Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Brit Bennett - Le coeur battant de nos mères

15 Septembre 2017, 20:45pm

Publié par zazy

 

Le cœur battant de nos mères

Brit Bennet

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean Esch

Editions autrement

Août 2017

ISBN : 9782746745742

 

4ème de couverture :

« Tous les grands secrets ont un goût particulier. » Nadia a 17 ans et la vie devant elle. Mais quand elle perd sa mère et avorte en cachette, tout change. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l'a vue grandir. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente l'élite. Elle a laissé derrière elle Luke, son ancien amant aux rêves brisés, et Aubrey, sa meilleure amie.
Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l'extrême par le poids du secret. Dans la lignée d'Elena Ferrante et de Chimamanda Ngozi Adichie, Brit Bennett donne voix à des héros en quête d'accomplissement et nous offre un roman lumineux, inoubliable.

 

L’auteur (site de l’éditeur) :

Brit Bennett a 27 ans. Elle est diplômée de littérature à Stanford. Le Cœur battant de nos mères, son premier roman a été la révélation de 2016,  classé  dans  les  meilleures  ventes  du 

New  York  Times  et  du  LA Times. Finaliste de nombreux prix littéraires, Brit Bennett fait partie des 5  meilleurs  jeunes  auteurs  américains  du  prestigieux  National  Book Award.

Le cœur battant de nos mères a été acheté par la Warner pour une adaptation cinématographique.

=================

 

Vie ordinaire dans la Communauté noir de l’Eglise du Cénacle dont le pasteur Sheppard est le fondateur. Celles que l’on appelle « les mères » y sont omniprésentes sous la direction de Madame Sheppard. Le père de Nadia en est un adepte fervent depuis le décès de sa femme qui s’est suicidée en se tirant une balle dans la tête. Nadia, elle, erre depuis que sa mère lui a lâché la main.

Son idylle avec Luke, le fils du pasteur Sheppard, porte ses fruits et, à la veille d’entrer dans une grande université, elle se retrouve enceinte. Pas question pour elle de réitérer le schéma maternel. Elle prévient Luke de son état et l’informe qu’elle ne garde pas l’enfant et se fait avorter dans la ville voisine. Luke pourvoit aux frais financiers mais, lâchement, l’abandonne. C’est vrai qu’ils sont jeunes et qu’elle n’a que dix-sept ans. Le racisme ordinaire, Nadia va le connaître en université, mais le sujet n’est qu’effleuré… Ce n’était pas le thème principal du livre.

 La vie continue, chacun mène son chemin droit ou tortueux. Nadia poursuit brillamment ses études, Luke végète et se cherche. Comme il n’y a que les droites parallèles qui ne se rencontrent pas, ils se retrouvent au mariage de Luke avec Aubrey, sa meilleure amie.

L’absence d’adieu ou d’au revoir émaille ce livre. Nadia n’a pas pu dire adieu à sa mère et ignorera toujours les raisons de son suicide. Elle n’a pas su retrouver son père, ni lui dire au revoir lorsqu’elle est partie à l’université. Entre Luke et Nadia, il y a toujours ce fœtus et une fin d’amour avortée par la lâcheté de Luke. Chacun poursuit sa route avec ces amputations.

Les personnages sont peut-être un peu trop manichéens. Nadia, la dévergondée, l’aventureuse, celle qui refuse l’ordre établi et Aubrey, la pure (elle se marie vierge), la soumise, celle qui rentre dans le rang. J’ai été étonnée pas la bigoterie, la mainmise de l’église sur la communauté. Ce livre se passe de nos jours et au début, j’ai eu l’impression que cela se déroulait quelques décennies en arrière.

La construction du livre est très intéressante et donne sa force au livre. A chaque début de chapitre, une Mère raconte, sans émotion, comme une vieille histoire passée. D’ailleurs, à ce moment, le récit est au passé. Voici comment l’une d’elle résume l’histoire d’amour de Nadia et Luke : « Nadia avait batifolé dans le lit de Luke Sheppard, et au printemps, le bébé de Luke grandissait en elle. »

 L’écriture est agréable, sensible, émouvante, mais il m’a manqué un je-ne-sais-quoi (trop lisse). Un livre à l’américaine, très bien léché, très bien écrit sans trop d’aspérité, agréable à lire et qui va se transformer en film. Je comprends qu’il fasse un tabac, mais…

 

Livre lu dans le cadre de l'opération Explolecteurs organisée par LECTEURS.COM

 

 

Commenter cet article

titoulematou 18/09/2017 19:42

un livre de la rentrée que j'ai bien aimé également !!!!

zazy 18/09/2017 22:04

Il m'a manqué un petit quelque chose pour l'aimer beaucoup

Alex-Mot-à-Mots 18/09/2017 13:14

mais il n'a pas répondu à tes attentes.

zazy 18/09/2017 15:41

Non, j'aurais aimé plus de reliefs

Sandrine 17/09/2017 22:59

Un peu formaté peut-être ?

zazy 17/09/2017 23:25

Peut-être

Lydia B 16/09/2017 15:50

Ton "mais" final ne m'incite pas à le lire. Pourtant, l'histoire avait l'air intéressante.

zazy 16/09/2017 16:19

J'aurais aimé plus de tripes ! Si tu le trouves à la bibli, lis-le, c'est quand même un bon moment de lecture

Aifelle 16/09/2017 06:30

J'ai une certaine curiosité vis-à-vis de ce livre, mais j'attendrai qu'il soit à la bibli. Pas envie de prendre de risque.

zazy 16/09/2017 09:26

Il peut voyager vers toi