Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Adlène MEDDI - La prière du Maure

16 Janvier 2012, 23:30pm

Publié par zazy

La-priere-du-Maure.jpg

La prière du Maure
Adlène MEDDI

Editions JIGAL Polar (France)

Editions BARZAKH (Algérie)

170 PAGES

ISBN : 9782914704649



2 jours de terreur à Alger la blanche !
Djo, flic en retraite, désabusé, revenu de beaucoup de choses est obligé de sortir de sa retraite pour partir à la recherche d’un gosse disparu et ainsi, effacer une dette d’honneur. Pour ce faire, il rencontre son demi-frère Aybak, colonel dans les Services Secrets.
Est-ce fortuit ou non, en tout cas, les agents de service de l’Etat Major de la police sont mutés et remplacés par des serviteurs zélés selon le Commissaire Zine son ancien collègue. La peur et la suspicion règnent en maître. Les pistes s’entremêlent pour former un nœud d’embrouilles
Tout y est, les flics revenus de tout, la nuit algéroise, l’alcool, les cigarettes, l’insomnie, les cauchemards qui reviennent chaque nuit.
La mort de la fille de Structure déclenchera une véritable guerre du pouvoir suprême, au-dessus du Chef de l’Etat, alors qu’elle n’a été tuée « que » par son petit ami qu’elle venait de larguer. Djo et les autres comparses en sont les rouages et en feront les frais. Il sera exécuté face à la mer, d’une balle en pleine tête.

Adlène Meddi nous livre un polar intense et haletant qui tient aux tripes. Le monde des services spéciaux algériens donne froid dans le dos. Toutes, ces vies fracassées, ces hommes réchappés d’une danse macabre et toujours, au milieu de la violence, cette poésie brute qui s’immisce dans les moindre recoins, comme ces giroflées venues de nulle part et fleurissant dans les murailles. Il nous donne à lire des paragraphes entiers, de belle poésie, de slam tant les phrases sont rythmées, (page 26)

Alger, la belle, la sanglante, puante, grouillante dans l’attente de je ne sais quelle fin, comme si elle avait besoin de son comptant de sang pour se libérer de ses folies. Le pouvoir militaire ne répond à aucune éthique, pas ou peu d’enquête, on fait « avouer ». Nous sommes au début des années 2000, la lutte contre les djihadistes, les salafistes continue , la peur est présente partout jusqu’à la paranoïa. Tous les coups sont permis.

De la belle ouvrage, un vrai coup de cœur, un coup de poing dans le cœur, le cœur d’Alger, le cœur du pouvoir.

L'opération "Deux éditeurs se livrent spécial Maghreb" m’a permis de découvrir un très beau livre d’une intensité inouïe. Je remercie chaleureusement logo-libflybis et les Editions  et  les Editions logo-jigal.gif pour ce cadeau. Dur de passer à un autre livre !!!!  Ce livre est publié en Algérie par les Editions logo-Barzakh.gif(Cliquez sur les icones pour aller sur les pages web)

4ème de couverture
« Le cortège des berlines blindées serpentait dans la nuit et le brouillard. À travers les roseaux muets, suintaient les lumières des phares. Faisceaux jaunes mordant l’obscure vapeur des enfers… Et Dieu lui-même semblait avoir déserté… » Alger, les années 2000. Un jeune homme disparaît. Pour régler une dette, Djo, commissaire à la retraite – entêté, solitaire et amoureux – reprend du service et réactive ses réseaux. L'enquête devient une inquiétante course contre la mort, les fantômes d'une époque que tous croyaient révolue ressurgissent. Les capitales étrangères paniquent, les systèmes de sécurité s’effondrent. Dans une Algérie où la frontière entre la raison et la folie s’estompe jusqu’au vertige, Alger sombre dans le chaos.

Biographie de l'auteur (source Amazon)

Adlène Meddi est né en 1975 dans la banlieue d'Alger. Il est actuellement rédacteur en chef d'El Watan Week-end. Il a fait des études de journalisme et de sociologie des médias à l'université d'Alger et à l'EHESS de Marseille. En 2002, il a publié à Alger un premier polar, Le Casse-tête turc. Puis La Prière du Maure quelques années plus tard. La critique algérienne s'emballe : l'écrivain Djilali Khellas écrit : " Le roman de Adlène Meddi a cette belle couleur des Maures, des Dieux africains. Il n'a rien à envier à L'Aveugle au pistolet, de Chester Himes ou Pas d'orchidées pour miss Blandish de James H. Chase, deux romans noirs et beaux comme... la mort, comme le Maure, l'éternel mort ! " Adlène Meddi est également le fondateur, avec d'autres auteurs algériens, du groupe de contestation " Bezzzef " (Assez !) qui organise depuis novembre 2009 manifestations et happenings d'opposition dans un pays sous état d'urgence où toute manifestation publique est interdite.

Commenter cet article