Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Andrée Chedid - Le message

15 Mars 2013, 14:28pm

Publié par zazy

http://idata.over-blog.com/2/37/26/40/le-message.gif

Le message

Andrée Chedid

J’ai lu

126 pages

15/09/1997

ISBN : 9782290319856

 

4ème de couverture :

Le message Dans la rue déserte d'une ville ravagée par la guerre, Marie s'effondre, touchée par une balle alors qu'elle s'apprêtait à rejoindre Steph. Leurs retrouvailles devaient sceller leur réconciliation et l'aveu d'un amour partagé. Luttant contre la mort, la jeune femme ne désire plus qu'une chose : transmettre un message à Steph pour lui dire qu'elle venait et qu'elle l'aime. D'une écriture sèche et brûlante, Andrée Chedid raconte l'agonie de Marie et scande l'absurdité de la guerre, qui fait gémir les corps et sépare les amants.

 ========

Tandis qu’elle avançait à grands pas la jeune femme sentit soudain, dans le dos, le point d’impact de la balle. Un mal cuisant, aigu, bref. Il lui fallait à tout prix arriver à l’heure dite. La rue était déserte. Elle continua sa marche, comme si rien ne s’était passé.

L’illusion ne dura guère.

 Dès le début, nous sommes au cœur du sujet. Marie court rejoindre Steph à l’entrée d’un pont, comme s’il leur fallait passer de l’autre côté, sur l’autre rive, celle d’une nouvelle vie. Ils s’aiment et osent enfin se le dire en face.

 Dans une avenue vide, Marie est fauchée par une balle dans le dos, tirée par on ne sait qui. Antone et Anya  s’enfuient de leur immeuble, mais devant la détresse de Marie, Anton va veiller sur elle alors qu’Anya va au rendez-vous. La trame est simple : Unité de lieu, peu de personnages, c’est une tragédie antique qui se joue. Le lieu est indéfini, ce pourrait n’importe où dans le Sud, l’écriture se fait patiente, douce, baignée dans le soleil qui les brûle, comme les mots d’Anton et Anya pour soutenir Marie jusqu’à l’arrivée de Stéphane. Je les soutiens dans la lente agonie de la jeune femme, dans son désir de vivre jusqu’à l’arrivée de son amour, moi aussi, je l’espère.

 Steph se voit dans les deux silhouettes Il leva les yeux vers Anton et sa femme, tous les deux debout à une certaine distance se tenaient par la main et les regardaient.

Il eut soudain l’impression de se refléter dans ce couple, qu’ils auraient pu devenir, si la vie leur en avait laissé le temps.

  Anya se retrouve dans Marie lorsqu’elle court à la recherche de Steph : Anya dévore l’espace, dévore le temps. Ses rides se dissipent, ses mains se lissent, ses cheveux ne sont plus gris mais châtains. Son cœur s’électrise, s’enflamme. A-t-il jamais cessé de brûler ?

 Gorgio, franc-tireur, peut-être celui qui a blessé mortellement Marie est un jeune homme de 20 ans tout au plus (un gamin pour moi) « sa bouche esquisse une moue enfantine, presque tendre »  « Gorgio et sa mitraillette ne faisait plus qu’un ! Elle avait métamorphosé son existence » Ange déçu ou déchu ? Il s’est enrôlé dans le camp  adverse des siens, vit en haut d’un immeuble déserté, dans un appartement bourré de livres qu’il feuillette pour en extraire des phrases complètes qu’il note sur un carnet qui ne le quitte jamais. Pour lui, la guerre n’a pas de visage puisqu’il vise et tire du haut de son « bunker » « Ayant décidé une fois pour toutes que ceux qui passaient dans cette rue étaient des ennemis, ou du moins des adversaires, Gorgio n’éprouvait aucun scrupule à les descendre, il en ressentait plutôt de la fierté. Ennemi de qui ou de quoi ? Il préférait ne pas trop s’interroger à ce sujet. ». Découvrant le visage de Marie, la guerre prend un autre sens pour lui, mais la rédemption est trop tardive.

Dans ce livre, Andrée Chedid démontre l’inanité, l’absurdité de la guerre. Des chapitres courts, une écriture nerveuse, sèche, sans fioriture sauf lorsqu’elle parle de l’amour. Tous les personnages de ce drame sont le noir ou le blanc : l’amour perdu et l’amour toujours, la jeunesse et la vieillesse, l’ange et le guerrier, la tendresse et la dureté. La poésie, pour mon plus grand plaisir, est encore et toujours présente dans ce livre.

Un livre court mais intense que j’ai aimé lire et que j’aurais aimé garder : un coup de coeur !

D'autres avis : Mimi qui m'a donné envie de lire ce livre. Orion chez qui j'ai copié l'image du livre, Apertolibro

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Liliba 16/03/2013 19:12


Jamais lu cette auteur...


Par contre, je viens de commencer "les serpents..." Miss Steph m'a dit de faire fissa !

zazy 16/03/2013 20:01



Essaie et tu m'en diras des nouvelles !! un très bel auteur


Quant aux serpents.... je vais à Paris en avril donc tu as quelques semaines pour le lire. Il est vrai que nous sommes mi-mars !!!



lespassionsdemalo 16/03/2013 14:33


Encore une belle critique...


Je le note.


Merci.

zazy 16/03/2013 15:10



Merci beaucoup. Un très bon livre, facile et agréable à lire, avec des effets de miroir et anti-guerre



Selena 16/03/2013 13:04


Tu donne vraiment envie!!! Alors que je ne me serait probablement pas trounée vers ce ivre!

zazy 16/03/2013 14:06



C'est un très très bon livre. Il y a d'autres ouvrages d'Andrée Chedid qui méritent d'être lus, enfin bref : tous