Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Marin Ledun - L'homme qui a vu l'homme

24 Novembre 2015, 23:25pm

Publié par zazy

 

L’homme qui a vu l’homme

Marin Ledun

Editions J’ai lu

Janvier 2015

508 pages

ISBN : 9782290078785

 

4ème de couverture :

Pays basque nord, Janvier 2009. La tempête Klaus vient de s’abattre sur la façade atlantique. Les rumeurs autour de la disparition d’un militant basque, Jokin Sasco, enflent. Iban Urtiz, reporter, comprend que cette affaire n’est pas un cas isolé. La jeune Eztia, sœur du disparu, lui ouvre les portes d’un monde de mensonges et de trahisons où enlèvements, tortures et séquestrations sont devenus les armes de l’ombre. Tandis que deux tueurs tentent d’étouffer la vérité, la vie d’Iban bascule dans une guerre sans pitié qui ne dit pas son nom.

L’auteur  (blogue Marin Ledun):

Né en 1975 en Ardèche, ingénieur de recherches en sciences humaines et sociales sur l’industrialisation des rapports sociaux, le contrôle social et les technologies de l’information et de la communication, Marin Ledun vit à Grenoble.
Citoyen engagé dans le mouvement social radical, déjà auteur de nombreux articles et ouvrages de recherche, marathonien, peintre et guitariste, Modus Operandi est son premier roman.

==========

Dès la première page, je suis dans le bain, plutôt dans la Mégane ou la Corsa. Le livre démarre sur les chapeaux de roues ; « les pneus qui crissent sur le bitume gelé. »

Tout au long de cette histoire, il ne faudra pas se fier à ce que l’on voit ou sait. Iban Urtiz, dont c’est le premier emploi, en est le parfait exemple. Son nom, basque, ne signifie rien puisque, élevé par sa mère en Savoie, il ne connait pas du tout la région et encore moins le parler basque. C’est un « erdaldun » pur jus. Le rédacteur en chef de « Lurrana » lui confie l’enquête sur la disparition d’un jeune basque Jokin Sasco. Pour ce faire, il doit faire équipe avec Marko Elizabe, autre journaliste du canard qui, lui, est un basque pur jus, un « abertzale ». Comme toutes les cohabitations, celle-ci sera ardue, d’autant que Marko travaille dans son coin sur cette disparition. Mais, est-il net ?

Nous voici au cœur de la guerre sale entre l’ETA, les polices espagnoles, françaises et…. quelques mercenaires, nom moins sympathiques à mes oreilles que barbouzes.

Je découvre un récit haletant, parfaitement ficelé, d’une écriture sans fioriture au pays où un kidnapping de membres vrais ou supposés de l’ETA, s’appelle « l’incommunication ». Drôle de mot pour ce que subissent ces personnes. Tortures en tout genre, viol, dépersonnalisation… c’est sûr qu’il y a de l’incommunication entre les tortionnaires et les séquestrés !

En plus d’être un thriller, c’est un livre politique où je fus déroutée, effrayée, scandalisée. Il y a de la matière, c’est dense. Marin Ledun me fait découvrir cette lutte basque où tous les coups sont permis, où Iban Urtiz doit toujours avoir en mémoire ces termes « A qui profite le crime » pour essayer d’avancer. Marin Ledun offre une belle photographie des luttes. Pourquoi tant de mois avant la reconnaissance de la mort ? Que font ces espagnols à traquer les membres de l’ETA sur le sol français ? Pourquoi l’on tourne toujours autour du pot, les autorités françaises ferment-elles les yeux sur tant d’exactions ? Pourquoi ces tortures en France pour des raisons politiques (enfin officiellement) ?

Marin Ledun flirte avec les frontières au propre comme au figuré. Elizabe, on ne sait pas trop de quel côté il se situe si ce n’est qu’à des lieues d’Urtiz, quoique… La police joue un double jeu, le procureur n’est pas net du tout, même les séparatistes éditent un communiqué pouvant laisser à penser. Bref, tout le monde sait quelque chose mais personne n’ose dire les mots par peur de... Je ne parle même pas des mercenaires à la solde du gouvernement espagnol qui n’ont plus aucune « justification » puisque le GAL est déjà dissout lors de « l’incommunication » de Jokin Sasco.

Elizabe et Urtiz ont cherché la vérité, s’en sont approchés, s’y sont brûlés. Pourquoi ? Pour rien.

Dernier paragraphe du livre : « Le jour de mon inhumation, alors que les vers et l’oubli achevaient de se partager mon cadavre, aucune des personnes présentes n’imaginait un instant que j’étais mort pour rien. Voilà pourtant la seule vérité qui vaille d’être inscrite sur ma tombe. » Dont acte. Cette fin amène, pour moi, la chanson de Brassens :

« O vous, les boutefeux, ô vous les bons apôtres
Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas
Mais de grâce, morbleu! laissez vivre les autres!
La vie est à peu près leur seul luxe ici bas
Car, enfin, la Camarde est assez vigilante
Elle n'a pas besoin qu'on lui tienne la faux
Plus de danse macabre autour des échafauds!
Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
D'accord, mais de mort
lente »

Superbe bouquin que j’ai lu grâce à Babelio et qui fait partie de la sélection du Prix SNCF du Polar 2016

 

Commenter cet article

Stephie 03/12/2015 07:36

Voilà des mois que je dis qu'il faut que je découvre ce qu'il écrit. C'est sans doute ton billet qui a achever de me convaincre. Merci

zazy 03/12/2015 21:26

De rien, tout le plaisir fut pour moi

Ingannmic 28/11/2015 15:46

Ça fait envie... je ne connais de Marin Ledun que l'un de ses romans jeunesse, lu après l'avoir offert à ma fille.
La thématique, et la densité que tu évoques, me tentent vraiment, je note !!

zazy 28/11/2015 20:43

Ecriture diantremet efficace

Alex-Mot-à-Mots 26/11/2015 13:22

Une lecture qui m'avait marquée.

zazy 26/11/2015 21:42

Oui, c'est du rude

Bernieshoot 25/11/2015 16:32

un polar qui doit être pas mal ! j'ai un groupe sur Facebook qui s'appelle Livres Ô bblogs (comme la communauté sur overblog) tu es la bienvenue dans ce groupe pour y partager tes articles

zazy 25/11/2015 17:36

J'y suis inscrite, mais j'oublie toujours d'y copier mon article ! Promis j'essaierai de faire mieux

sous les galets 25/11/2015 14:55

Rho la la, ça m'a l'air un peu violent pour moi. Je crains toujours le parti pris dans ces romans qui dénoncent, du coup j'hésite (d'ou écrit le romancier).
Bon ce n'est pas le moment pour moi de toutes manières. Mais je note le nom de la romancière car je la vois un peu partout en ce moment.
(PS: la pub est très très envahissante sur overblog, c'est difficile de lire sereinement un billet surtout de le commenter)

zazy 28/11/2015 20:44

Je ne savais pas que ça pouvait flinguer d'autres logiciels.

sous les galets 28/11/2015 18:21

Punaise, tu es la 3ème blogueuse à me le dire que c'est un homme et que mes yeux ripent, et j'oublie à chaque fois (il faut que je bosse la dessus). Non pour adblocks, ça m'a flingué des trucs sur l'ordi, l'homme a du me le désinstaller malheureusement, je vois la différence punaise, quelle galère....(sur CB c'est carrément illisible)

zazy 25/11/2015 17:37

Marin n'est pas Marine, c'est un beau jeune homme
Pour la pub il faut que tu télécharges un bloqueur de pub du genre adblock (pas certaine de l'orthographe