Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Laurent Binet - La septième fonction du langage

19 Décembre 2015, 22:52pm

Publié par zazy

La septième fonction du langage

Laurent Binet

Editions Grasset

Aout 2015

496 pages

ISBN : 9782246776017

 

4ème de couverture:

 

« A Bologne, il couche avec Bianca dans un amphithéâtre du XVIIe et il échappe à un attentat à la bombe. Ici, il manque de se faire poignarder dans une bibliothèque de nuit par un philosophe du langage et il assiste à une scène de levrette plus ou moins mythologique sur une photocopieuse. Il a rencontré Giscard à l’Elysée, a croisé Foucault dans un sauna gay, a participé à une poursuite en voiture à l’issue de laquelle il a échappé à une tentative d’assassinat, a vu un homme en tuer un autre avec un parapluie empoisonné, a découvert une société secrète où on coupe les doigts des perdants, a traversé l’Atlantique pour récupérer un mystérieux document. Il a vécu en quelques mois plus d’événements extraordinaires qu’il aurait pensé en vivre durant toute sa vie. Simon sait reconnaître du romanesque quand il en rencontre. Il repense aux surnuméraires d’Umberto Eco. Il tire sur le joint. »

 

Le point de départ de ce roman est la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette de blanchisserie le 25 février 1980. L'hypothèse est qu'il s'agit d'un assassinat. Dans les milieux intellectuels et politiques de l'époque, tout le monde est suspect...

 

L’auteur « site de l’éditeur » :

En 2010, Laurent Binet a publié HHhH, qui a obtenu le Prix Goncourt du Premier roman et a été traduit dans près de quarante pays. La Septième fonction du langage est son deuxième roman, fruit de cinq ans de travail.

===========

« Le point de départ de ce roman est la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette de blanchisserie le 25 février 1980. L'hypothèse est qu'il s'agit d'un assassinat. Dans les milieux intellectuels et politiques de l'époque, tout le monde est suspect... » (4ème de couverture).

Jacques Bayard, commissaire de police est chargé de l’enquête et s’adjoint l’aide cérébrale de Simon Herzog, jeune universitaire spécialisé en sémiologie (science dont l'objet est l'étude de la vie des signes au sein de la vie sociale. Cf Petit Larousse) dont Barthes est un éminent spécialiste.

Maintenant, attachez vos ceintures, nous atterrissons en 1980. J’ai rencontré et passé un bon moment avec Foucault, Sollers et Kristeva, Derrida, BHL (et oui déjà !), Umberto Ecco... J’ai même assisté à des réunions dans le cabinet de Giscard en compagnie de Ponia d’Ornano, ou chez Jack avec Mitterrand et le jeune Fabius… Enfin bref, tout ce qui compte pour réfléchir et/ou gouverner à cette époque. C’est tellement bien documenté que je me suis vraiment retrouvée dans ces années 80.

Que font ces hommes politiques dans un livre sur la 7ème fonction du langage ? Et bien, il semblerait, selon des sources très bien informées, que cette 7ème fonction du langage soit la raison de l’assassinat de Roland Barthes et que ce serait une arme hautement efficace ? Qui tient les tenants et les aboutissants de cette fonction, tient le pouvoir, ni plus, ni moins !

 

Au milieu de tous ces littéraires et philosophes connus, Jacques Bayard, détonne et peine à suivre. Imaginez un ancien d’Algérie au milieu de ces intellos, étudiants chevelus, barbus, fumeurs, buveurs… N’oubliez pas, nous sommes dans les années 80, licencieux et permissif. J’ai aimé cet éléphant qui, chargé par les plus hautes instances, essaie vaille que vaille de comprendre et d’assimiler ce milieu, de continuer son enquête et ne pas s’y noyer. Je pense bien qu’à certains moments, il s’est noyé dans la luxure… Mais bon, c’est l’époque qui veut ça ma brav’dame.

 

Laurent Binet a écrit un livre foisonnant, thriller-western instructif, marrant, ironique, érotico-sportif qui nous promène de l’université de Vincennes aux USA en passant par Venise…, le tout en compagnie de polonais et leur fameux parapluie sous la houlette de Julia Kristeva, de japonais… Il se moque, sans méchanceté ( ?), du monde littéraire, universitaire, politique de leurs vanités, leurs arrogances, de leurs querelles, leurs impostures.

