogue enrichissent énormément ma PAL et la liste de mes réservations à la bibliothèque.


C'est un livre qui m'a beaucoup plu