Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Milena Agus - Sens dessus dessous

19 Octobre 2016, 10:22am

Publié par zazy

Sens dessus dessous

Milena Agus

Traduction de l’italien Marianne Faurobert

Editions Liana Levi

Avril 2016

160 pages

ISBN : 9782867468155

 

 4èmede couverture :

Mr. Johnson, le monsieur du dessus, a toujours les lacets défaits et des vestes trouées. Pourtant, c’est un violoniste célèbre qui vit dans le plus bel appartement de l’immeuble, avec vue sur la mer. Anna, la voisine du dessous, partage un petit entresol obscur avec sa fille, taille ses robes dans de vieilles nappes et fait des ménages. Pourtant, elle cache dans ses tiroirs des dessous coquins et des rêves inavoués. Ces deux-là, plus tout jeunes, débordants de désirs inassouvis, étaient faits pour se rencontrer. Dans les escaliers, où montent et descendent des voisins occupés par une farouche quête du bonheur, se tricotent à tous les étages situations rocambolesques, amours compliquées, jalousies absurdes. Mais n’est-ce pas là la clef de voûte de toute vie?

Observatrice indiscrète, pourfendeuse de la normalité, Milena Agus fait la chronique de ce microcosme dans lequel souffle un vent délicieusement frondeur.

 L’auteur (site de l’éditeur) :

Milena Agus enthousiasme le public français en 2007 avec Mal de pierres. Le succès se propage en Italie et lui confère la notoriété dans les 26 pays où elle est aujourd’hui traduite. Après Battement d’ailes, Mon voisin, Quand le requin dort, La Comtesse de Ricotta et Prends garde (janvier 2015, Piccolo 2016), Milena Agus poursuit sa route d’écrivain, singulière et libre. Mal de pierres, adapté au cinéma par Nicole Garcia avec Marion Cotillard, sortira en salle le 19 octobre 2016.

 ===============

« Avant de connaître la dame du dessous et le monsieur du dessus, la vieillesse ne m’intéressait pas. Vieux, mes parents n’ont pas eu le temps de le devenir, mon père s’est tué bien trop tôt et ma mère est retombée en enfance. Je ne vois jamais mes grands-parents, et c’est une jeune femme qui prend soin de ma mère.

Quoi qu’il en soit, il est clair qu’aucun vieux n’aurait pu exciter mon imagination. Aucun, excepté la dame du dessous et le monsieur du dessus. Désormais, la vieillesse ne m’apparaît plus comme une ombre mais comme un éclat de lumière, le dernier, peut-être. » Ainsi débute le livre

Alice, étudiante peu pressée, écrivaine en devenir habite un immeuble de Cagliari où vit, à l’étage du dessus, monsieur Johnson, violoniste américain, qui a toujours des chaussures aux lacets défaits et des vêtements improbables. Anna sensuelle, fantasque, cœur d’artichaut et sa fille jalouse au possible vivent en-dessous à l’entresol dans un petit appartement jamais éclairé par la lumière du jour, faute à l’escalier.  Pour vivre, Anna fait des ménages, alors qu’elle devrait ne plus travailler car elle souffre d’une coronaropathie tritronculaire.

 Par l’entremise, non pas de ma tante Artémise, mais d’Alice, Anna va faire le ménage chez le monsieur du dessus, puis, finira par déposer sa valise chez le violoniste qui cache des revues un brin pornographiques dans un étui à violon.  Arrivée de Johnson junior qui a fait un bébé tout seul, retour de la femme du monsieur, une richissime sarde un brin précieuse. Ça monte, ça descend, ça s’installe, bref, l’escalier bruisse de vie. Alice, telle une Aurélie Poulain, esseulée, depuis le suicide de son père et la folie de sa mère, tombe amoureuse du fils du monsieur du dessus qui la stimule à écrire, d’ailleurs, il l’a surnommée Gribouille.

Je me suis installée devant une pièce de théâtre. Les portes ne claquent pas, quoique, avec la volcanique Anna, cela peut arriver, mais laissent échapper des instantanés de vie sarde. Cagliari en décor de fond, comme la Sardaigne, déjà décor de livres précédents

Un moment aérien. Ce livre aurait pu être mièvre, dolent, mais… Milena Agus y met beaucoup d’humour, d’amour, de chaleur humaine, de désordre, de la loufoquerie qui sied à sa comédia.

« Le violon. Ah ! Le violon ! commence Anna. Vous en entendez seulement quelques notes, à cause du bruit, mais en haut ! Ah ! En haut ! Vous n’allez pas me croire : je n’ai même pas l’impression de travailler. L’âme ‘envole, grâce à la musique. » Ce sont les mots, l’accent de Milena Agus qui m’ont fait m’envoler vers un pays merveilleux où la poésie, le rire, un brin de folie

La première image qui me vient en fermant ce livre c’est un ballet. Oui, un ballet léger qu’un coup de balais n’a pas suffit à chasser, qu’un courant d’air suffit à faire danser.

 Livre lu dans le cadre de la Voie des Indés orchestrée par Libfly.

 

Commenter cet article

choup 23/03/2017 20:44

Je viens de lire Mal de pierres, et si j'y trouve des qualités indéniables, son style ne m'a pas convaincue. Pourtant j'ai vraiment aimé l'histoire de cette femme...pas sûre que je lirai d'autres romans de M.Agus.

zazy 23/03/2017 20:56

Je n'ai pas lu celui-ci, mais "Battement d'ailes" http://zazymut.over-blog.com/2014/03/milena-agus-battement-d-ailes.html.

Yv 21/10/2016 11:02

Mal de pierres ne m'avait pas subjugué, loin s'en faut

zazy 21/10/2016 19:56

On ne peut plaire à tout le monde !

Kathel 20/10/2016 13:34

J'étais contente de le trouver à la bibliothèque pour le mois italien, mais je n'ai pas accroché et pas persévéré... j'avais eu la même déconvenue avec Mal de pierres.

zazy 20/10/2016 13:55

Il y a des auteurs qui nous rebutent. Moi, c'est Oates

jerome 20/10/2016 12:50

Acheté au moment de sa sortie et toujours pas lu, comme tant d'autres !

zazy 20/10/2016 13:51

Sois le bienvenu au club des livres urgents mais pas encor lus

manou 20/10/2016 08:29

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de "la comtesse de Ricotta" et tu me donnes envie de découvrir celui-ci. Merci Zazy pour cette belle chronique. Ma liste s'allonge indéfiniment mais l'hiver sera long me dit-on ! belle journée à toi

zazy 20/10/2016 13:56

Je n'ai pas lu celui-ci, je verrai à la bibli