Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Paul Yoon - Chasseurs de neige

30 Mars 2016, 20:32pm

Publié par zazy

Chasseurs de neige

Paul Yoon

Traduction Marina Boraso

Editions Albin Michel

mars 2016

208 pages

ISBN : 9782226320766

 

4ème de couverture :

1954. À la fin de la guerre de Corée et au sortir des camps de prisonniers établis par les Américains, Yohan, un jeune soldat du Nord, se voit proposer, comme à des milliers de ses camarades d’infortune, de s’expatrier. Il choisit le Brésil, dont il ne sait rien et ne parle pas la langue, et s’installe, en vertu d’un accord passé avec les Nations unies, dans un village sur la côte où il trouve du travail. Bien qu’étranger sur cette terre, Yohan trouve un père en la personne de son employeur, Kiyoshi, un tailleur japonais établi là depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, puis une famille auprès de Peixe, fils de pêcheurs devenu gardien de l’église du quartier, et de deux jeunes orphelins. Mais vouloir se construire un présent n’efface pas un passé douloureux, et Yohan devra se battre pour chasser les démons qui le hantent...

À la manière d’Alessandro Baricco dans Soie, Paul Yoon, l’auteur d’Autrefois le rivage, saisit l’essence de la vie et sa beauté dans la résilience d’un être qui survit à l’horreur et se réinvente.

L’auteur (site de l'éditeur) :

Américain d'origine coréenne, Paul Yoon est l'auteur d'un recueil de nouvelles (Autrefois le rivage, Albin Michel, 2014), sélectionné par le New York Times comme l'un des meilleurs livres de l'année 2010. Distingué par la National Book Foundation comme l'un des meilleurs écrivains de sa génération, il signe avec Chasseurs de neige son premier roman.

========

A la fin de la guerre de Corée, Yohan, dernier prisonnier du camp n’a pas voulu être rapatrié dans son pays, la Corée du Nord. Le camp américain va fermer et on lui propose de partir au Brésil où un travail l’attend. Nous sommes en 1954, Yohan part vers un pays qu’il ne connait pas dont il ignore la langue. Il débarque par une journée pluvieuse. Une fillette en vélo lui donne un parapluie, qu’il gardera toujours. Le voici devant la porte de son nouvel employeur, Kiyoshi, tailleur japonais exilé de la seconde guerre mondiale, la porte de sa destinée.

Une nouvelle vie débute pour Yohan en la compagnie silencieuse et attentive de Kiyoshi. L’intégration se fera doucement, sans heurts apparents presque par cercles concentriques, vous savez comme le caillou qui tombe dans l’eau. Il y a Peixe qui est devenu son ami et connait l’histoire de chacun ; Bia et Santi, ceux du parapluie, que Kiyoshi, puis Yohan, laissent entrer dans le magasin, sorte de refuge, havre de paix dans leur existence de vagabonds refoulés par les habitants. Avec cette famille reconstituée, Yohan a pu continuer sa vie sans pour autant exclure « les chasseurs de neige », la guerre, la mort, de ses cauchemards.

J’ai vraiment beaucoup aimé l’écriture minimaliste, épurée, poétique de Paul Yoon. Pas besoin de phrases longues, ampoulées… pour nous faire ressentir, nous faire comprendre les difficultés de Yohan. La vie quotidienne et ses difficultés est magnifiée par les mots de Paul Yoon La filiation, la transmission, la solidarité, l’amour, la résilience sont au cœur de ce très beau livre.

Un coup de cœur.

 

 

Commenter cet article

krol 02/04/2016 13:17

Je le note tout de suite!

zazy 07/04/2016 17:13

Bonne future lecture

Lydia 01/04/2016 17:48

Alors si c'est un coup de cœur, je ne peux que le noter !

zazy 01/04/2016 23:29

Vas-y note, augmente ta PAL !!

manou 01/04/2016 11:47

Je prend note de ce roman...en plus en ce moment je découvre un peu la littérature coréenne, donc ça tombe à pic ! Et si c'est un coup de cœur pour toi cela le sera peut-être pour moi ?!

zazy 01/04/2016 23:28

Je te le souhaite

Alex-Mot-à-Mots 31/03/2016 13:00

L'histoire de départ ne m'aurait pas tentée.

zazy 31/03/2016 18:36

alors que j'ai été de suite curieuse de ce livre

Aifelle 31/03/2016 06:25

Je l'ai déjà repéré sur un autre blog ; je l'ai noté, mais pas pour tout de suite, j'ai trop à lire dans l'immédiat.

zazy 31/03/2016 18:35

Je pense que nous sommes tous dans ce cas, heureusement ou malheureusement