Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ZAZY - mon blogue de lecture

Nicolas de Crécy - La République du Catch

29 Novembre 2015, 14:37pm

Publié par zazy

La République du Catch

Nicolas de Crécy

Editions Casterman

Avril 2015

224 pages

ISBN : 9782203095588

 

4ème de couverture :

Chers membres de la République du catch ! L’avenir est aux jeux de hasard, à la congélation de cellules, aux technologies ludiques et aux expériences transhumanistes… Et ce futur qui s’ouvre à nous, mes amis, c’est bien à NOUS de l’écrire !

L’auteur (site de l’éditeur) :

Nicolas de Crécy est né en septembre 1966, à Lyon. Ses ouvrages de BD, d’illustration et de dessins lui ont permis d'imposer un style original et reconnu. Foligatto, paru en 1991, est une révélation, confirmée par la série Léon la Came, chez Casterman, qui lui vaut l’Alph’Art du meilleur album à Angoulême, en 1998. L’auteur ne cesse d’explorer de nouvelles pistes graphiques et narratives, ce qui débouche sur Période glaciaire, Journal d’un fantôme, ou encore Salvatore. Présenté en galeries et en salles de ventes, son travail a également fait l’objet de nombreuses expositions, notamment au Louvre. En 2015, il a sorti La République du catch, initialement créé pour le magazine japonais Ultra Jump.

============

Sur la demande d’un éditeur japonais de mangas, la revue « Ultra-Jump », Nicolas de Crecy se lance, monte sur le ring et créé cette histoire. Je n’y connais pas grand chose, mais il ne me semble pas que ce livre corresponde aux critères du manga japonais et, pour moi, c’est beaucoup, beaucoup mieux.

Question personnages, madame est servie. Quelle famille ! Un petit homme binocleux, un bébé méchant et méchamment surdoué, c’est peu de le dire, des gangsters plus vrais que nature dirigeant un club de catch où les sportifs ont eu le cerveau lavé (tiens, ça me rappelle quelque chose de terrible) et sont prêts à tout, je dis bien tout pour leur mentor, des ectoplasmes ou quelque choses de ce genre… Bref, une belle galerie servie par un dessin tout en camaïeu de gris très efficace.

Mario, tout petit homme à grosses lunettes possède un magasin de pianos. Son grand ami est un manchot mélomane qui fait avancer le piano lorsqu’il en joue. Mario est follement amoureux de Bérénice, catcheuse dans le club de son frère et son neveu. Oui, mais voilà, elle n’aime pas les minus, il lui faut du costaud, de l’armoire à glace, même si derrière le tain, il n’y a que le vide sidéral. C’est ainsi, la vie est vraiment male faite !

Le neveu, Enzo de son prénom, veut récupérer le magasin pour le transformer… Lire la 4ème de couverture. C’est cette bataille du vice contre la vertu, du bien contre le mal, denla mafia contre la probité, de la musique contre le bruit que Nicolas de Crécy raconte et dessine.

Je me suis retrouvée dans une ville ressemblant à Paris-Manhattan, flirtant avec le surnaturel.

Dans ce livre d’images se côtoient une certaine poésie, beaucoup de choses étranges, une énigme qui se dévoile petit à petit (c’est beaucoup mieux ainsi) quelques personnages très émouvants comme le petit homme ou les ectoplasmes.

Le bien a gagné devant le mal ? pas certain car les derniers dessins appellent une suite à ce feuilleton. Oui, car cela tient du feuilleton à la Dumas tout comme j’ai pensé à L’Eternel de Joann Sfar. La mafia sicilienne peut être transposée en yakusas japonais, découverts dans « Les évaporés ».

Ce livre d’images de 224 pages, un manga à la française me direz-vous ? Que nenni ! (quoique je ne connaisse par le monde du manga) du dessin, du beau, du léché. C’est dynamique, c’est superbement maîtrisé, du travail d’orfèvre. Les dessins racontent l’histoire de ce polar à la limite (souvent franchies) du fantastique. C’est de la dynamite. Je n’ai pas aimé, j’ai adoré.

La couverture amovible cache, sur sa totalité, une vignette en couleur, superbe. OK, je me répète, mais que voulez-vous, je fus enthousiasmée. J’ai ri, j’ai haussé les sourcils, j’ai vécu ce livre, moi la néophyte en ce domaine.

Vraiment merci Babelio de m’avoir permis cette découverte. La République du Catch fait partie de la sélection du prix SNCF du polar

 

        

Commenter cet article

Sandrine 03/12/2015 07:22

J'aime bien Nicolas de Crecy et ses univers tout à fait étranges. J'ai aimé en particulier "Le Bibendum céleste" et "Salvatore".

zazy 03/12/2015 21:26

Je l'ai découvert avec ce livre et, je recommencerai

Bernieshoot 02/12/2015 15:45

Une Bd tout en nuance de gris ça me tente bien

zazy 03/12/2015 21:26

50 nuances de gris ?

Alex-Mot-à-Mots 01/12/2015 10:46

Un dessin en nuances de gris tout en finesse.

zazy 01/12/2015 13:05

Ravie d'avoir découvert cet auteur

jerome 30/11/2015 13:12

Je l'ai feuilleté mais j'ai eu l'impression d'un grand fourre-tout qui ne donne pas vraiment envie. Une erreur apparemment vu ce que tu en dis ;)

zazy 30/11/2015 13:39

Non, pas. Les dessins sont denses, voire très denses pour certains, mais tu suis très facilement

Lydia 29/11/2015 15:05

Je n'aurais jamais ouvert cet album, je pense, si je n'avais pas lu ta critique très enthousiaste. Allez, c'est noté sur la très très longue liste de bouquins à lire !

zazy 29/11/2015 16:05

Livre lu grâce à Masse Critique. Je ne l'aurais pas lu autrement !! comme quoi