Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

KIM Yeonsu - Tu m'aimes donc, Sonyong

22 Mai 2017, 17:01pm

Publié par zazy

Tu m’aimes donc, Sonyong

KIM Yeonsu

Traduction de Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet

Editions Serge Safran

208 pages

Avril 2017

ISBN : 979-10-90175-66-2

 

4ème de couverture :

Gwangsu se marie. Il épouse Sonyong qu’il aime éperdument depuis le premier jour de leur rencontre, treize ans plus tôt. Mais le jour de leur mariage, au moment où Sonyong lance son bouquet d’orchidées à Jinu, son meilleur ami, Gwangsu constate que l’une des tiges est brisée.
L’image l’obsède, le hante, il l’interprète comme un signe, symbole douloureux de son échec marital. Confronté à l’attitude étrange de Jinu, romancier verbeux aux allures de philosophe et fin séducteur, qui fut par le passé l’ami de Sonyong, les inquiétudes de Gwangsu augmentent.
Pris de doutes et mû par la colère, il s’interroge : Sonyong, qu’il aime si fort et depuis si longtemps, l’aime-t-elle véritablement ?
Avec subtilité et humour Kim Yeonsu décortique l’amour, dans ce nouveau roman profondément lyrique, proposant une réflexion sur les sentiments, les doutes, la jalousie, leurs origines et leurs mystères…

L’auteur (site de l’éditeur) :

Kim Yeonsu est né en 1970 à Gimcheon en Corée du Sud, dans la province de Gyeongsangbuk-do. Il est diplômé en langue anglaise à l’université Sungkyunkwan. Après ses études, il est employé dans un bureau le jour et travaille la nuit en tant que traducteur. C’est durant son temps libre qu’il commence à écrire. À partir de 1997, il travaille en tant que reporter pour divers magazines. Il a déjà publié deux romans en France, Je suis un écrivain fantôme (Imago, 2013) et Si le rôle de mer est de faire des vagues… (P. Picquier, 2015).

==================

« Tout a commencé, pensait Gwangsu, à cause d’une orchidée phalaenopsis. »

Revenons quatre mois en arrière. Gwangsu épouse celle qu’il aime depuis les bancs du lycée, Sonyong. Bouquet classique avec orchidées, lancement du bouquet en direction d’une demoiselle d’honneur. C’est à ce moment que le jeune marié s’aperçoit qu’une fleur est cassée et qu’elle tourne la tête vers Jinu… Mauvais présage ? C’est ce qu’il pense. La jalousie va creuser son sillon.

Le jour du mariage, juste avant que, conformément à la tradition, Sonyong lance le bouquet à sa demoiselle d’honneur, Gwangsu remarque  que la tige d’une orchidée est cassée. Là, patatras,

« Gwangsu s’était mis dans la tête que quelque chose ne tournait pas rond dans a cérémonie de ce mariage ».

Mauvais présage ? Plus le jeune marié tourne cette image dans sa tête, plus cela lui semble devenir catastrophique.

Au fait, parlons de Jinu. C’est le meilleur ami de Gwangsu, romancier, sûr de sa prestance, butinant de fille en fille, de femme en femme sans s’attacher. Il fut, d’ailleurs, le petit ami de la jeune mariée.

La jalousie, le doute s’immiscent dans l’esprit du jeune marié. Sonyong ne serait-elle pas encore éprise de Jinu ? Tout au long du livre KIM Yeonsu dissèque ce sentiment de jalousie, d’autant que Jinu semble vouloir s’attacher à Sonyong qui lui échappe de par son mariage avec son meilleur ami. Leur amitié résistera-t-elle à cette tornade de jalousie. Gwangsu saura t-il répondre à cette affirmation

« Dire je t’aime, cela signifie qu’on a compris qui on est. Cela veut dire qu’avant d’aimer l’autre, on s’aime d’abord soi-même ».

Pas certaine d’être entièrement d’accord avec cela. Peut-être l’amour nous conduit-il à ce connaître et s’aimer soi-même.

L’amour, la jalousie, des sujets éternels  que l’auteur dissèque au scalpel sans épargner personne, avec quelques pointes de sel d’humour caustique et un brin de sucre de poésie  (asiatique ?).

Un livre qui ne se lit pas d’une traite, que j’ai pris plaisir à déguster. J’y ai trouvé presque la continuité de la vie d’homme entamée avec « L’étoile du chien qui attend sont repas », une société coréenne qui hésite entre la vie communautaire (et non en communauté) et la primauté du je.

« Ce qu’il faut accuser, c’est l’amour avec un grand A, celui que les gens de la génération de Jinu ont porté à leur patrie, amour d’ailleurs toujours vivace. »

Fi des couvertures orange des Editions Serge Safran. Pourquoi ? C’est une question que j’ai posée à Serge Safran. Voici sa réponse

« En fait pour les couvertures il s’agit d’une évolution de la charte graphique suite aux réactions (surtout) des libraires.
On peut penser avec eux que les livres se vendent mieux avec une couverture a priori plus attractive.
Cela se discute car c’est le contenu qui prime, bien entendu, mais ce sont eux qui vendent et savent que la majorité des gens achètent d’abord d’après la couverture. »

Vous avez raison, c’est le contenu qui prime et les nouvelles couvertures ont ce brin d’élégance qui me sied.

Commenter cet article

Yv 24/05/2017 16:54

moi, je préférais les couvertures safran

zazy 24/05/2017 23:13

On les reconnaissait de suit. Mais les nouvelles sont sobres

Alex-Mot-à-Mots 23/05/2017 12:48

Feue la couverture orange, tant pis. Pourvu que les romans soient toujours aussi bons.

zazy 24/05/2017 23:11

Ils le sont