Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Robert Seethaler - Le tabac Tresniek

14 Août 2016, 20:15pm

Publié par zazy

 

Le tabac Tresniek

Robert Seethaler

Traduction d’Elisabeth Landes

Editions Sabine Wespieser

Octobre 2014

320 pages

ISBN : 9782848051673

 

4ème de couverture :

En août 1937, le jeune Franz Huchel quitte ses montagnes de Haute-Autriche pour venir travailler à Vienne avec Otto Tresniek, buraliste unijambiste, bienveillant et caustique, qui ne plaisante pas avec l’éthique de la profession. Au Tabac Tresniek, se mêlent classes populaires et bourgeoisie juive de la Vienne des années trente.
Si les rumeurs de la montée du national-socialisme et la lecture assidue de la presse font rapidement l’éducation politique du montagnard mal dégrossi, sa connaissance des femmes, elle, demeure très lacunaire. Ne sachant à quel saint se vouer avec Anezka, la jeune artiste de cabaret dont il est éperdument amoureux, il va chercher conseil auprès du « docteur des fous », Sigmund Freud en personne, client du tabac et grand fumeur de havanes, qui habite à deux pas. Bien qu’âgé et tourmenté par son cancer de la mâchoire, le professeur va finir par céder à l’intérêt tenace que lui témoigne ce garçon du peuple, vif et curieux.
Mais les temps ne sont guère propices aux purs et, dès mars 1938, l’Anschluss va mettre un terme brutal à l’apprentissage de Franz et à sa prestigieuse amitié. Otto Tresniek, peu disposé à boycotter sa clientèle juive, s’attire les foudres de la Gestapo, tandis que Freud se résigne à émigrer en Angleterre.
Par la grâce d’une langue jubilatoire, d’une intrigue où la tension ne se relâche pas, et de personnages forts et attachants, voici un roman qui se lit d’un trait. L’humour viennois d’Otto Tresniek et de Freud est la politesse du désespoir dans une société déboussolée où ils ne trouvent plus leur place. Pas plus que leur protégé, plein de vie et de poésie, qui tentera pourtant, fidèle à leur enseignement, de nager à contre-courant.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Robert Seethaler, 46 ans, également acteur et scénariste, vit entre Vienne et Berlin. Le Tabac Tresniek, son quatrième roman, a remporté dans les pays germanophones un grand succès, et en France un bel accueil critique et public. En octobre 2015, Sabine Wespieser éditeur publiera son nouveau livre, Une vie entière, paru à la rentrée 2014 en Allemagne, qui a valu à Robert Seethaler le statut de meilleur auteur de l'année décerné par les libraires d'outre-Rhin, et confirme la profondeur de son talent d'écrivain, capable de mener avec une grande simplicité son lecteur au plus près de ses émotions.

=============

Suite à la mort de l’amant de sa mère et donc, des subsides, Franz Huchel débarque à la capitale, Vienne, pour aider Monsieur Tresniek, vieil ami de sa mère qui possède un bureau de tabac-journaux. L’agitation de Vienne lui donne le tournis, mais il s’habitue très vite à son nouveau rythme de vie.

Parlons un peu de Monsieur Tresniek qui a perdu une jambe peinant la guerre de 14. Pas très causant le bonhomme, rien d’autre que son tabac ne compte. Pourtant il sait faire une petite place à Franz dans son local et dans sa vie.

Autour d’eux, la haine du juif est là, surtout lorsque Hitler arrive au pouvoir. Monsieur Tresniek ne veut pas manger de ce pain-là. Il paiera de sa vie son refus d’interdire son magasin aux juifs. Parmi ces hommes, il y a Freud. Le « docteur des fous » l’aidera à prendre conscience et confiance en lui. Je crois que Freud aime à se plonger dans la naïveté du jeune homme.

Cher Franz, vous êtes naïf, vous sortez vraiment de votre cambrouse ! J’ai souri de votre naïveté, de votre amourette avec Anezka, de si petite vertu. Pourtant, derrière il y a la situation politique de l’Autriche que vous suivez en lisant les journaux. Votre prise de position courageuse vous coûtera la vie. J’ai aimé votre bravade lorsque vous avez élevé le pantalon de Monsieur Tresniek à la place du drapeau à croix gammée.

L'écriture, donc la traduction, est alerte, vive. Un livre, lu d’une traite, qui parle, d'une plume faussement légère, de la résistance en Autriche ; il n’y eut pas que des bouchers délateurs, mais aussi des êtres qui ont résisté au nazisme.

 

 

 

Commenter cet article

Yv 19/08/2016 15:06

J'ai lu Une vie simple de cet auteur, très beau texte

zazy 19/08/2016 15:53

Je note ce titre

Lydia 17/08/2016 18:00

Je note ! Il a l'air très intéressant !

zazy 19/08/2016 15:49

Tu peux !

Alex-Mot-à-Mots 16/08/2016 09:10

Une lecture qui m'avait surprise.

zazy 16/08/2016 10:22

Oui, j'ai vu que tu l'avais peu goûtée

manou 15/08/2016 08:48

C'est un roman que j'avais déjà noté pour le lire ! Grâce à ta chronique je le chercherai plus vite à la médiathèque car en plus j'adore l'éditeur, je trouve sa ligne éditoriale toujours très intéressante. Merci pour ce partage et bonne lecture :)

zazy 15/08/2016 14:19

C'est vrai que l'éditeur nous offre de très bons moments de lecture

Aifelle 15/08/2016 06:03

Il m'attend dans ma PAL !

zazy 15/08/2016 14:18

Je l'en ai sorti !! J'essaie d'alléger ma PAL