 

Les littéraires de tout poil ont dû se délecter avec ce livre, mais les non-initiés ramer (j’en fais partie) pour essayer de comprendre cette 7ème fonction du langage, la sémiologie et tutti quanti. Cela ne m’empêche pas d’avoir beaucoup aimé ce livre. Bien sûr, je ne l’ai pas lu en une nuit, il m’a fallu du temps pour lire et comprendre (ai-je vraiment compris ?) certains passages hautement intellectuels. Qu’à cela ne tienne, je me suis prise au jeu de cette enquête pipée, puisque l’auteur avoue, dès le début, en tirer les ficelles.

Grâce à la lecture de ce livre, je sais que si je rencontre un intellectuel avec deux doigts en moins, c’est qu’il est membre du Logos Club et qu’il aura été trop gourmand face à un adversaire plus érudit ou plus coriace. D’ailleurs un moment d’anthologie que la partie qui se joue entre Eco et Sollers ! Je sais également que Mitterrand a été plus malin que Giscard et aurait peut-être trouvé la 7ème fonction du langage, c’est ce que pense Herzog en écoutant le face à face historique qui a amené son élection.

 

J’ai aimé la véracité des faits « historiques » comme les pages sur l’Italie des brigades rouges, de l’attentat de la gare de Bologne… A partir de cet arrière-plan véridique, Laurent Binet brode, coud, coupe pour arriver à un livre quelque peu iconoclaste et irrévérencieux envers ces grands intellectuels. Le style vivant, proche de l’oralité à certains moments contraste avec la « french theory ».

Bref, un livre très documenté, stylé, intelligent, iconoclaste avec des rebondissements inattendus et une fin volcanique. Une sorte de relecture du « Nom de la rose ». Je pense que Laurent Binet a beaucoup d’admiration pour Eco, Barthes, Foucault et autres Jacobson qui représentait l’élite de la pensé française, cette fameuse « french theory ». Beaucoup de regrets que cette élite n’existe plus et que nos «philosophes » actuels soient plus dans le paraître que dans l’être. Un livre à relire pour y trouver d’autres ouvertures, une lecture jouissive.

Commenter cet article

sous les galets 21/12/2015 14:59

Je le lirai c'est sûr, même si je crains d'être larguée. Là je lis de lui HhhH, et je m'attendais à autre chose. Je partage ta conclusion en tous les cas. Beaucoup de blogueurs n'ont pas arrêté de rire, tu as trouvé ça drôle toi aussi ?

zazy 23/12/2015 17:22

Je le pense, mais c'est très subjectif

sous les galets 23/12/2015 15:02

Donc vraiment il me le faut alors....

zazy 21/12/2015 15:22

Oui, rit et réfléchi, c'est-y pas beau !

Alex-Mot-à-Mots 21/12/2015 11:50

Une lecture que j'ai beaucoup aimé, et qui m'a rappelé mes années de fac.

zazy 21/12/2015 14:20

N'étant pas allée à la fac... Mais nous avions un prof de français qui bifurquait beaucoup sur la philo, mais ça remonte à si loin
Comme quoi, ce livre peut être lu pas beaucoup

philippe 21/12/2015 10:58

Beaucoup de choses dans ta chronique qui me donnent envie de vite lire ce bijou. Merci pour le partage.

zazy 21/12/2015 14:19

Merci de ton passage. Un livre fait de légèreté, d'histoire, de philosophie. Bref, un très bon livre

Philisine Cave 20/12/2015 18:23

je l'ai lu, beaucoup aimé et pas encore chroniqué (j'ai donc lu ta chronique en diagonale pour ne pas m'en inspirer !!!!). Bises

zazy 20/12/2015 20:08

J'attends ta chronique

Lydia 20/12/2015 12:51

Pfffiou, quand je pense que je n'ai toujours pas lu HHhH !

zazy 20/12/2015 14:08

Moi non plus, il est sur mes étagères