Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Bernard Pouchèle et Pierre Josse - Un tour des Flandres

30 Janvier 2013, 22:16pm

Publié par zazy

http://www.lemainelibre.fr/sites/default/files/imagecache/detail/2012/12/29/1356798997pouchele-dec-2012.jpg

Un tour des Flandres

Textes de Bernard Pouchèle

Photographies de Pierre Josse

Editions Invenit

140 pages

ISBN 9782918698340

 

4ème de couverture :

 

Voilà quelques années que Pierre Josse, rédacteur en chef du Routard, et Bernard Pouchèle, écrivain vagabond, parcourent ensemble les lieux et contrées du monde entier à la recherche des « petites gens » et de ce qui fait notre humanité. Mais d’un voyage en Flandre, mère-patrie de Pouchèle, là même où quarante ans après son départ, la langue de ses aïeux resurgit subitement dans le décor improbable d’un estaminet, les deux compères ne sont pas sortis indemnes. Pour Pierre Josse, armé de son appareil photographique, c’est une rencontre avec un horizon, avec des terres touchées par l’Histoire, au croisement de cultures venant de toute l’Europe, avec des hommes qui furent de tous les conflits, des plus dévastateurs comme des plus avant-gardistes. Pour l’octogénaire Bernard Pouchèle, c’est le dernier voyage dans sa recherche du temps passé, une immersion dans son destin, rocambolesque et hors du commun, contée avec l’étonnement d’un homme qui retrouve son autre originel, celui que son inconscient avait tu pendant tant d’années. Il se souvient de l’exode en corbillard sous les bombardements de Dunkerque, de son départ de Pitgam pour l’orphelinat de Bailleul, du périple d’un cerf-volant armé de tabac au dessus de la frontière franco-belge. Surtout, Pouchèle nous raconte au fil du livre la révélation puissante, enfin, de savoir qui il est : « je sais que je suis flamand à travers les siècles et les siècles ». Un Tour des Flandres est la promesse de la découverte drôle et émouvante d’un paysage intérieur.

 =========

 Bernard Pouchèle l’écrit : « Voilà ce deuxième voyage terminé, et le troisième, le grand, sera pour moi pour bientôt. » « Avant de casser ma pipe, j'ai enfin décidé de parler de moi. Ce livre, c'est mes tripes ».Cher monsieur, je viens juste de faire votre connaissance, alors, s’il vous plaît, attendez le plus longtemps possible.

 C’était à ça que je pensais pendant que Pierre photographiait le billard Nicolas et ces vieux meubles pour les ranger quelque part dans son guide. Voilà encore deux vérités pour un même endroit. Ah, la différence entre l’œil qui voit et l’œil qui se souvient.

 Cette phrase résume fort bien ce livre. Pierre Josse photographie les lieux insolites et Bernard Pouchèle photographie ces mêmes lieux pour en faire revivre les souvenirs, les parfums, les mots, les noms. Un qui voit et l’autre qui se souvient, quel beau tandem. Bernard Pouchèle, dans les pages blanches est dans sa jeunesse, lui l’orphelin que ses grands-parents ont dû placer à l’orphelinat à Bailleul.

 J’aime également les petites phrases sarcastiques qui remettent les choses à leur place.

 Parce qu’hélas et encore, un quatre d’heure d’histoire a apporté, avec un film sur les Cht’is, la vérité de la convivialité profonde des gens du Nord, leur sens du partage, de la fête. Il fait quand même manger du maroilles à Bergues, ville d’origine du vieux Bergues, un des meilleurs fromages français.

 Pour le tout-venant de nos concitoyens, pour le touriste bac sans lauréat, pour le quidam lambda, le Nord et la Flandre ne sont encore, à part la gare Lille Europe, l’avant-centre belge du Losc et le Paris-Roubaix, qu’un pays noir, sinon gris, un pays gris sinon noir, un pays de friches ouvrières, de cheminées d’usines qui sont tristes d’avoir arrêté de fumer, un pays de mines fermées alors que la plupart des gens ici ont plutôt la mine ouverte.

 Que de poésie dans ce petit livre, un régal, je pourrais retranscrire des phrases et des phrases.

Bernard Pouchèle, vous m’avez envoûtée et déjà sensible aux chansons de Brel, vous me donnez vraiment l’envie d’aller faire un tour des Flandres. J’ai aimé votre ton sarcastique, votre humanité, votre amour des Flandres, des gens, des paysages. Vous nous racontez votre histoire qui rejoint la grande histoire.

 Un ciel bas. Un ciel flamand. Un ciel lourd comme un repas de Bruegel l’Ancien. Des nuages arrêtés mouillent les pannes d’un beffroi là-bas et éciment une cathédrale de briques rouges au loin sur la plaine noire.

 On passa une petite butte et ce fut Pitgam. Pitgam, petit village des Flandres, avec sa mare en carré sur la place centrale, son église de belles briques, près d’un bois, son forgeron dont on entendait tinter l’enclume, une belle ville à vélo, la cuisse blanche dans une robe plissée se signa devant nous, puis partit dans un rire nacré.

  Comme dans l’annuaire téléphonique, il y a les pages jaunes, reproduction des pages du guide des routards Nord Pas de Calais.

 Parlons des photos de Pierre Josse, traitées en noir et blanc. Des photos qui se jouent des lignes horizontales ou verticales, la lumière, le ciel souvent présent…. Quant à celles des estaminets, le traitement du grain leur donne un air ancien qui leur va bien au teint.

 Oui, je suis séduite. Ce livre est aussi bien fait de sa personne à l’intérieur qu’à l’extérieur. La qualité du papier, de l’impression. C’est un vrai guide pour les touristes de la poésie vivante, un réel hommage à sa région et aux gens qui y vivent, merci Bernard Pouchèle pour ce beau moment d’intimité avec vous.

Je remercie beaucoup l'équipe de logo-libflybis et les éditions http://media.tumblr.com/tumblr_lts4ul5SyV1r2908i.jpg pour ce beau moment de lecture.

logochallenge3

 

Commenter cet article

Ritournelle 01/02/2013 10:19


Ca donne envie de parcourir ce livre qui rassemble des émotions vraies;j'ai moi-même découvert Bruges l'an passé et j'aime beaucoup les peintures flamandes avec leur ciels chargés...

zazy 01/02/2013 11:11



C'est un livre plein d'émotions. Nous avons eu le plaisir de découvrir Bruges sous un soleil radieux



Nokomis 31/01/2013 10:31


Bon Jour Zazi,
Je comprends bien ce que tu me dis dans ton dernier commentaire, et je comprends que tu ais du abandonner la rando. Et oui, l'observation de la nature n'est pas un marathon, il faut savoir se
poser, observer, et parfois on reste bloqué de long moments...
Je pars aussi souvent en compagnie de mon chien ;-)
Merci pour ton très gentil commentaire.
Dommage qu'on ne puisse pas laisser de commentaire sur tes albums, tes photos sont très belles.
Bonne journée 

zazy 31/01/2013 12:32



Sur les albums je ne sais pas, mais sur les photos postées dans le corps du blogue c'est possible.


J'aprends à me servir de certains logiciels de photos



Nokomis 30/01/2013 23:02


Merci pour la visite, mais désolée, pas le temps de tout lire, alors je vais essayer de repasser à un autre moment.
Bonne fin de journée 

zazy 30/01/2013 23:03



Serais-je bavarde ??