Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Mènis Koumandarèas - La femme du métro

31 Août 2016, 16:00pm

Publié par zazy

 

La femme du métro

Mènis Koumandarèas

Quidam Editeur

80 pages

mai 2010

ISBN : 978-2-915018-46-2

 

4ème de couverture :

Fin d’hiver dans l’Athènes des années 70. Une femme mariée de quarante ans et un étudiant de vingt ans se retrouvent tous les soirs dans le même métro. Brève rencontre, amour impossible.
Une histoire toute simple en apparence, racontée par l’un des grands romanciers grecs, Mènis Koumadarèas, qui déploie là ses thèmes de toujours : beauté de la jeunesse, hantise du vieillissement, vies gâchées, mélancolie, amertume.
Un écrivain au sommet de son art et un portrait de femme inoubliable.

L’auteur (site de l’éditeur) :

Mènis Koumandarèas est un écrivain grec né le 4 janvier 1931 à Athènes et assassiné le 6 décembre 2014 dans cette même ville. Il est considéré comme l’un des grands prosateurs grecs. Il est l’auteur de sept romans, cinq recueils de nouvelles et deux volumes d’essais. Il a entre autres traduit Carson McCullers et Francis Scott Fitzgerald, et reçu deux fois le Prix d’État pour le roman.

=================

Chaque jour, ils se retrouvent face à face dans le métro les ramenant vers chez eux. Elle, Madame Koula, quarantaine bien assumée, encore fière allure, sauf dans sont long manteau et lui, Mimis, jeune étudiant.

Ils s’arrangent pour, l’air de rien, se retrouver sur les mêmes sièges. Bien sûr, ils ont fini par lier connaissance, sont allés prendre un verre, puis…. Il l’emmène dabs sa garçonnière. Leur histoire prend une tournure qui, à la fois, ravit et apeure Koula. Rentrée chez elle, il fallait qu’elle se force auprès de son indifférent de mari et de ses filles. « Poussée par la force de l’habitude, elle préparait le repas, mettait la table, repassait un ou deux vêtements, aidait ses filles dans leurs devoirs, discutait avec son marie des affaires courantes. Il lui semblait qu’un automate avait pris sa place. » Vis-à-vis de Mènis, elle a, de temps à autre, des attitudes de mère plus que d’amante. Elle s’attache beaucoup (trop ?) à ce jeune homme. Elle se trouve au cœur d’un grand dilemme qu’elle résoudra, radicalement, au terme d’une journée bizarre.

Bon, me direz-vous, une banale histoire d’adultère, et alors ?

Et alors ? Cette histoire qui tient sur soixante dix pages est d’une très grande densité. L’impression de lire un livre beaucoup plus volumineux. En peu de mots, le décor, le métro, la vie sociale d’Athènes dans les années soixante-dix est installé. Koula, vivante au fil de pages est palpable, si vivante dans ses doutes. A l’image du métro, je sens que tout passe, mais leur histoire semble s’arrêter dans le temps avec un décor qui, lui, avance. Mènis Koumandarèas parle du passage de l’autre côté de la barrière de l’âge, de la jeunesse qui ne dure pas, de la vieillesse qui avance. De ce qui, au début de leur histoire les rapproche et ce qui, très rapidement va les séparer.

Je vais arrêter là mon verbiage car Michel Volkovitch, dans sa post face en parle beaucoup mieux que moi.

De cet auteur « Le fils du concierge » m’a conduite à « La femme du métro ».

Commenter cet article

Lydia 01/09/2016 09:47

J'aime, en général, ces romans courts mais intenses.

zazy 01/09/2016 23:27

Assez impressionnant

manou 01/09/2016 07:26

Un livre à lire donc pour entrer dans cette ambiance particulière. Je le chercherai à la médiathèque. Je réalise en te lisant que je connais très peu d'auteurs grecs. Je connaissais celui-ci de nom mais je n'ai jamais rien lu de lui non plus. Merci de partager avec nous : je suis preneuse !

zazy 01/09/2016 23:26

Je l'ai trouvé à la bibli, donc tu ne devrais pas avoir de problème

Bernieshoot 31/08/2016 17:45

Un roman court qui ala bonne densité

zazy 31/08/2016 22:30

Tout-à-fait