Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Karel Schoeman - Retour au pays bien-aimé

16 Mars 2017, 21:47pm

Publié par zazy

Retour au pays bien-aimé

Karel Schoeman

Traduit de l’Afrikaans par Pierre-Marie Finkelstein

Editions Phébus

Août 2006

208 pages

ISBN 978-2-7529-0207-8

 

4ème de couverture :

George Neethling, la trentaine, retourne en Afrique du Sud, pays qu’il avait quitté enfant. Sa mère vient de mourir. Il quitte la Suisse, où il réside, afin de vendre Rietvlei, la propriété où sa mère est née. Rietvlei se trouve loin de toute ville. Neethling sera hébergé par un couple de fermiers, les Hattingh et leurs enfants (trois garçons : Johannes, Hendrik et Paul, et une fille : Clara). Pendant quelques jours Neethling va vivre à leur rythme, les écoutant évoquer sa mère, le passé, l’histoire de l’Afrique du Sud, mais aussi exprimer la terreur que leur inspirent les sempiternelles rondes des militaires, tous des pilleurs et des assassins. Nous sommes encore au temps de l’Apartheid. Clara, tour à tour hostile et amicale à son égard, le mènera là où autrefois s’élevait Rietvlei, aujourd’hui un tas de ruines, conséquence d’affrontements entre l’armée et des opposants au régime. Neethling comprendra soudain qu’il ne trouvera jamais sa place dans son pays d’origine voué désormais au chaos.
Livre puissant, qui fait songer à un grand fleuve plein de remous et de tourbillons, Retour au pays bien aimé est sans aucun doute le roman de Karel Schoeman où les sentiments de peur et de colère sont les plus omniprésents. Comme nul autre, Schoeman parle aussi du silence avec une douceur toute musicale et infiniment poétique, mais cette douceur-là, nous nous apercevons peu à peu, qu’elle est terriblement trompeuse.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Karel Schoeman est né en 1939 à Trompsburg (État libre d’Orange). Solidaire du combat des Noirs de son pays, Karel Schoeman a reçu en 1999, des mains du président Mandela, la plus haute distinction sud-africaine : The Order of Merit. Son œuvre – colossale – compte une trentaine d’ouvrages d’histoire et dix-sept romans dont certains – En étrange pays (Phébus, 2007), Retour au pays bien-aimé (Phébus, 2006) et La Saison des adieux (Phébus, 2004) – comptent parmi les chefs-d’œuvre de la littérature sud-africaine. Pour Cette vie, Karel Schoeman a obtenu le Prix Herzog, le plus grand prix littéraire d’Afrique du Sud.

==================

George Neethling revient, après le décès de sa mère, sur les terres qu’il a quitté à l’âge de 5 ans avec ses parents pour la Suisse où le père est diplomate.

Pendant une semaine, il désire se replonger dans son enfance, retrouver la ferme dans laquelle il a vécu ses cinq premières années.

En Afrique, pour moi, tout est différent mais justement, je veux voir les choses telles qu’elles sont en réalité.

Les Hattingh, de vagues cousins, lui offrent l’hospitalité mais refusent de l’emmener à Rietvlei, la ferme où il a vécu. C’était avant le départ, avant les troubles, avant le déclassement de ces familles de la petite bourgeoisie afrikanders.

« Nous vivons modestement, comme je te l’ai dit tout à l’heure, dit Hattingh, mais c’est à cause des circonstances. Nous n’avons pas perdu le sens de l’hospitalité. »

Les évènements sont tout le temps évoqués. Madame Hattingh ressasse le temps des jours heureux où elle habitait la ville, avait une vie bourgeoise avec serviteurs noirs. Avec la catastrophe, elle a dû s’exiler dans leur ferme à la campagne, bosser dur avec son mari et ses trois enfants.

«On l’a bien néglige ces dernières années, ce n’est plus la ferme que j’ai connue quand je me suis installé, mais, négligée ou pas, nous pouvons nous estimer heureux d’ l’avoir conservée. C’est une ferme de famille, un héritage de mon arrière grand-père ; à l’époque ils avaient encore l’argent et la main-d’œuvre pour l’entretenir… Mon défunt père lui-même ne serait pas très fier de nous. Quand il est mort, tout allait encore bien. »

Les Hattingh et les autres restés au Veld, vivent aussi une sorte d’exil. Passer d’une vie de petite bourgeoisie avec serviteurs noirs à la vie austère, frugale, dure, presque sans espoir, exilés de leur ancienne vie confortable.

« Toi, ce qui t’intéresse, c’est la maison où ont vécu tes grands-parents, ta mère, ta famille, à l’époque où le monde entier leur appartenait, la terre et les étoiles. Mais ce monde-là a volé en éclats, il n’en reste pas pierre sur pierre. Les militaires sont arrivés, ils ont dynamité la maison, fait sauter l’étang, retourné la terre du jardin. Tout cela c’est du passé, tu comprends ? »

Les évènements pèsent sur tout le livre, sur le séjour de George. Les Hattingh lui feront rencontrer ceux qui n’ont pu ou pas voulu partir. Un sentiment entre jalousie et ressentiment contre les exilés perdure qui fausse les relations ; même si on le fête, il se sent l’étranger.

George se sent toujours en dehors, ne peut reconnecter avec ses souvenirs, ne comprend plus ce pays. La réalité ne correspond plus à ce que lui racontait sa mère. C’est bien cela l’exil, fantasmer le pays natal où sont les souvenirs reconstruit par l’absence de réalité. Le pays natal devient un Eldorado, un pays de cocagne. Les éditions Elyzad ont publié un ouvrage collectif, le pays natal. L’apaisement n’est jamais au rendez-vous.

L’écriture dense,  intense m’a captivée. Le malaise, la peur, la violence sont tangibles,  la chaleur étouffante baigne les pages de ce très bon livre sur l’exil sorti en Afrique du Sud en 1972.

J’ai lu ce livre suite à la chronique de Mimi.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 24/03/2017 09:11

J'espère que l'on peut encore se le procurer.

zazy 24/03/2017 13:49

Je l'ai trouvé à la bibli, donc, tu dois le trouver facilement

Hélène 20/03/2017 09:24

J'aime beaucoup la profondeur de cet auteur !

zazy 20/03/2017 14:16

Je le découvre et j'aimerais continuer un bout de chemin avec cet auteur

Lydia 17/03/2017 11:30

Intéressant !

zazy 18/03/2017 15:13

Oui, très

manou 17/03/2017 07:36

Je le note encore celui-ci car le sujet m'intéresse beaucoup...Merci encore une fois pour toutes les découvertes que je fais grâce à toi.

zazy 18/03/2017 15:12

Ce sont les étagères de ta bibliothèque qui ne vont pas être contente. J'ai trouvé ce livre à la bibli

Aifelle 17/03/2017 06:53

Je ne l'ai pas lu et pourtant j'ai envie de le faire depuis longtemps.

zazy 18/03/2017 15:12

Il était également depuis quelques temps sur mon étagère