Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Ksénia Lukyanova - Les héros périmés

1 Septembre 2016, 20:16pm

Publié par zazy

 

Les héros périmés

Ksénia Lukyanova

Editions Rue des promenades

92 pages

Septembre 2016

ISBN : 9782918804529

 

4ème de couverture :

Dimanche dernier on a décidé d'être heureux, on tressaille de joie, nos sourires affolés gâchent la journée des gens qui ont perdu à jamais leur innocence. On a récupéré notre virginité en fracassant l'indifférence des portes fermées. On passe de l'autre côté de la rue pour fermer les yeux de la laideur avec nos mains crasseuses d'amour après son dernier soupir. J'échange la moitié de mon sang contre la moitié du tien. L'équilibre est atteint, la laideur peut crever. Ksénia Lukyanova parle de l'amour d'une écriture frondeuse à l'élégance insolite. Ses textes pétris de vitalité disent les relations qui se tissent et se défont. Elle en explore la part de lumière et d'ombre, en soupèse le terrible, en dit la merveille. Pour reprendre ce que Blaise Cendrars pensait du peintre Chagall, elle écrit avec toute la sexualité exacerbée de la province russe. Ecrits à l'occasion d'une rencontre amoureuse qui n'a pas duré et dont elle raconte les épiphanies, ils interpellent et touchent le lecteur.

 

============

 

Un tout petit recueil d’histoires courtes, je dirais plutôt de divagations poétiques sur l’amour. Pas seulement sur l’amour charnel ou l’amour d’une femme pour un homme (et vice versa), mais aussi l’amour pour les autres et ses résultantes, comme la douleur, la rupture, la violence….

Une écriture poétique, quelque fois énigmatique. J’ai pris plaisir à le lire et même à relire certaines histoires.

Ce livre est à la fois doux, philosophique, questionnant, elliptique. Est-ce l’âme russe de Ksénia Lukyanova qui s’exprime ici ?

Je pourrais citer plusieurs nouvelles : « La non histoire d’amour », « Crève la laideur », « Je voudrais » « Rouge et vert »…

Un petit livre très intéressant et original

C’est à ce moment-là que j’ai reçu le premier coup. Je l’ai reçu comme une lettre qu’on attend toute sa vie. Et au moment où on l’ouvre, le vent soudain l’arrache de nos mains. Et l’emporte à l’autre bout du monde, pendant qu’on avale dix fois sa salive –ainsi ne se saura jamais si on a été martyr ou con.

Je voudrais que mes doigts soient infiniment longs pour pouvoir saisir l’air secoué par tes pas à l’autre bout du monde.
Je voudrais que mes larmes rares deviennent une nouvelle mer et caressent tes pieds de ses vagues.

Le bleu méditerranée dans tes yeux vert taïga. Tes désirs salés sur l’écorchure saignante de mon âme de midi.

Je voudrais rester conne toute ma vie et juste pouvoir admirer la beauté, même si ça coûte un bras à quelqu’un

Commenter cet article

Une Comète 11/09/2016 10:54

j'adore les nouvelles alors je prends

zazy 12/09/2016 17:54

Encore plus court que des nouvelles, de petite histoires qui font mouche, comme l'autre... Il peut voyager

Violette 04/09/2016 18:45

oh ça a l'air sympa !

zazy 04/09/2016 23:54

C'est plus que sympa,fort

Lydia 02/09/2016 18:56

L'écriture est magnifique !

Bernieshoot 02/09/2016 18:01

une découverte pour moi, intéressant

zazy 04/09/2016 13:43

Inhabituel

manou 02/09/2016 08:22

Les extraits que tu nous donnes à lire sont magnifiques !! Merci Zazy

zazy 04/09/2016 13:27

Un tout petit livre par la taille