KWON Jeong-Hyun - La langue et le couteau

La langue et le couteau

KWON Jeong-Hyun

Traduction LIM Yeong-Hee et Lucie Modde

Editions Picquier

septembre 2019

304 pages

ISBN: 9782809714371

 

4ème de couverture :

Le couteau n’ôte pas la vie, il se fait obéir !

Le couteau, c’est le sabre, celui de Yamada Otozô, commandant en chef de l’armée d’occupation japonaise en Mandchourie en 1945, face à l’armée russe tapie comme un ours dans la neige.

La langue, c’est le goût de la cuisine porté à son paroxysme comme une œuvre d’art par Chen, cuisinier génial et révolutionnaire chinois dont le champ de bataille est un simple billot de bois.

Entre l’officier gourmet et le cuisinier rebelle, une lutte à mort s’engage dont la clé est l’art de préparer les plats. Car il y a d’autres manières de faire la guerre qu’avec des fusils et des sabres.

Ruses, périls et gourmandise sont au menu de ce roman palpitant dont l’héroïne est la cuisine.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Le Couteau et la langue a reçu en 2017 le prix Honbul. Il est le premier titre de l’auteur publié en français.

================

1945, la Mandchourie est occupée par les japonnais et les russes ne sont pas très loin.

Un livre chorale, autour de deux personnages principaux, pas facile à raconter tant il fourmille de récits, d’anecdotes.

Chen, chinois, cuisinier, ne se sépare jamais de son couteau ni du billot hérités de son père. D’ailleurs, l’histoire de ce billot est très particulière. Chez cet homme, la cuisine n’est pas la préparation des repas, c’est beaucoup plus que cela, c’est sa vie. D’obédience communiste, il voue une haine farouche envers les japonnais qui occupe la Mandchourie.

Yamado Otozô, commandant en chef de l’armée qui occupe la Mandchourie est, dans le civil, professeur de littérature. Lui, adore la cuisine du côté table, mais attention, du raffiné. Cet homme cache une cruauté dure, fine et jouissive

A eux deux, nous avons le ventre et la tête, les deux cerveaux qui règnent sur nos êtres.

A cela, il convient d’ajouter Kilsun, jeune femme coréenne, femme de Chen, arrivée ici pour y retrouver son frère. Kidnappée par les japonnais, elle a servi de délassements aux soldats et violée continuellement. Chen a pu l’en sortir et l’a épousée. Pourtant par un subtil jeu de hasard, elle se retrouve captive sexuelle de Yamada Otozô qui joue, là, une partition très subtile, et cruelle, car il sait qui est Kilsun. Quant à elle, ce n’est pas seulement les japonais qu’elle veut détruire « J’ai simplement envie de détruire le monde des hommes de mes propres mains. Qu’importe ma cible. »

Un jeu cruel du chat et la souris entre deux esthètes de la cuisine. Otozô a gracié Chen, qui a tenté d’empoisonner les japonnais mais lui a coupé la moitié de la langue, lui laissant le reste pour qu’il puisse goûter les mets qu’il prépare. A chaque repas, Chen, joue sa vie.

A travers sa cuisine, ses mœurs, la lutte contre l’impérialisme japonnais, l’auteur parle d’un pays qui se verra coupé en deux. Un peuple humiliés qui se bat avec ses armes. La cuisine est une métaphore de l’art cruel de la guerre. La cuisine comme l’un des grands arts, raffinement des mets et de la cruauté. Le couteau sert à préparer les mets mais aussi à couper la langue du cuisinier et le sabre à tuer.

Jeong-Hyun Kwon a le sens du raffinement, du détail qui attire l’œil, sans ostentation, comme la cuisine de Chen. L’écriture alerte donne un rythme vif au livre et la traduction donne à voir la finesse, l’ambiguïté, le double sens.

Une nouvelle très belle découverte des éditions Picquier qui m’ont ouvert, à travers les livres lus, l’horizon de la littérature asiatique

 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Jocelyne 15/01/2020 18:39

La cuisine est souvent présente dans les romans asiatiques, comme un lien qui rapproche... Merci pour cette chronique, tentante !

zazy 15/01/2020 21:30

Tu as peut-être raison. De toute façon, la cuisine semble tenir un très grand rôle en Asie

Lydia 27/12/2019 18:16

Moi qui ai du mal avec la littérature asiatique, je devrais peut-être commencer par celui-ci !

zazy 01/01/2020 21:22

Les éditions Picquier offrent des livres qui, pour moi, ouvrent sur une littérature assez facile d'accès. Même si certaines subtilités m'échappent, j'aime e que j'y découvre

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog