Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Carl Norac, Stéphane Poulin - Au pays de la mémoire blanche

5 Février 2013, 18:06pm

Publié par zazy

http://livreaucentre.fr/files/2012/01/au-pays-de-la-m%C3%A9moire-blanche.jpg

 

Au pays de la mémoire blanche

Texte de Carl Norac

Illustrations de Stéphane Poulin

Editions Sarbacane

Pour Amnisty International

ISBN : 9782848645683

 

4ème de couverture :

Je n'ai à t'offrir que ce souvenir-là. Emporte-le, ou bien oublie encore.

 =========

 Le livre est beau, la couverture intrigue. Ce n’est pas une bande dessinée, mais un album avec des dessins splendides et des phrases profondes.

Au début, c’est blanc dans ma tête. Je ne pense à rien et ce rien paraît blanc. Pareil à la page où l’on a envie de dessiner. Ou semblable aux nuages les plus lents. J’ai un poids un milieu du cerveau où les pensées ne passent pas.

 Premiers dessins sur fond  blanc, un plan de moins en moins flou, on voit une main bandée.

http://img.over-blog.com/237x300/2/22/93/51/Mes-images-2/Memoire-blanche-06-1.jpg

Seconde page, nous passons au fond noir qui continuera jusqu’à la fin de l’album. Les bandages de la tête laissent deviner des oreilles, chien ou chat ?

L’être se réveille. Il est dans une chambre d’hôpital. Un policier l’interroge et lui apprend qu’il a été victime d’un attentat et qu’il est un chien. Il va pouvoir retourner chez lui. « Chienne de vie, que fais-je dans cette ville ? On dirait que la haine commence ici ». Il retourne dans un monde où le voisin pourrait être son ennemi, où le chien domine et extermine le chat, tiens, ça titille du côté des réminiscences, un pays où les rêves de jour sont interdits !!

Nous traversons des dessins qui pourraient faire penser, au ghetto de Varsovie, tout au moins comme je me l’imagine. L’angoisse et la peur suent, les regards sont fuyants.

Chaque phrase de cet album est un coup de poing dans le plexus ou dans la mémoire. Peu de texte, mais, il va droit au but, sans fioriture. Carl Norac, en phrases très courtes, nous fait sentir le malaise de Rousseau, sa quête, son angoisse. Carl Norac et Stéphane Poulin nous parlent de tolérance, du racisme, de la peur, de la quête  et  que ce soit les pages dessins ou les pages textes, l’émotion est toujours omniprésente et nous happe. http://www.editions-sarbacane.com/images/doublememoire.jpg

La mémoire blanche permet d’écrire un nouveau livre de sa vie, de regarder les autres sans aucun à priori ni sectarisme.

Oui, vraiment un très, très bel et bon album emprunt de beaucoup de poésie. Vous le relisez, une autre face apparaît. Maintenant, il faut que je le rende à la bibliothèque, mais je l’aurais bien gardé celui-là aussi.

 

 

 

 

Je vous en recommande vivement la lecture. Je l'ai lu suite à la chronique de Richard

 

 

Commenter cet article

Yv 08/02/2013 13:25


Convaincu, je note et je cherche

zazy 08/02/2013 17:01



Tu peux. Je l'ai trouvé à la bibliothèque de mon village, donc, tu devrais le trouver facilement



dominique 06/02/2013 13:17


bonjour, 


sais tu si le "Stéphane Poulin" de ce bouquin est le même que l'illustrateur québecois? 

zazy 06/02/2013 14:38



J'ai omis de la préciser, c'est le même