Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Miguel Delibes - Dame en rouge sur fond gris

2 Juillet 2017, 18:12pm

Publié par zazy

Dame en rouge sur fond gris

Miguel Delibes

Traduit par Dominique Blanc

Editions Verdier

128 pages

février 1998

ISBN : 978-2-86432-285-6

 

4ème de couverture :

Dame en rouge sur fond gris est un admirable portrait de la femme aimée que la maladie a trop tôt enlevée à l’affection de l’époux désemparé.

Le narrateur est un peintre célèbre dont le désespoir a tari la créativité. La pudeur de la transposition ne peut faire oublier le drame vécu par l’écrivain confronté à la mort d’Ángeles, la mère de ses sept enfants.

Le récit, à la fois hommage et exorcisme, est mené sur le mode chuchoté de la confidence à l’une de ses filles. Ce long monologue, classique dans sa retenue, bouleversant par la délicatesse du trait, évoque le mystère d’un être dont l’éclat, la beauté, l’élégance morale, illumine l’existence de ses proches, transforme la grisaille des jours – et jusqu’au goût âcre de la maladie – en d’inépuisables leçons de vie.

 

L’auteur :

Miguel Delibes, né le 17 octobre 1920 à Valladolid, Castille-et-León, et mort le 12 mars 2010 (à 89 ans) à Valladolid1, est un écrivain espagnol de la Génération de 36.

il a su transmuer en littérature et élever à l’universel son expérience de marin militaire  : L’Étoffe d’un héros ; sa rencontre avec le Printemps de Prague, ou la perte de sa chère épouse Ángeles : Dame en rouge sur fond gris. Explorateur de la langue castillane dans ses formes poétiques, populaires et dialectales sans qu’il n’y paraisse rien d’« expérimental », son œuvre allie la nouvelle : Le Linceul ; le roman court : Le Fou ; le grand monologue souvent adapté à la scène : Cinq heures avec Mario et le roman de facture « classique », sa dernière œuvre, L’Hérétique. Il a obtenu en 1993 le très prestigieux prix Cervantès.

 

 

Le narrateur, peintre de grande renommée, sombre dans l’alcool et la dépression depuis la maladie et, surtout, la mort de sa femme.

Dans un long monologue adressé à une de ses fille nouvellement sortie des geôles de Franco, il raconte sa muse, sa femme, , son amour, eux, leurs vies, le franquisme.

Avec ses mots, Miguel Delibes, prend la place du peintre, à moins que ce ne soit l’inverse, sur fond de famille, de franquisme, de bonheur malgré les malheurs, puis sur le fond gris du deuil, il peint l’aimée, l’adorée, celle qui  « par sa seule présence allégeait le poids de la vie ».

Les regrets de ne pas avoir dit combien il l’aimait, combien elle était primordiale pour lui

« Mais un jour, elle, elle n’est plus là, il devient impossible de la remercier d’avoir resserré le bouton de la chemise et, subitement, cette attention ne te semble plus superflue ; elle devient quelque chose d’important. ».

Le tableau qui donne le titre au livre n’est pas de lui, mais d’un autre

« Alors oui, alors j’ai ressenti de la jalousie pour ce tableau, pour ne pas avoir su le peindre moi-même, parce qu’ c’était un autre qui l’avait saisie dans toute sa splendeur. »

Ce tableau qu’il n’a pas su peindre, ce qu’il n’a pu saisir par le pinceau, le narrateur nous le donne par les mots.

« Puisque la mort est inévitable, n’est-ce pas mieux ainsi ? »

La mort a cueilli son amour avant qu’elle ne se flétrisse, avant que la maladie ne l’ait abimée. C’est tout le thème de son long et beau  monologue.

 

Ce livre est un hommage vibrant. Il  côtoie l’intime, l’universel et le sublime.  Miguel Delibes dessine  le portrait de l’aimée, de l’Espagne, avec son récit. Un plume admirable pour un pinceau tout en douceur.  Un chant d’amour, un hymne à la femme aimée

Un superbe livre intime ;  une écriture comme je les aime. Dominique Blanc, le traducteur a fait du travail d’orfèvre.

 

Un coup de cœur.

 

Une fois de plus, les éditions Verdier m’ont régalée. Dommage que je doive rendre le livre à la bibliothèque.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 06/07/2017 11:39

Un très bel hommage, et un très beau roman, on dirait.

zazy 06/07/2017 11:49

Superbe

Mimi 03/07/2017 14:55

Quand l'autre n'est plus... un vibrant hommage à la disparue. Beau ressenti !

zazy 03/07/2017 16:29

Un superbe livre

LydiaB 03/07/2017 14:43

C'est un thème qui m'est encore difficile à lire.

zazy 03/07/2017 16:28

L'écriture est splendide, mais je te comprends

manou 03/07/2017 09:09

Encore un auteur dont tu nous parles merveilleusement bien...et que je ne connais pas du tout. Je note, je note. Merci Zazy pour ton enthousiasme

zazy 03/07/2017 10:24

Sur le moteur de recherches de la bibli, j'ai tapé éditions Verdier et voilà le résultat, un magnifique hommage