Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Eric Faye - Nagasaki

20 Janvier 2016, 11:21am

Publié par zazy

Nagasaki

Eric Faye

Août 2010

112 pages

ISBN : 9782234061668

 

4ème de couverture :

Tout commence par des disparitions, des déplacements d'objets. Shimura-san vit seul dans une maison silencieuse qui fait face aux chantiers navals de Nagasaki. Cet homme ordinaire rejoint chaque matin la station météorologique de la ville en maudissant le chant des cigales, déjeune seul et rentre tôt dans une retraite qui n'a pas d'odeur, sauf celle de l'ordre et de la mesure. Depuis quelque temps déjà, il répertorie scrupuleusement les niveaux et les quantités de nourriture stockée dans chaque placard de sa cuisine. Car dans ce monde contre lequel l'imprévu ne pouvait rien, un bouleversement s'est produit. "Comme je l'apprendrais plus tard lorsqu'un inspecteur me rappellerait, les agents avaient trouvé porte close chez moi. Aucune fenêtre ouverte, ce qui les avait étonnés. Après avoir forcé la serrure, ils avaient été plus intrigués encore de ne mettre la main sur personne à l'intérieur. Or tout était bien fermé. Croyant à une farce, ils avaient failli repartir tout de suite. L'auteur de cette plaisanterie l'aurait payé cher, monsieur Shimura, me ferait-il remarquer. Par acquit de conscience, toutefois, ils avaient fouillé chaque pièce. C'est dans la dernière, la chambre aux tatamis".

L’auteur (site de l’éditeur)

Éric Faye est l’auteur, chez Stock, de romans et de récits de voyage, dont Mes trains de nuit (2005), L’homme sans empreintes (2008), Nous aurons toujours Paris (2009) et Somnambule dans Istanbul (2013). Son dernier roman, Nagasaki, a obtenu en 2010 le Grand Prix du roman de l’Académie française.

============

Passer 6 heures dans un train, est un espace vide d’attente que j’ai empli avec mes chers bouquins, dont celui-ci.

Une drôle d’histoire que cette invasion pacifique. C’est l’expérience que vit le narrateur. De retour chez lui, après une morne journée de travail, il a l’impression que des choses disparaissent dans le frigo, puis en est certain. Pour en avoir le cœur net, Shimura Kobo, propriétaire de la maison, installe une caméra reliée à son ordinateur. De son bureau, il surveille sa cuisine, jusqu’au moment où il LA voit se préparer un thé ! Intervention de la police qui, fouillant méticuleusement la maison, trouve l’intruse.

Elle, chômeuse, devenue sans logis, a élu domicile chez cet homme qu’elle savait solitaire à horaires fixes.

Pourquoi justement chez lui ? Est-ce le hasard ? Par un courrier elle explique les raisons de son choix.

Ce qui m’a surpris dans ce livre, outre le fait de l’intrusion, c’est la vie presque similaire des deux protagonistes. Leur solitude, leur vie étroite, le silence qui les entoure et qu’ils cultivent.

Un livre court, une écriture agréable ; tous les ingrédients pour passer un très bon moment de lecture.

Commenter cet article

Velidhu - Que Lire ? 27/01/2016 13:16

Un livre qui me tente depuis des années. 112 pages, c'est court, je vais le commander comme ça je n'aurais plus d'excuse de ne pas l'avoir lu ! Merci du rappel !

zazy 27/01/2016 21:15

C'est bon de succomber à la tentation !

Alex-Mot-à-Mots 21/01/2016 11:56

Un bon souvenir de lecture également, même si je l'avais trouvé un peu lent.

zazy 21/01/2016 13:43

C'est le rythme des saisons

Dominique 21/01/2016 10:41

un auteur que j'ai beaucoup lu et apprécié en particulier ses nouvelles fantastiques mais je n'ai pas lu celui là

zazy 21/01/2016 13:42

J'irai piocher un autre livre

Aifelle 21/01/2016 06:15

Je l'avais noté, puis perdu un peu de vue, je le surligne pour ne pas l'oublier complètement ..

zazy 21/01/2016 08:10

Le nombre de livres que je note sans aller jusqu'à la lecture est impressionnant. Contente de n'être pas la seule !

jerome 20/01/2016 13:12

Lu au moment de sa sortie et je m'en souvient encore. C'est un roman à l'atmosphère très étrange. Et basé sur une histoire vraie si je me souviens bien.

zazy 20/01/2016 21:19

Oui, une histoire vraie. Imagine se c'était chez nous